Article précédent
Article suivant

MURATT ATIK

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Le regard sombre et malicieux, une barbe de trois jours, un look très soigné, Muratt Atik fait partie de cette génération d’entrepreneurs décontractés bien dans leur peau et en phase avec leur époque. A la tête de « La Suite » et surtout du mythique « Pink Paradise », Muratt fait tomber les barrières et franchit les étapes avec comme seul point de mire, le plaisir du client… Rencontre avec le nouvel ambassadeur du glamour et de la fête…

Propos recueillis par CHRIS

Nightlife : Muratt, quel a été ton parcours avant d’arriver à la tête du Pink Paradise ?
Muratt Atik : J’ai été Directeur Artistique du Bus Palladium à Paris durant 8 ans… Un très beau souvenir ! Ensuite je me suis orienté vers le Cabaret pour devenir le co-fondateur du Stringfellows à Paris. Je suis tombé amoureux du milieu du cabaret ! J’y suis resté un an et demi avant de rejoindre le Pink Paradise aux côtés de Cathy et David Guetta. Maintenant je suis le boss au Pink (rires) ! La Suite ayant fermé ses portes, je m’occupe exclusivement du Pink, mais aussi d’un club en Croatie, le Byblos, dans lequel je suis associé.

Comment a évolué le « Pink Paradise » ?
Le Pink a beaucoup évolué… On a doublé le chiffre d’affaire depuis son ouverture, mais pas seulement, la clientèle a également beaucoup évolué. L’établissement est aujourd’hui un cabaret sexy et glamour, doté d’un vrai show, mais c’est aussi un vrai lieu de fête. 50% de nos clients sont des noctambules, voir des clubbers. C’est une vraie nouveauté et nous en sommes très fiers.

Penses-tu avoir démocratisé le Strip-Tease en France ?
Oui, c’est indéniable… Cette discipline n’avait pas bonne réputation en France, je pense que nous avons contribué à lui donner ses lettres de noblesse dans l’hexagone. Nous avons surtout prouvé à tout le monde que le Strip-Tease est quelque chose de sexy, de très glamour et un spectacle très beau visuellement à regarder. Aujourd’hui, tout le monde vient au Pink.

Justement comment fait-on pour rentrer au « Pink Paradise » ?
On peut appeler au bureau pour avoir une invit’ (rires)… Il n’y a plus vraiment de codes pour pouvoir entrer dans tel ou tel endroit. C’est plus une question de comportement et d’état d’esprit. Pour répondre à ta question, si on vient tôt au Pink, c’est plus un Dress Code « Business Class », par contre, plus tard, c’est une tenue plus branchée, plus nocturne on va dire… Mais, j’insiste sur le fait que c’est la façon de se présenter qui compte le plus. Regarde, looké comme tu es, tu rentres bien au Pink (rires) ?
+-+
« Le Pink c’est le temple du glamour, mais aussi de la fête… »

(Rires) C’est vrai. On te décrit souvent comme un homme de terrain…
Définitivement oui. J’essaie d’être constamment à l’écoute de ma clientèle. Il n’y a plus de places pour les gens qui ne travaillent pas dans leur établissement. J’aime prendre la saveur et la couleur de ce qu’offre l’établissement et je me mets « à la place » du client directement ! Ca permet de voir les qualités et les défauts. Et puis quand quelque chose fonctionne il faut être fier ! Mais attention être fier ne signifie pas devoir « « avoir la grosse tête » !

Comment sont choisies les Strip-Teaseuse ?
Nous organisons des auditions une fois par semaine afin d’avoir constamment les plus belles filles. Le critère physique est bien sûr important, mais ne crois pas que ce soit suffisant, loin de là… La chose la plus importante se situe au niveau de la discipline et du mental des filles. Le job n’est pas simple, il demande une grande rigueur physique et psychologique.

Aujourd’hui, le « Pink Paradise » se diversifie, tu as donc besoin de plus de filles ?
C’est vrai, au delà du cabaret de Strip-Tease, nous « castons » des filles pour nos différentes activités. Par exemple, pour nos futures émissions de T.V, pour nos délocalisations suivant des évènements comme Saint-Tropez l’été ou le Festival de Cannes, pour la tournée du Pink ou bien encore pour les produits dérivés comme le DVD ou le calendrier. Au final, il y a plus de 80 filles dans notre boîte de production.

Depuis le mois d’Octobre 2006, le Pink possède sa propre école : la « Pink School ». Peux-tu nous en parler ?
C’est une aventure extraordinaire, qui suscite beaucoup de passion et d’intérêt de la part du grand public. La « Pink School », c’est la première école de Pole Dance en France, mais c’est aussi un endroit ou l’on apprend à séduire. Tout le monde peut y venir… On a les nanas qui veulent se la claquer (rires), celles qui viennent entre copines pour s’amuser, celles qui veulent faire des surprises à leurs mecs, bref le panel est très large. Pendant deux heures, les filles font du fitness, du stretching, du relooking et apprennent le Pole Dance. En plus ça « papote », ça « ragote », bref c’est que du plaisir… Nous avons près de 200 élèves par semaine, le succès est si grand que nous travaillons sur d’autres plages horaires. Ah oui, j’oubliais, c’est interdit aux hommes (rires) ! 

« Le Pink est une grande famille… »

L’actualité brulante, c’est aussi la sortie du livre « Strip-Tease »…
Exact, c’est projet fabuleux. Au travers d’un sublime livre, on vous proposera une incursion dans l’univers magique et glamour du « Pink Paradise ». Chaque page sera une ode à la femme, un hommage au quotidien à ces filles magnifiques. J’ai fait les textes et nous avons confié les photos à Bertrand Machet, disciple de Yann Arthus Bertrand. Le résultat, tantôt noir et blanc, tantôt couleur est hallucinant.

J’ai entendu parler de plusieurs projets au « Pink Paradise »…
Pardon ? (rires)… Oui c’est vrai nous avons pas mal de projets en développement… Il y a déjà le DVD annuel, avec une version soft et l’autre moins soft et aussi la création d’une ligne de Sex Toys estampillée « Pink Paradise ».  Les prix iront de 30 Euros à 2000 Euros… Comme je te disais, il y a aussi le projet d’une émission de télé qui serait tournée depuis le Pink, mais je ne peux pas en dire plus.


Côté musique, tu nous prépares aussi une surprise ?
(Rires)… Effectivement nous allons lancer un groupe à la « Pussycat Dolls », avec 4 filles du Pink qui sont sublimes et qui savent évidemment chanter. La sortie est prévue courant 2008. Donc, comme tu peux voir, on ne chôme pas. Le pink c’est une belle entreprise, mais surtout une grande famille.

Donne-moi envie de venir au Pink…
Comme si j’avais besoin de te convaincre de venir (rires)… Le pink, ce n’est pas un musée où l’on vient mater des filles. Aucune place pour la vulgarité et beaucoup pour le show et la fête.

www.pinkparadise.fr

Article précédent
Article suivant