Article précédent
Article suivant

SECURITE ROUTIERE ET ENTREPRISE

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Créés en 2006, les Trophées “Entreprise et sécurité routière” valorisent des actions de
sécurité routière menées dans le cadre professionnel, une des priorités portées par
Jean-Louis BORLOO, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du
Développement durable et de l’Aménagement du territoire, en matière de lutte contre
l´insécurité routière. A l’occasion de cette nouvelle édition, ouverte à l’ensemble des
professions et des régimes sociaux, Cécile PETIT, déléguée interministérielle à la
Sécurité routière, et  Stéphane  SEILLER, directeur des risques  professionnels à la
CNAMTS, ont remis 14 distinctions.

 
Palmarès 2008:  des entreprises de toute taille et de tout secteur distinguées 
 
La première place  du podium  “Grandes entreprises”  est attribuée au  SCREG
Île-de-France Normandie.
« Cette récompense, totalement méritée, salue l´opiniâtreté  des
dirigeants de ce spécialiste en travaux routiers à développer un plan  d´actions durable et
intégré de  façon cohérente dans  la vie de l´entreprise »  félicite Raymond ABBATUCCI,
ingénieur prévention conseil au sein de la direction Ingénierie Souscription d’Axa Corporate
Solutions, représentant la fédération française des Sociétés d’assurance (FFSA) au sein du
jury.
Pour la première fois, les  petites  et moyennes entreprises ont pu concourir  dans une
catégorie spécifique.  Le premier prix est décerné à Cobigo, une entreprise familiale de
transports publics de marchandises attentive à  la santé physique et psychologique de ses
salariés. « Ce trophée distingue une vision de l´entreprise responsable et citoyenne que tous
les dirigeants devraient promouvoir » indique Bernard POTTIER, président de la Prévention
routière et membre du jury.
 
La prévention du risque trajet et l’écomobilité récompensées 
 
Le jury prime l’industrie aéronautique Snecma pour la qualité de ses actions de prévention
en matière de “risque trajet” (domicile-travail). 
Un prix “Ecomobilité”, saluant les initiatives de contrôle des déplacements, est décerné à
deux organismes ex-aequo, le syndicat mixte de la Plaine de l’Ain et l´entreprise Sodebo
(agroalimentaire).                                              
 
 
Des mentions spéciales  sont attribuées :  “régime agricole”  à COOPELSO (société
coopérative agricole d´élevage du sud-ouest) et “collectivité locale” au Conseil général de
l’Essonne et au Service départemental d’incendie et de secours de la Drôme.
 
« La qualité des dossiers des entreprises qui ont concouru à cette deuxième édition des
Trophées  “Entreprise et sécurité routière” est particulièrement encourageante et confirme
que de plus en plus de chefs d’entreprise responsables ont compris que la sécurité routière
est bien l’affaire de tous. Je félicite les lauréats qui constituent autant d’exemples
d’entreprises qui ont inscrit durablement le risque routier sur la liste des risques
professionnels » déclare Cécile PETIT, déléguée interministérielle à la Sécurité routière et
présidente du jury.
 
Des actions de prévention encourageantes, mais à consolider
 
Trop souvent sous-estimé, le risque routier est la première cause de décès par accident du
travail.  Près de 50 % des accidents mortels du travail des salariés sont encore des
accidents de la route.
Une étude (Étude LH2 pour l’Observatoire du risque routier de l’entreprise, réalisée entre le 7 janvier et le 15 février 2008)  menée auprès de 45 entreprises engagées dans une démarche partenariale
avec les pouvoirs publics ("entreprises chartées sécurité routière") et de 500 autres
entreprises, confirme que la prise en considération du risque routier professionnel doit
être consolidée.
Si l’ensemble des entreprises “chartées” reconnaît que la sécurité routière est un enjeu, plus
de la moitié des entreprises “non-chartées” ne considère pas le risque routier comme
l’un des principaux risques d’accidents au travail.
Les entreprises “chartées” sont en avance au niveau de l’implication dans la politique de
prévention des risques routiers professionnels au travers : 
- du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) : 54% ont
pris des mesures en ce sens, contre 38% des entreprises “non-chartées” ; 
- de la médecine du travail : 56% des entreprises chartées ont pris des mesures en
ce sens, contre 15% des entreprises “non-chartées”.
La lutte contre la  consommation d’alcool  au volant est également devenue une priorité
pour ces entreprises.
Pour autant, les résultats de l’Observatoire du risque routier en entreprise indiquent que
seule une entreprise sur trois  agit sur ce facteur de risque devenu première cause
d’accidents mortels sur les routes depuis 2006.
 
De nouvelles orientations pour réduire  l’exposition des salariés au risque routier
 
La France est pionnière en Europe dans la prise en considération du risque routier
professionnel. Ses initiatives ont incité des pays comme la Suède, la Norvège ou la Grande-
Bretagne à réfléchir sur la mise en oeuvre de politiques de gestion de ce risque du travail.
En effet, les pouvoirs publics français sont mobilisés depuis plusieurs années pour inciter les
entreprises à considérer la conduite comme un acte professionnel à part entière.   
A l´occasion du dernier Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 13 février 2008, Jean-Louis BORLOO, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire en charge de la sécurité routière, a insisté pour que soient explorés deux axes de travail : 
−  qu´un véhicule utilisé dans le cadre professionnel soit considéré comme un équipement
de travail
−  que la conduite pendant un déplacement professionnel soit définie comme un acte de
travail.
 
Cécile PETIT, déléguée interministérielle à la Sécurité routière, et Jean–Denis COMBREXELLE,
directeur général du Travail, ont confié, par courrier du 8 mai 2008, au Comité de pilotage du
risque routier professionnel (cf. encadré), présidé par Stéphane SEILLER, la préfiguration du
cadre du débat dans lequel seront étudiées les conditions d’acceptabilité de ces décisions du
CISR.
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


Un comité de pilotage pour la prévention du risque routier professionnel 

Créé par la Sécurité routière et la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs
salariés (CNAMTS) en 2001, le Comité de pilotage national pour la prévention du risque
routier professionnel s´est élargi en mars 2006 au régime agricole (Caisse centrale de la
mutualité sociale agricole – CCMSA) et aux fonctions publiques territoriale et hospitalière
(Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales – CNRACL) et est en
cours d’élargissement au Régime social des indépendants (RSI).
Ce comité de pilotage agit pour favoriser le développement de plan de prévention des
entreprises quels que soient leur statut, leur taille ou leur secteur d’activité.
Ses principaux engagements portent sur l´amélioration des conditions de déplacement pour
conduire en sécurité, le rappel des règles sur la route (ceinture, alcool, vitesse, etc.),
l´interdiction d´utiliser le téléphone portable en situation de conduite, l´équipement et
l´entretien des véhicules. En ce qui concerne les trajets, des actions de sensibilisation sont
menées pour développer la prévention dans le cadre d´une mobilité durable.
Le comité de pilotage dispose aujourd’hui d´une audience auprès de plus de 22 millions de
personnes, salariés et agriculteurs. Il agit pour favoriser le développement de plan de
prévention des entreprises.
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


Prochaine édition des Trophées “Entreprise et sécurité routière” en 2010 : le
règlement évolue  !

 
De nouvelles conditions de participation permettront à chaque entreprise ou acteur public de
déposer une candidature tout au long des deux années qui précéderont chaque édition des
trophées. Un comité d´experts, rassemblant des acteurs locaux (réseau de la Sécurité
routière et CRAM) et l’association “Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise”
(PSRE), sera chargé de faire évoluer les candidatures en relation avec les entreprises
participantes pour que celles-ci répondent aux critères requis.
 
Plus d´informations sur le site
www.entreprisesecuriteroutiere.fr
 
 

Article précédent
Article suivant