Article précédent
Article suivant

MADONNA

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

MADONNA, LA LEGENDE CONTINUE...

À 50 ans, on aurait pu penser que la madone eut envie de se poser, de s’occuper de ses enfants et de son gentil mari. Quenenni ! Bien qu’elle soit l’artiste féminine ayant vendu le plus d’album dans l’histoire de la musique, rien ne peut décidemment l’arrêter. Mieux, Madonna s’amuse à traverser les époques en surfant sur les modes actuelles. Pour preuve, son dernier album, « Hard Candy », onzième du nom ! Encore une occasion pour NightLife de faire un flash-back sur la légende de la musique...

Dossier réalisé par CHRIS

+-+

Traverser les « âges » en s’inspirant et en surfant sur les modes actuelles... Telle pourrait être la devise de Madonna. La reine de la pop nous le prouve encore aujourd’hui avec « Hard Candy ». À cinquante ans, la chanteuse pop se découvre un penchant pour le rap... En fait c’est normal, car c’est ce qui marche. Donc, pour son onzième album, elle n’a pas fait les choses à moitié puisqu’elle s’est juste entourée des plus grandes pointures du Hip Hop comme Timbaland, Justin Timberlake, Pharell Williams ou encore Kanye West. Y’en a qui vendrait leur mère pour travailler avec eux, elle, elle a levé le petit doigt... Quelle star !

La musique change, mais le style reste... Toujours aussi provocateur, presque comme à ses débuts ! Après la phase « justaucorps » échancréet guêpières de danseuse pour « Confession On a Dancefloor » qui s’était vendu à 1,7 million d’exemplaires, la reine de la pop se montre encore plus découverte avec une tenue de boxeuse ultra-sexy. Bref, les temps changent, pas Madonna... Pour mieux comprendre cette réussite insolente, retour cette artiste aux multiples facettes...

+-+

UNE DESTINÉE HORS DU COMMUN...

À l’image des plus grandes stars, le destin de Madonna est sans pareil, emprunt de malheurs, de galères, de chances, de responsabilités, de succès et de déboires, d’amours tumultueux ou de scandales en tout genre... À croire que la vie prend un malin plaisir à façonner, à forger des personnalités pour les propulser au rang d’icônes planétaires, d’étoiles parmi les étoiles...

Louise Véronica Ciccone voit le jour le 16 août 1958, à Bay City, d’un père italo-américain et d’une mère québécoise. Elle grandit dans un pavillon de la banlieue de Détroit, entourée de ses six frères. Vittorio Ciccone travaille pour le géant automobile Chrysler, tandis que Magdalena s’occupe des bambins. Mais le bonheur des Ciccone bascule dans le drame. En 1964, alors que Madonna est seulement âgée de 6 ans, un cancer emporte brutalement sa mère. Aînée de la famille, c’est maintenant à elle de prendre en charge tout ce petit monde. Face à l’épreuve et aux responsabilités, la petite fille commence à se forger un caractère à toute épreuve.

+-+

UNE VOLONTÉ SANS PAREIL...

À partir de 1965, elle fréquente plusieurs écoles catholiques (St Andrews, St Fredericks et Sacred Heart Academy) et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle va laisser des traces... Ses tenues extravagantes, son indiscipline, son maquillage et sa passion pour les crucifix vont lui offrir une réputation déjà “sulfureuse“. Pourtant, elle développe une certaine admiration pour les bonnes sœurs... Mais, elle se passionne déjà pour la musique et la danse. Elle commence à prendre des cours de piano et de danse.

En 1974, un nouvel événement vient bouleverser la famille Ciccone. Son père se remarie et emmène la famille à Rochester. Sa belle mère l’inscrit à la Rochester High School... Madonna devient plus tolérante, elle est appréciée sociable. Elle devient même “Cheerleader“ ! De plus en plus assidue à la danse, elle suit les cours le matin et danse l’après-midi. Son prof décèle en elle un vrai talent, et il commence à lui parler de New-York, capitale du rêve pour les danseurs en herbe. Très douée, elle accède facilement à l’université...

+-+

MADONNA SE RÉVÈLE À NEW YORK...

En 1978, alors âgée de 17 ans, elle quitte l’université et sa banlieue natale pour partir à New-York et ce, contre la volonté de son père. Furieux, il lui coupe les vivres. Elle débarque dans la « grosse pomme » avec seulement 36 $ en poche... Elle s’installe dans une chambre franchement pourrie et trouve des jobs un peu « spé » pour survivre. Elle tente sa chance à la “Alvin Ailey Dance Company“ et décroche une bourse. Parallèlement, les petits boulots s’enchaînent... Tour à tour, elle sera danseuse, vendeuse de beignets à mi-temps chez “Dunkin Donuts“ et même modèle de nu...

Sa vie va basculer le jour où elle tombe alors sur une annonce... Le chanteur français, Patrick Hernandez, auteur du tube “Born to be Alive“ cherche des danseuses-choristes pour une tournée en France. Madonna est choisie... Elle vivra un an entre Paris et Lille, enchaînant les contrats mal-payés, mais elle gagne en expérience...

De retour aux Etats-Unis, elle rejoint des amis musiciens, elle commence à se perfectionner à la guitare et à la batterie, et elle écrit même des chansons. On lui propose alors le poste de batteuse dans le groupe “Breakfast Club“. Même si le groupe est un échec, elle commence à prendre goût à la musique.

+-+

QUAND LOUISE CICCONE DEVIENT MADONNA...

Le vrai tournant se fera dans un immense club de la ville : la Danceteria. Elle se rapproche du Dj Mark Kamins et lui parle de son enregistrement sur K7 de la chanson "Everybody". Le jeune homme qui possède de multiples connexions dans les maisons de disques lui conseille de faire un vrai enregistrement studio et lui prend des rendez-vous avec des boss de label. Le patron des disques “Sire“, Seymour Stein, est persuadé du potentiel de la jeune femme et il lui fait signer un contrat pour deux 45 tours.

Le 11 juin 1982 sort le titre “Everybody“. Il débarque en 40ème position des titres “clubs“ aux États-Unis et finira 3ème au mois d’Août. Le succès est là... Madonna enchaîne avec “Burning Up“, puis avec “Physical Attraction“. Les ventes décollent... L’album “Madonna“ se pose comme une évidence. À sa sortie en 1983, les critiques sont unanimes une star est née ! L’album se classe dans le top 10 des meilleures ventes, le titre “Holiday“ casse la baraque et devient un tube planétaire. L’album sera ré-intitulé “The First Album“ et se vendra à 9 millions d’exemplaires dans le monde. Un mythe est en train de naître...

+-+

MADONNA REVOLUTIONNE LA MUSIQUE...

En 1984, le monde va assister à la naissance de “La Madone“, un mélange de provoc’, de show le tout agrémenté d’un talent hors pair... L’album “Like a Virgin“ lui offre la gloire qu’elle attend depuis toujours, mais engendre déjà la polémique... L’association du sexe et de la religion dans son image, ainsi que son look développe les critiques de l’Amérique puritaine. Quoiqu’il en soit, cela engendre aussi des records de ventes aux Etats-Unis. L’album se vend à 10 millions d’exemplaires et à 9 millions dans le reste du monde. La chanson “Like a Virgin“ devient son premier numéro Un aux USA. La tournée américaine “Virgin Tour“ est un immense carton, ses frasques et ses culottes en dentelles déchaînent les foules. Le succès aidant, le cinéma la courtise tout naturellement. Elle est engagée par Susan Seildeman pour tourner dans le film "Recherche Susan désespérément" en compagnie de Rosanna Arquette. La même année (1985), elle rencontre l’acteur américain Sean Penn sur le tournage du clip “Material Girl“. C’est le coup de foudre ! Il se marie le 16 août.

Le bouillant Sean Penn ne tarde pas a faire sombrer l’idylle. La presse à scandale est aux anges... Ils divorcent en 1988. Entre temps, les magazines “Playboy“ et “Penthouse“ publient des photos de Madonna nue, les ventes explosent...

LE REGNE DE LA « MADONE » !

En 1985, Madonna a déjà fait 117 couvertures de magazine parmi les plus prestigieux et a vendu 22.000.000 de disques dans le monde. En 1986, elle sort l’album “True Blue“ dont presque tous les titres deviendront des tubes internationaux. Elle reçoit cinq prix MTV et écoule plus de 20 millions d’albums. La Madone prépare alors sa première tournée mondiale. La demande de billets est telle, que les organisateurs sont débordés. Des dates sont ajoutées, des salles plus grandes sont prévues, la vente de produits dérivés prend des proportions énormes, cartes postales, T-Shirts, posters, brassières s’arrachent comme des petits pains.

Des magasins Américains consacrent des rayons entiers à la star. Le "Who’ that girl tour", ce sera 39 concerts et plus deux millions de spectateurs. Un record ! Madonna s’accorde en 1988 une escapade théâtrale et joue dans la pièce "Speed the plow" de David Mamet. Mais, elle revient vite aux affaires courantes. Elle va même faire mieux... Madonna va développer et pousser plus loin son 6ème sens de la provocation... À cette époque, elle est connue dans le monde entier pour son attitude et ses tenues extravagantes, voire provocantes. Le clip de “Like a Prayer“ fait un scandale auprès des rassemblements catholiques. En effet, Jésus y est représenté sous les traits d’un homme noir qu’elle embrasse sans retenue. L’église est outrée, les puritains s’indignent, mais la chanteuse vend toujours plus. L’album “Like a Prayer“ est un nouveau succès à son palmarès.

LA PROVOC’, UNE ARME TERRIBLE...

Le public n’en finit pas de l’acclamer et d’admirer ses changements de look perpétuels, ses coiffures incroyables, ses dents en or et ses petites culottes en dentelle. Son côté provocateur qui s’apparente presque à un combat pour la libération sexuelle des femmes, pour la reconnaissance de la différence, pour une sexualité libre, ainsi que le paradoxe qu’elle sait si bien entretenir en alliant look sado-maso et crucifix qui font d’elle un véritable phénomène. Côté cinéma, elle tourne un film avec Woody Allen, “Shadows And Fog“, puis elle est choisie pour jouer dans le film de Warren Beatty : “Dick Tracy“. Lors de sa tournée “Blond Ambition“, Madonna tourne le clip de “Justify my love“ à Paris. Il deviendra le premier clip de la star banni par la chaîne MTV. La phase « provocation » ne fait que commencer...

Dernièrement, le magazine polonais “Machina“ publiait en couverture de son premier numéro l’icône de la Vierge noire de Czestochowa, vénérée dans tout le pays, en remplaçant son visage par celui de Madonna, et le visage de l’enfant Jésus par celui de l’enfant de la chanteuse. L’église est indignée et considère cela comme un “nouvel acte de profanation des symboles sacrés de la part de la chanteuse“. Lors du lancement de sa tournée mondiale “Confessions“ à Los Angeles, La Madone s’est suspendue à un crucifix géant, sur lequel étaient projetées des images de famine du Tiers Monde. L’église d’Angleterre a vivement critiqué cette mise en spectacle de l’imagerie chrétienne, considérant qu’il s’agissait d’une “offense envers les catholiques“. Lorsque l’album “Erotica“ sort en Octobre 1992, Madonna ne se doute pas de la tempête qui va se déchaîner. La chanteuse entame alors l’année avec la bénédiction publique et de la critique avec un film à plus de 100 millions de dollars “une équipe hors du commun“ avec Tom Hanks et un numéro un de plus avec le titre illustrant la B.O du film « This Use To Be My Playground ».

Mais à l’automne tout se gâte... La sortie simultanée du livre “Sex“ et du film à scandale “Body“ a littéralement saoulé le public et les critiques. Arrive l’album “Erotica“, un opus conceptuel avec des thèmes peu habituels. Madonna y parle de sexe de façon crue mais aussi du sida, d’intimité, d’amour, de désir. Erotica reste le plus risqué de ses albums et le plus gros échec discographique de sa carrière en 20 ans. La critique lui pardonnera, le public aussi...

+-+

SUCCÈS, AMOUR ET KABBALE...

Tout lui réussit... Lorsqu’elle s’oriente vers le cinéma, elle nous propose en 1997 “Evita“ (qui lui vaudra un Golden Globe Award). Son album “Ray of Light“ sortit en 1998 lui vaut tous les honneurs, tout comme “Music“ en 2000 qui est son premier album depuis 10 ans à truster la première place aux Etats-Unis. Une tournée mondiale, un album “American Life“, un retour sur les planches et au cinéma, des livres, futur nouveau mannequin H&M, et son entrée dans le Petit Larousse Illustré, Madonna est comblée.

En plus, depuis quelque temps, la chanteuse semble avoir adopté un look plus sage et s’y tenir. Ce changement date à peu près de l’époque où elle a découvert le bonheur d’être mère. Eh oui, car la star est comblée aussi dans la vie puisqu’elle est l’épouse du réalisateur Guy Ritchie et la mère de deux enfants... Madonna s’est assagie... Fini le sexuel, bonjour le spirituel. Esther (son nom religieux) est aujourd’hui adepte de la Kabbale, un courant ésotérique juif qui fait fureur à Hollywood et “révèle toutes les lois physiques et spirituelles qui gouvernent le cosmos et l’esprit humain“. Chacun trouve midi à sa porte.

En 2006, à Los Angeles débute sa sixième tournée mondiale : The « Confessions Tour ». Avec 60 dates, en Amérique du Nord, en Europe, et au Japon, cette tournée est à ce jour la plus longue de toute sa carrière. Le but avoué de ce nouveau show est de transposer l’album Confessions on a Dance Floor sur scène et de transformer chaque lieu visité en gigantesque piste de danse. Le « Confessions Tour » renoue avec la provocation. Durant le morceau Live To Tell, elle se présente devant le public, crucifiée et coiffée d’une couronne d’épines. La controverse qui entoure cette scène est telle que dans certains pays la tournée est marquée par plusieurs incidents. Pourtant, le DVD du spectacle filmé à Londres remportera le Grammy Award de la meilleure vidéo musicale en 2008.

HARD CANDY, UN RETOUR SO « HIP HOP » !

En juillet, Madonna participe au concert caritatif de Al Gore, le « Live Earth », au stade Wembley de Londres. Elle y interprète trois anciens tubes ainsi qu’une chanson inédite : « Hey You », écrite spécialement pour l’occasion et produite par Pharell Williams. Ce sont les prémices d’un retour assurément Hip Hop ! Le 10 mars 2008, elle se voit intronisée au Panthéon du rock américain lors de la prestigieuse cérémonie des « Rock and Roll Hall of Fame ». Au mois d’avril, elle sort donc son onzième album « Hard Candy », qu’elle écrit et compose avec l’aide de Justin Timberlake, Timbaland, Danja et Pharell Williams. Le premier single est un duo avec le chanteur Justin Timberlake et s’intitule 4 Minutes. "4 minutes" devient son 37e Top 10 au Billboard Américain. Cela permet à la Madone de détrôner le record d’Elvis Presley (36 Top 10). Cet album, aux tendances Hip-Hop, semble marquer un nouveau tournant musical dans la carrière de la chanteuse. À la fin de l’été 2008, Madonna s’embarquera dans sa 7ème tournée mondiale le " Sticky and Sweet Tour ". Elle passera pour la première fois par le stade de France les 20 et 21 septembre prochains.

Avec plus 275 millions d’albums vendus (plus de 320 millions en comptant les single) Madonna, artiste aux multiples facettes, provocatrice jusqu’à en être censuré, traverse les années sans prendre une ride. Plus le temps passe, plus elle s’adapte aux styles qui l’entourent et plus elle entre définitivement dans la Légende... Rendez-vous l’année prochaine Madame Ciccone !

Article précédent
Article suivant