Article précédent
Article suivant

LOUISY JOSEPH

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Il est bien loin le temps de Lydy des L5, ce groupe de filles fondée lors de l’émission Popstar. Aujourd’hui, se dresse face à nous Louisy Joseph, une jolie jeune femme dans la force de l’âge. Elle a grandi, elle a mûri, et surtout elle fait ce qu’elle aime : de la très bonne musique. Son album très soul « La saison des amours » (réalisé avec Pascal Obispo) est un succès tout comme son titre « assis par terre » qui inonde les ondes... La tête bien sur les épaules, le sourire malicieux, Lydy Louisy Joseph est dans Nightlife...

Propos recueillis par CHRIS

 

 

NightLife : Après avoir quitté les L5, à partir de quand as-tu décidé de faire une carrière solo ? A vrai dire, c’est un peu pour ça qu’on s’est séparée... On avait fait le tour au bout de sept ans et chacune avait envie de voler de ses propres ailes. Ca faisait pas mal de temps que j’avais cette envie d’album solo... Je ne voulais surtout pas vivre avec les succès du passé, je voulais me construire enfin seule.

Louisy Joseph :

Pour ton premier album solo, tu as repris ton nom. C’est un choix symbolique ?

Oui bien sûr, je m’appelle Lydy Louisy Joseph, et je voulais surtout couper avec les L5, et montrer ce qui je suis vraiment, comme un retour aux sources. Dans le groupe, on avait perdu nos vraies personnalités, nous n’étions pas nous-mêmes que ce soit psychologiquement et encore plus professionnellement. J’étais comme dans une bulle formatée. On écoutait de la variété alors que moi je suis plus ragga, rn’b, et même rap, j’adore le B.O.S.S.

Tu t’es senti frustrée pendant les 7 années des L5 ?

C’est sûr quand tu ne fais pas la musique que tu aimes, c’est frustrant, mais je ne regrette rien, on a vécu énormément de belles choses, nous étions super heureuse. Mais, nous étions tiraillées entre la personnalité des L5 et nos vraies personnalités. Plus on grandissait et plus c’était dur à supporter. Alors aujourd’hui, je vis pleinement ce qui m’arrive et j’assume ce que je suis vraiment.

Tu as galéré pour faire cet album ?

Oui j’ai galéré, car quand tu as une étiquette, c’est très dur de s’en défaire. Ca a été une galère dans ma tête surtout ! Je voulais faire un album comme je le ressentais, sans personne pour me dire ce que je devais faire. J’ai du poussé pas mal de portes pour me faire respecter et travailler avec des gens qui ne me voyaient pas comme une L5. Pascal Obispo et Lionel Florence ont su entrevoir la vraie Louisy Joseph, et ça c’est le plus beau cadeau.

« Louisy Joseph représente ce que je suis réellement... »

Je crois savoir que tu as tout donné pour faire l’album, et même plus !

Oui, c’est vrai, j’étais dans une galère financière, j’ai vendu ma maison, mes meubles pour pouvoir montrer de quoi j’étais capable et enfin faire découvrir aux gens mon univers à moi. J’ai fait beaucoup de sacrifices, mais je suis fier du résultat, comme quoi la persévérance et le travail payent toujours.

Dans quel état d’esprit étais-tu pendant la réalisation de l’album ?

Pendant la réalisation de l’album, je voulais être la plus sincère et honnête possible. J’avais une étiquette lourde à porter, mais j’ai été au-delà de ça. Pascal Obispo me voyait dans le Rn’B, mais moi je voulais autre chose. Ca a causé quelques tensions, on a deux caractères très forts (rires) ! Il a quand même accepté de travailler avec moi. Je n’étais sûr de rien, je voulais juste chanter.

 

 

Le succès d’ « assis par terre » t’a t’il réconforté ?

Forcément un peu, mais ça m’a surtout montré que les gens aimaient ce que j’étais réellement et que ceux qui ont acheté le disque ont compris mon message. Cette chanson est incroyable. Quand j’ai lu la chanson de Lionel Florence, elle m’a semblé être une évidence, je voulais absolument la chanter, elle a une symbolique chère à mes yeux. D’ailleurs, l’enregistrement a duré quinze minutes, je ne l’ai chanté qu’une seule fois. Pascal a dit oui tout de suite, c’était la première fois qu’il m’entendait chanter !

Parle-nous de ton album « La saison des amours »...

En fait, cet album me rend nostalgique de certains moments de ma vie. Je déteste les surprises, j’aime les choses répétitives, comme les saisons par exemple, et leur éternel recommencement. Et puis, j’arrive à un âge de maturité, de raison, alors j’apprécie ce que m’offre la vie. Aujourd’hui, je veux vraiment croire à l’amour, je me sens capable de fonder une famille. Ma vie d’avant a été trop vite, maintenant je veux me poser, je ne veux plus que ma vie m’échappe. C’est ce que représente cet album.

Justement quel est ton type de mec ?

J’ai pas envie d’un mec qui m’emmène au restaurant ou qui me fait tout un tas de surprises. Je veux un mec comme moi, qui comprenne mon univers et mon métier. D’ailleurs je pense l’avoir trouvé...

De quels artistes t’inspire-tu ?

Angie Stone est un modèle pour moi. Ma culture c’est le Hip Hop et le Rn’B, mais je ne m’en sers pas forcément. J’adore Ayo ou encore Keziah Jones que j’ai rencontré il n’y a pas longtemps. J’aimerais beaucoup travailler avec lui. Sinon, j’ai énormément d’admiration pour Janis Joplin, j’aime dire que c’est ma prof !

Comment as-tu vécu le fait de faire de la scène toute seule ?

C’est vrai que ça m’a fait bizarre de ne pas avoir les filles à mes côtés, mais j’ai pris mon pied, car je fais ce que je veux... On ne me dicte pas de chorégraphie pompeuse, je me place ou je veux, je suis seule, en tête à tête avec mon public. Mais je tiens beaucoup au fait que mes musiciens soient à côté de moi, ça m’aide.

Tu as fait la première partie de la tournée de Christophe Maé, racontes-nous un peu...

J’avais peur que les filles m’étripent (rires) ! Mais le public m’a accueilli merveilleusement bien. Ils étaient là pour lui, mais ils ont su apprécier ce que je faisais et ma façon de chanter. Ils m’ont donné ma chance et aujourd’hui je pense que ces gens qui m’ont vu sur scène sont mon premier public.

Que peut-on attendre pour la suite ?

J’ai mon deuxième titre qui est sorti « Mes insomnies » et on est déjà entrain de préparer ma tournée pour 2009. Je suis tellement excitée à cette idée ! Tout ce que je vis, c’est du luxe. J’ai fait des trucs que je ne savais pas faire, je grandis tous les jours de ces expériences, c’est le plus important

Article précédent
Article suivant