Article précédent
Article suivant

KASABIAN

Par Nicolas George le 19-07-2009
Partager cet article :
Les Kasabian sont les grands hérétiques du rock d’outre-Manche, des rebelles du 21ème siècle avec un cœur de romantique, la rage de vivre des poètes et une vision hallucinée à griller la pupille à quiconque ne croit pas en eux… Avec leur nouvel album « West Rider Pauper Lunatic Asylum », Kasabian confirme qu’ils sont au zénith de leur puissance !
--> Interview réalisée par Nicolas George
 
 
Dans quel état d’esprit avez vous abordé ce troisième album ?
Le troisième album est celui sur lequel on te juge. C’est le moment où tu t’es fait un nom et où le public découvre qui tu es vraiment. En terme de succès, on a déjà ouvert la brèche. Maintenant on doit s’y engouffrer pour faire imploser le système. Et puis cette fois, on avait envie de prendre notre temps pour créer une œuvre plus ambitieuse !
 
Quelles ont été vos différentes inspirations pour composer ce nouvel opus ?
L’album s’inspire de films comme « La Montagne Sacrée » d’Alejandro Jodorowksy : c’est la bande originale d’un film imaginaire… Ce qu’on veut, c’est encourager le public à l’écouter comme un tout. Aujourd’hui on incite les gens à lâcher 99 centimes pour télécharger un seul morceau, or nous sommes convaincus que c’est vraiment sous estimer ce que les vrais fans de musique veulent écouter. On a voulu faire un album qui transporte l’auditeur vers de nouveaux horizons…
 
Un mot sur votre collaboration avec Dan The Automator, alias la légende du hip hop Dan Nakamura !
On avait bouclé l’album et il était prêt à partir. Le label était satisfait et prêt à le lancer tel quel. Et puis on a fait marche arrière : on s’est dit que ce serait bien de prendre l’avis d’une oreille extérieure. On a donc demandé à Dan pour voir s’il était partant pour le retravailler un peu. Avec le recul, l’album n’en était en fait qu’à 70% de son potentiel avant qu’on se mette au travail avec Dan. Il est particulièrement habile pour faire jaillir les idées. On a d’avantage mis l’accent sur la voix de Tom, tout en laissant suffisamment d’espace aux chansons pour qu’elles respirent. Et soudain, la nature profonde de l’album a émergé…
 
Comment avez vous vécu ces quatre dernières années passées sur les routes ? Eprouvantes ?
Oui, quatre ans sur les routes sans interruption ! On a joué partout, des stades de baseball japonais aux supermarchés mexicains… A la fin on était comme des vampires, sauf qu’on se nourrissait d’asphalte ! Et puis du jour au lendemain, tu te retrouves dans ton canapé sans rien avoir à faire, et à vouloir te taper la tête contre les murs…
 
Parlez nous du superbe morceau « Fast Fuse »…
Fast Fuse est un classique rock des temps modernes. Un gros coup de poing dans le ventre ! Une balle entre les deux yeux. Ces mots résonnent comme ceux du Wu Tang clan. On a poussé l’insolence aussi loin que puisse aller une chanson de rock.
 
C’est aussi une approche de la vie propre aux rock stars !
On avait vu un documentaire sur Hendrix dans lequel quelqu’un disait qu’il était né avec une « mèche  courte ». C’est toute l’idée du « vivre vite, mourir jeune » propre Jim Morrison et Kurt Cobain qu’on retrouve ici. On adore cette idée !
 
Enfin, le morceau « Take Aim » est particulier puisqu’il s’inspire des récentes émeutes qui ont eu lieu en région parisienne…
Oui, ce titre s’inspire de ces événements et de ses émeutiers. Là ça s’est passé en France, mais ça aurait pu se passer n’importe où ailleurs… C’est impressionnant de voir le peuple se soulever pour défendre ce en quoi il croit et hurler « Allez vous faire voir, trop, c’est trop ». C’est bien trop rare chez nous…
 
KASABIAN / « West Rider Pauper Lunatic Asylum »
Déjà Disponible
Article précédent
Article suivant