Article précédent
Article suivant

50 CENT

Par Nicolas George le 20-01-2010
Partager cet article :
Rappeur, homme d´affaires, scénariste, acteur ... Plus aucune production ne semble avoir de secrets pour 50 cent. Et pourtant, la musique garde une place essentielle à ses yeux. Après deux années d´attentes, son quatrième opus, « Before I self destruct » est enfin dans les bacs. On y découvre un Curtis Jackson plus sombre. Il revient, notamment, sur les expériences qui ont marqué sa vie ...
 
--> Interview réalisée par Rozenn Le Carboulec
 
 
 
Ton nouvel album marque une rupture avec les précédents ...
D´une certaine manière, mais le public le compare au premier album et c´est signe de réussite pour moi, car « Get rich or die tryin » reste une référence en matière de hip-hop. Je sais que je ne pourrai pas l´égaler mais je pense que j´ai fait les bons choix. C´est un projet crédible et honnête à mes yeux. J´offre plus d´imperfections, plus de vérité sur cet album.
 
Les singles sont différents du reste de l´album. Comment les as-tu sélectionnés ?
Les singles ont été écrits à part. Je voulais être sur que l´enjeu ne soit pas simplement de vendre l´album. Il fallait retrouver l´énergie qu´il y avait sur le premier projet, parce que j´avais écrit beaucoup de titres pour « Get rich or die tryin », comme « In da club », qui célébrait la vie. Mais sur mon nouvel album, je ne voulais pas réécrire cette chanson, faire les mêmes choses. Je voulais faire quelque chose de différent, montrer une autre partie de moi. Par exemple, « Baby by me » est le dernier single que j´ai écrit et le premier à être sorti. Je l´ai écrit en dernier car il parle vraiment de mon expérience, de la mère de mon fils. Je pensais aux relations, à la manière dont les gens se marient et se séparent, puis deviennent amis, donc j´ai ensuite écrit « Do you think about me ». J´évoque différents scénarios, qui parlent à ceux qui ne veulent plus d´une telle relation. « Baby by me » devait sortir en premier pour introduire le concept et lui donner du sens.
 
Pourquoi as-tu choisi Kelly Rowland pour le clip de « Baby by me » ?
Lors d´une tournée, j´enregistrais un titre et j´ai vu Kelly, je me suis demandé si je pouvais l´avoir dans mon clip. Je ne voulais pas la prendre au dépourvu donc j´ai appelé son manager. Elle était sur le chemin du retour pour Miami et elle s´est arrêtée. C´était génial parce qu´en Amérique ils avaient tous l´air de dire « Waouh il a pu avoir Kelly, la fille des Destiny´s Child ! », et en dehors du pays ses albums sont toujours numéros un. Elle est une star partout où elle va.
 
As-tu d´autres projets avec Eminem ?
J´adore Eminem. Je vais travailler avec lui dans tous les cas. Nous avons une relation qui n´est pas uniquement basée sur le business, sinon je ne resterais pas dans sa maison quand je suis à Detroit, j´irais à l´hôtel. Et c´est parce que nous avons un rapport proche que je collaborerai toujours avec lui. Il a beaucoup travaillé pour son album « Relaps » et nous avons commencé à écrire de nouveaux titres ensemble qui vont être complètement différents.
 
Y a-t-il une collaboration dont tu rêverais ?
C´est déjà fait. L´album « Curtis » était mon album d´artiste. J´ai contacté tous les artistes que j´admirais et j´ai travaillé avec eux pour essayer de trouver une nouvelle énergie. Être en studio avec quelqu´un d´autre change tout. Sur « Ayo technology », je rappe comme je ne l´avais jamais fait auparavant, parce que c´était une production faite pour Justin Timberlake et moi. Le titre n´a pas été numéro un tout de suite car il y avait Kanye West mais l´album était numéro un.
 
Ton actualité ne se limite pas à la musique, tu écris, entre autre, un scénario pour un film. Tu peux nous en parler ?
Je suis en train d´écrire mon deuxième scénario pour un film qu´il s´appellera « Guns », où je jouerai avec Val Kilmer. Il montrera comment les armes passent de l´usine à la distribution, et de quelle manière elles finissent dans la rue entre les mains de citoyens. Je suis content car j´ai conclu un accord avec ma société de production. Je ne jouerai pas forcément dans ces films, mais j´en financerai cinq et je pourrai faire les choix créatifs.
 
Avec tous les projets que tu mènes en parallèle, on peut penser que la musique a de moins en moins d´importance pour toi ...
Tout le monde continue à dire que j´oublie la musique mais la musique est ce pourquoi je suis là (rires) ! Je ne veux pas oublier comment j´en suis arrivé là.
 
Article précédent
Article suivant