Article précédent
Article suivant

LADY GAGA

Par Nicolas George le 06-05-2010
Partager cet article :

Sa tournée déjantée fera escale en Mai à Paris. Sold Out depuis bien longtemps, ses concerts devraient offrir un mélange de trash, de sexe, d’art et de pop, à l’image de l’avatar que Lady Gaga s’est inventé. La Success Story est en marche et semble être partie pour durer… Retour sur une ascension qui dérange, une histoire hors du commun: comment, en un an, Stefani Germanotta, alias Lady Gaga est devenue la digne héritière de la Pop ?

Pour mesurer le succès fulgurant de Miss Gaga, commençons déjà par quelques chiffres qui parleront d’entrée : son clip « Téléphone » a été vu 11 millionsz de fois en 48 heures, plus d’un million d’exemplaires du single « Just Dance » ont été vendus en moins de trois mois, le cachet de chaque date de tournée s’élève à 2 millions d’euros, 27 camions et 3 avions la suivent pour ce « World Tour », ses billets pour les 21 et 22 Mai prochain en France se sont vendus en l’espace de quelques minutes… Des chiffres qui pourraient donner le tournis à n’importe quel producteur ou starlette en devenir du moment. Mais Lady Gaga, au delà de ces performances chiffrées, a réussi, en moins de 3 ans à s’imposer sur la planète Pop et Dance mondiale, exilant les Britney Spears, Christina Aguilera et autres Kylie Minogue ou Shakira au rang de fifilles de cour de récré. Leurs quatre déhanchés et exhibitions réunis n’arriveraient pas un sein ou une fesse dévétue de Lady Gaga. Surtout, elle arrive là où les autres n’ont pas réussi à s’imposer : créer un « monde », une « image de marque » Lady Gaga. Seule Madonna, à qui on la compare souvent, a réussi cette performance jusqu’à maintenant. Avec le physique en plus… Car il faut bien l’avouer, Lady Gaga est loin d’être une bombe au niveau physique : 1,55 mètre, un décolleté qui ressemble d’avantage aux Vosges qu’au Kilimandjaro, une bouille ni angélique, ni très glamour… Mais voilà, l’attirance est dans l’attitude, dans l’univers qu’elle crée, dans ce qu’elle est. Et dans sa musique, of course.

 
De gogo danseuse à Gaga chanteuse
En 2005, Stefani réussit à obtenir un contrat avec Def Jam. Le directeur du label l´avait entendu chanter et était tombé sur le charme... Mais le contrat est brisé 3 mois après. Pour celle qui est encore Stefani, c’est le choc. En 2007, Interscope Records s´intéresse à elle. La maison de disques lui offre un contrat avec, en plus de ça, une collaboration avec Akon. Stefani, qui a compris qu’un nom de scène qui marque sera la première pierre dans l’édifice de sa personnalité, devient officiellement Lady Gaga : un nom sybillin qui rend hommage à la chanson de Queen, « Radio GaGa »). Par la suite, Gaga a plusieurs fois décrit son expérience en studios avec Akon comme exceptionnelle. Akon pousse ensuite Interscope Records à accepter que Gaga leur écrive des chansons. Ces paroles seront utilisées pour les albums de Britney Spears et les Pussycat Dolls entre autres... Pendant ce temps, elle commence à se produire dans de petites salles new-yorkaises. Gaga annonce en 2009 qu´il fallait qu´elle se déshabille pour que les gens l´écoutent ! Il faut dire que dès l’âge de 19 ans, la miss devient gogo danseuse pour gagner sa vie et tombe dans quelques fantômes de paradis artificiles… Pour autant, elle sait au fond d’elle que chanter est son seul but dans la vie. Un but qu’elle réalisera grâce à Akon qui produit son album « The Fame » (Polydor). Just Dance est diffusé à la radio. Le titre est une véritable bombe et squatte les premières places dans les charts ! La déferlante Lady Gaga ne fait que commencer... La chanteuse interprête son titre à l´émission Miss Univers et cette performance sera son premièr passage TV !L´artiste est nominée aux MTV Video Music Award 2008 dans les catégories Révélation de l´année et Meilleur clip !Pas de récompense pour cette fois mais dans la foulée arrive sa nouvelle petite bombe : « Poker Face », deuxième single de l´album, et son premier hit mondial. D´ores et déjà, la planète entière connait le body bleu de la chanteuse, ses perruques et son "Po-po-po-poker Face". En avril 2009, Lady Gaga égale le record de Christina Aguilera. Elles sont en effet les deux seules artistes à avoir obtenu la première place des charts avec leurs premiers singles. En Novembre 2009, Gaga a classé ses quatre premiers singles à la première place ! Fin Mai 2009, le blogueur et ami de la star, Perez Hilton déclare qu´elle est la nouvelle princesse de la Pop, à la place de Britney Spears.
 
Lady Gaga, Star de la Provoc 
En quelques mois de carrière, Lady Gaga a prouvé au monde entier qu´elle était une des stars les plus provocatrices du monde. Lors d´une soirée de l´année 2008, Lady Gaga et sa grande amie Lady Starlight s’amusent à imiter des positions sexuelles diverses. Les photos se sont bien évidemment retrouvées sur la toile. Nouveau Buzz, mini scandale, mais finalement, on se ditg que cela fait partie de son univers. Dans une interview datant de 2009, Gaga avoue qu´elle aimerait faire l´amour avec les trois Jonas Brothers en même temps. Dans une autre en janvier 2010, elle avoue que l’une de ses drogues préférées reste le sexe. La vidéo « LoveGame » est une de ses autres provocations : dans le clip-vidéo la chanteuse échange un baiser lesbien… Et puis arrive le coup de grâce (à prende au sens second du terme !) : la vidéo « Paparazz »i, réalisée par Akerlund mêle trash, mort ert sexe... La vidéo crée un incroyable buzz sur internet au point de remporter deux moonmen lors des MTV Video Music Awards 2009. Pendant sa performance aux MTV Video Music Awards 2009, la mise en scène veut que du sang sorte du costume de Lady GaGa. La sanglante performance finit avec une fausse pendaison de l´artiste. Sur sa vie privée, on raconte tout et son contraire : bi, lesbienne, hermaphrodite ( !)… Elle en joue, aimant mêler fantasme de vie décousue et perverse et existence posée et tranquille. Elle dit avoir un boyfriend mais aimer aussi les filles. Ca ne vous rappelle pas une autre gloire de la Pop ?
 
  
« Téléphone », le dernier chef d’œuvre de la Lady 
Le clip « Telephone », sorti en 2010, est un court-métrage dans lequel apparaît Beyoncé. Le vidéo fait un buzz considérable (7 millions de vues en 24 heures). La vidéo est un chef d´oeuvre qui mêle trash, humour et pornochic. On y voit entre autres Gaga entièrement nue, pour prouver qu´elle n´a pas de pénis comme plusieurs rumeurs voulaient le faire croire. Beyoncé et Gaga y tuent également de nombreuses personnes.. Le clip dure plus de neuf minutes : il s’agit là d’avanatge d’un court métrage que d’un basique vidéoclip ! Pour Lady Gaga, cette vidéo devait être un véritable « événement pop ». Elle a repoussé sa sortie, fait courir les plus folles rumeurs autour, a expliqué qu’elle voulait que la vidéo soit parfaite… Alors, marketing bien huilé ou véritable envie de marquer l’univers pop de son empreinte ? Au final, le buzz est parfaitement maitrisé et réussi : les fans, qui se ruent sur internet le vendredi 12 mars 2010 pour voir la vidéo. Le clip est bourré de petits clins d’œil, parfois subtils. Lorsque Gaga se fait déshabiller par les deux gardes, on peut entendre l’un des deux dire « Je t’avais dit qu’elle n’avait pas de b*te », sitôt accueilli d’un « dommage ! » … Cette scène, qui a choqué de nombreuses personne, n’a pas été tournée par hasard. En effet, il y a eu une rumeur qui disait que Gaga aurait un pénis … Elle a donc voulu se moquer des magazines people qui ont longtemps fait enfler la rumeur. Dernièrement la princesse de la pop a voulu poser avec un Sexto pour le magazine anglais « Q ». La photo ne s’est finalement pas faite. IL était moin une pour un nouveau scandale éclate. Finalement, l’univers de Lady Gaga, c’est aussi ça : être bordeline, être provocante, repousser les limites. Mais pour elle, l’art ne se conçoit pas autrement…
 

 

Article précédent
Article suivant