Article précédent
Article suivant

BOB SINCLAR

Par Nicolas George le 09-11-2010
Il est toujours là où on ne l’attend pas, en train de nous surprendre et au passage, faire du bien à nos oreilles ! Après un album atypique et très réussi de reggae, « Made in Jamaica », Bob Sinclar sample du 2 Unlimited, s’associe avec Sean Paul et nous livre un hit comme lui seul sait en créer :«Tik Tok ». Et si la prochaine étape pour ce touche à tout de talent était de s’investir dans un club, en parallèle de sa musique? La « Story Bob Sinclar » n’est pas prête de s’arrêter…

--> Interview réalisé par Nicolas George

Partager cet article :

Il est toujours là où on ne l’attend pas, en train de nous surprendre et au passage, faire du bien à nos oreilles ! Après un album atypique et très réussi de reggae, « Made in Jamaica », Bob Sinclar sample du 2 Unlimited, s’associe avec Sean Paul et nous livre un hit comme lui seul sait en créer :«Tik Tok ». Et si la prochaine étape pour ce touche à tout de talent était de s’investir dans un club, en parallèle de sa musique? La « Story Bob Sinclar » n’est pas prête de s’arrêter…

--> Interview réalisé par Nicolas George

 

Tu nous surprends encore une fois avec ce nouveau

titre, « Tik Tok » qui est un véritable carton !

Oui, j’avais surtout à coeur de faire un titre avec

Sean Paul ! Cela fait 5 ans que j’attendais ça ! C’était

impressionnant de le voir bosser, il est très pro. C’est

quand même une icône ! J’ai enregistré avec lui en

Jamaique. « Tik Tok », c’est d’ailleurs une danse

jamaïcaine à la base !

Tu samples sur ce titre un morceau de 2 Unlimited,

«Tribal Dance », tu étais fan de dance dans les années 90 ?

Oui, même si j’écoutais d’avantage les Masters At Work

ou de la House Garage. J’aime la « vibe » de ce morceau:

je déteste suivre la mode et j’aime surprendre. Comme

avec Africanism, l’idée c’est toujours « plus de fusion »,

donner envie de partir ailleurs !

C’était d’ailleurs réussi avec ton dernier album «

Made In Jamaica » !

Oui, je n’avais pas envie de faire un Best of de me titres

pour faire un Best Of. Je trouve qu’après tu n’as plus

rien à dire. Cela faisait 5 ans que j’allais en JamaÏque,

alors je me suis dit « pourquoi pas recomposer mes titres

façon reggae » ! C’était un projet hors série. Une sorte de

pèlerinage. Une vraie pilule de bonheur qui devrait être

remboursée par la sécu ! Surtout que j’ai eu la chance de

jouer avec la même équipe que Gainsbourg à l’époque.

Juste grandiose.

Tu voyages à travers le monde depuis des années

pour tes bookings et tes prods. Mais franchement,

tu n’as pas envie de te poser un peu parfois ?

Non, car il n’y a pas de lassitude de ma part. Alors, il est

vrai, parfois voyager c’est dur, mais bon, attends, je ne

vais pas à la mine tous les matins ! C’est quand même

cool ! Le plus dur, c’est parce que j’ai deux p’tits bouts de

chou et que j’aimerais bien les amener avec moi !

Quel rêve aimerais tu exaucer en tant que DJ ?

Jouer au Palace lors de sa grande époque avec Sly and

Robbie et tous les invités de mes albums !

La sortie de disque que tu surveilles de près

actuellement ?

Le prochain Daft Punk. Définitivement !

Quel concept t’a le plus bluffé dernièrement en club ?

Alors, si tu veux le concept qui me bluffe toujours, c’est

le VRAI clubbing. Je veux dire par là, quand le DJ est le

vrai maître cérémonie, qu’il y a de l’animation en salle

et que le public est fou ! Le « VIP » est désormais devenu

plus important que le DJ. C’est pour ça que Ibiza

reste indémodable : au Pacha, quand j’y joue, je me sens

vraiment le MC de la soirée !

Justement comment a évolué le métier de DJ

ces dernières années ?

Le DJ est devenu un investissement marketing à part

entière. On a compris quelque chose : il faut un marketing

fort, il faut du buzz. Tout passe dans la manière

dans laquelle tu crées ton image. L’image, ça fait 50 %

de l’artiste. Pour ma part, j’ai toujours su que l’univers

visuel était primordial, le public doit « visualiser » qui

tu es et, idéalement, avoir une image décalée. Si t’as un

vrai concept, c’est bon ! Mais le secret du DJ, c’est quand

même avant tout d’avoir une sacrée culture musicale.

D’ailleurs tu en es à combien de vinyles dans ta

collection perso ?

Plus de 35 000 ! Je vais bientôt devoir pousser les murs

pour tous les mettre !

 

Article précédent
Article suivant