Article précédent
Article suivant

VIRGINIE EFIRA

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

M6 lui a très vite fait confiance, bien lui en a pris... Virginie Efira représente clairement l’avenir d’une chaîne assurément tournée vers les femmes... La petite belge, « reine des prime » avale le PAF sans sourciller et enchaîne les projets. Devenue le capitaine du bateau « Nouvelle Star » avec une décontraction stupéfiante, elle se tourne a présent vers la comédie, sa passion. Elle tourne actuellement les premiers épisodes d’une série humoristique « Off Prime ». Son sourire a illuminé ma journée, son accent m’a fait craqué, j’ai même pas fini mes frites (rires)...

Propos Recueillis par CHRIS


 

« Dans la fête, je suis un mec... »

NightLife : Virginie, comment es tu devenue la touche ultra sexy de la « petite chaîne qui monte » (rires) ?

Virginie Efira : Ca commence bien (rires)... Je ne sais pas si je représente vraiment cela mais si tu le dis (rires)... En fait je m’occupais de la quotidienne de « la nouvelle star » en Belgique. Je venais de temps en temps sur le plateau de « La nouvelle star » en France. J’ai été identifiée comme animatrice par une personne d’M6 qui m’a proposé de faire un casting pour la météo... Je t’avoue que cela ne m’a pas emballé des masses, même si c’était une météo humoristique et décalée...En tout cas je passe le casting et on ne me propose pas la météo, mais un Prime Time. L’aventure M6 a commencé...

Faire de la télé, c’était un rêve de petite fille ?

Non, pas du tout... Je voulais faire de la comédie à la base. J’ai toujours été attirée par le théâtre, le cinéma, me mettre dans la peau d’un personnage. La télé est arrivée comme ça et j’en suis très heureuse.

La « Nouvelle Star » va bientôt reprendre... Mais quelle a été ta première réaction quand M6 t’appelle pour remplacer Castaldi aux commandes de l’émission ?

Déjà, nous n’étions pas sûr qu’il s’en aille, c’était une situation un peu particulière. J’avais beaucoup d’appréhension à l’idée de reprendre l’émission en cours. Mais j’ai accepté sans sourciller parce que, d’une, c’est une émission géniale, et aussi parce que je venais de faire des choses qui me plaisaient et que cela se posait dans la continuité.

+-+

C’est un émission en direct qui plus est en Prime Time, ressens tu de la pression ?

Franchement, je n’ai pas le temps d’être sous pression, on si peu de temps de préparation... Je ne me pose jamais de questions, ça m’évite de cogiter. Si je sens un peu de trac, je monte sur scène et je chante pour évacuer. Et puis, c’est aussi l’avantage du direct... Tu travailles sans filet et le plantage fait partie de tout cela. C’est ce qui rend authentique « La Nouvelle Star ». Le plus important c’est quand même le jury et les candidats. Moi j’essaye de garder un rythme tout au long du programme. Ce qui est chouette c’est de pouvoir être spontanée, parler à la T.V comme on parle dans la vie.

Finalement, on ne te connaît que dans la peau d’animatrice de divertissement. N’es tu pas attirée par un autre genre ?

Tu sais, j’adore le divertissement... Mais surtout, je n’ai aucune culture T.V. Je n’ai pas envie de faire des choses sérieuses, de me prendre la tête. Je fais ce que je sais faire de mieux. J’ai des envies de fictions, ça c’est une certitude, j’aimerais également beaucoup faire un Talk Show.

"A Paris, la tendance est clairement schizophrène..."

Alors justement, en parlant de fiction, tu termines le tournage d’une nouvelles série sur M6 dans laquelle tu as le premier rôle : « Off Prime ». Peux tu nous en parler ?

C’est un projet qui me tient vraiment a cœur... C’est une série humoristique de 26 minutes sur la vie d’une animatrice en dehors des plateaux T.V. Elle est réalisée par Bruno Solo et Stephan Kopecky. J’y joue mon propre rôle, même si je précise que cela reste une fiction. Mon personnage a un désir de reconnaissance, elle est jalouse de Mélissa Theuriau etc... Il y a de nombreux guests qui jouent leur propre rôle. Tout est basé sur la dérision, c’est pour cela que c’est très drôle. La diffusion est prévue pour Avril, Mai ou bien Septembre. J’ai hâte !

Virginie, tu es devenue une « people »... Quels sont les avantages de ce statut très « fameux » (rires) ?

C’est péjoratif tu trouves pas ? J’existe pour ce que je fais et pas a travers des photos de magazine. Heureusement pour ma santé mentale, je n’ai pas besoin d’être dans les pages « people »... Franchement, c’est pas l’avantage du siècle ! Je ne sais pas si cela fait avancer ton épanouissement personnel, mais en même temps ça fait partie du jeu... Je ne dois pas être assez « peopolisée », on ne me traque pas toute la journée (rires) !!! La seule chose a peu près agréable, c’est que les gens sont sympas avec toi, comme si tu faisais partie de leur famille...

Toi qui vient de Bruxelles, que penses-tu de la vie parisienne ?

A Paris, la tendance est clairement schizophrène (rires)...Ici, c’est beaucoup plus emporté, en Belgique c’est plus calme... Je passe facilement de l’une à l’autre. A Paris il y a une énergie que j’aime bien, je découvre une ville aux milles secrets, c’est sympas.

" Heureusement pour ma santé mentale, je n’ai pas besoin d’être dans les pages people"...

Tu sors beaucoup ?

Je vais principalement au Baron... Je suis très rétro dans mes choix musicaux, absolument pas pointue musicalement parlant... Le Baron m’offre un compromis que j’apprécie énormément. J’adore les karaoké du dimanche soir ! C’est petit, il y a des feelings qui se créent facilement. J’aime sortir avec mes amis, dans la fête j’ai l’impression d’être un mec...

Les hommes hésitent ils avant de t’aborder et te draguer en soirée ?

Je ne pense pas faire peur aux hommes... Je ne sais pas vraiment si mon statut joue quand un mec m’accoste... Bon tu as toujours les mecs qui font style qu’ils ne te connaissent pas, c’est toujours très marrant...

As-tu encore le complexe « blonde et belge » (rires) ?

T’es dur avec moi... Non, mais je crois ne l’avoir jamais eu ce complexe... On me prend pour la fille drôle et sympa, ce que je suis (rires). En tout cas, on ne s’est jamais foutu de ma gueule à cause de ça, au contraire...

Article précédent
Article suivant