Article précédent
Article suivant

DJ TIEFSCHWARZ L’ESSENCE MEME DE L’ELECTRO !

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Ils sont et restes l’un des duos les plus emblématiques de l’électro en Europe, les dépositaires d’une griffe, d’une « Tiefschwarz Touch ». Les allemands se promènent sur la vague d’un son avant-gardiste, tout en laissant des pistes pour les générations à venir. Ils sortent aujourd’hui un double CD fêtant leurs 10 dans l’industrie musicale. L’opus retrace leur parcours musical, leurs influences, mais aussi bon nombre de souvenirs. Ils seront en représentation exceptionnelle au Bataclan le juin... En attendant ils sont dans NightLife...

Propos recueillis par CHRIS Spécial Thanx To Jessica


NightLife : « Tiefschwarz » ca veut dire « Profondément noir » en Allemand, pourquoi ce nom ?

Tiefschwarz : Le nom nous est venu en revenant d’un voyage en Suisse. Basti et moi avons voulu trouver un nouveau nom de projet... On tournait avec notre propre nom à ce moment là « Schwarz » (qui signifie noir) et on a voulu y ajouter un truc qui prouvait notre amour pour la Deep (profond) House. Alors on a fait un mix, « Tief » pour profondément et « Schwarz » pour noir.

Comment avez-vous commencé dans la musique et dans la production ?

Le Djing est venu en premier, nos influences étaient alors très vastes, en gros on kiffait ce qui la bonne musique en général et pas simplement la dance-music. Nous étions dans le rock, la dance, la techno et l’underground, il est difficile de ne t’en citer qu’une... La production est venue grâce aux Masters At Work, des mecs que l’on adore. C’était au début des années 90.

Comment décririez-vous votre musique ?

C’est une question très difficile. Nous avons beaucoup changé au cours des dernières années. Nous nous sommes toujours renouvellés, c’est un point positif. Nous détestons nous ennuyer dans la musique. En fait, c’est un mélange de house primaire, avec parfois un peu plus de techno, parfois avec de l’électro, mais notre base est définitivement house.

A l’occasion de vos 10 ans, vous sortez un double album : « Black Music ». Quel est le concept ?

C’est un mélange très ouvert de mix de Dj’s que l’on adore sur le Cd 1. Ca va de Sébastien Tellier à Mia, Tuff Little Unit, Ron Trent en passant par Karl Craig. L’autre CD est un choix de 6 tracks de Tiefschwarz, de toutes ces années, remixés par des amis et des producteurs intéressants. Le DJ mix est comme un clin d’œil à notre univers, ce qui a été important pour nous au cours des dernières années, le second c’est plus une vue plus profonde de nos goûts et de nos choix musicaux.

Pourquoi « Black Musik » ?

Parce que nous sommes « Schwarz » (Noir en Allemand) et que nous aimons les choses simples (rires) !

Comment évolue votre label « Souvenir » ?

Super bien ! Nous avons seulement commencé le label en octobre (par notre titre « hey » sous le nom d’Ichundu) et nous avons déjà signé les titres de Riton, Phonique et nous sommes sur le point d’enregistrer un track de Tom Mangan. À côté de l’album, nous avons tous les remixes qui sortent sur vinyle, avec quelques bonus en prime. Il y a également notre nouveau titre qui sortira sur le label en juin « Black Out »... On a d’autres idées qui arrivent...

Que pensez-vous de la scène électro en ce moment ?

Elle est super intéressante parce que tout semble être possible ! Il y a beaucoup de nouveaux très doués, et depuis l’avènement des nouveaux médias et d’internet les possibilités sont infinies... Nous pouvons atteindre n’importe qui dans le monde, très rapidement.

Et que diriez-vous de la musique électronique allemande ? Elle est reconnue dans le monde entier...

En Allemagne, c’est vraiment de la bonne musique. Ce n’est pas important qu’elle soit d’Allemagne ou d’ailleurs. Il semble quand même que chez nous il y a une très bonne génération et qui vient de toute l’Allemagne. Nous avons « Playhouse » et « Cocoon » à Francfort, « Trapez » et « Kompakt » à Cologne, des labels à Hambourg et naturellement beaucoup d’autres à Berlin comme « Souvenir », « M-nus », « Mobilee »... Tout n’est pas forcément concentré sur une ville et c’est une très bonne chose.

La scène électro commence a vraiment se développer en Europe de l’Est, que pensez-vous de cette expansion ?

C’est intéressant, mais il faut faire très attention, car parfois les agents sur place vous bookent dans d’immenses clubs très commerciaux juste sur votre nom. Vous ne pourrez pas jouer votre son, et là c’est difficile. Il faut se renseigner avant.

Vous avez mis des clubs à l’envers des clubs à l’envers parfois (rires) ! Quel est été le moment le plus étrange ?

(rires) ! La plupart des moments étaient délirants... Mais c’était définitivement après une soirée au « Space » l’été dernier à Ibiza, dans une villa appelée « The Villa of Joy »... Tout le monde était en costume et c’est parti en vrille (rires)... En dehors et dans la piscine...

Qu’est ce qui vous manque le plus lorsque vous voyagez ?

Notre vie sociale et nos potes.

Qu’est ce que vous n’oubliez jamais avant de partir ?

Nos passeports et des sous-vêtements « frais » (rires) !

« On adore cuisiner, c’est vraiment une passion. Le processus de préparation d’un bon plat est fascinant... »

Qu’est ce qui distingue un bon Dj d’un autre ?

Pour être bon, un dj doit savoir manipuler les gens, mais positivement j’entends. Tu captes les gens et tu les emmènes en voyage avec toi... Un très bon Dj peut prendre les gens, les soulever par le cou et les emmener avec lui, et en plus les gens se laissent faire. Ca c’est le pied. Dès que tu as captivé la foule tu peux l’emmener ou tu veux... C’est ca être bon.

Avec qui aimeriez-vous collaborer ?

C’est toujours Bjork et depuis des années, mais ce n’est pas simple...

Quels sont les disques que vous jouez actuellement que vous voudriez recommander ?

Il y a le nouveau « Xtension » sur Freak n’Chic qu’on adore, il est fantastique ! Il y aussi Efdemin « Bells acides » sur Curle, « Samin remix » de Tiefschwarz et le nouveau Blackstrobe « I’m a man ». Ce morceau est étonnant !

Quel est votre avis au sujet de l’échange de musique sur internet ? Est-ce bon ou mauvais pour les affaires ?

On pense que c’est bon et nous pratiquons déjà la distribution numérique sur notre label « Souvenir ». Et ça aura encore plus d’importance dans l’avenir.

Loin du travail, qu’est ce qui vous inspire ?

La cuisine ! On adore cuisiner, c’est une forme de méditation. Evidemment on fait aussi du sport, c’est important... Mais franchement la cuisine c’est le top. On aime aller au marché, préparer les produits et entamer la phase de préparation d’un bon plat, très sain mais très goûteux. On aime lire aussi... En ce moment c’est livres de cuisine et une histoire pèlerinage...

Où voyez-vous dans 10 ans ?

Si tout va bien pas dans un club !

Que sauveriez-vous de votre maison si elle brûlait ?

Définitivement l’ordinateur portable. C’est ce sur quoi je compte le plus, il y a ma vie là-dedans !

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes qui arrivent ?

Croyez en vous et uniquement en vous... C’est vous seuls qui êtes maîtres des choses et de votre vie.

Comment aimeriez vous qu’on se souvienne de vous ?

Puisqu’on est toujours ici et encore pour des années, on ne pense pas encore à ça... Revoyons- nous dans 20 ans (rires) !

Article précédent
Article suivant