Article précédent
Article suivant

Amel Bent

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


Gommée, l’étiquette de « néo artiste » connue dans un show télé, Amel Bent a su s’imposer dans la cour des grands et confirmer tout le bien que l’on pensait d’elle avec « A 20 ans », son deuxième album. Charles Aznavour, Diam’s, Obispo, la belle et rebelle a su s’entourer de pointures pour cet opus poignant et intimiste. Entre coup de gueule contre la presse people et coup de cœur pour ses rencontres artistiques, Amel Bent se confie dans Nightlife…

+-+
Nightlife : « A 20 ans » est un album qui te ressemble vraiment. Tu as écrit 80% des morceaux… Pourquoi était ce si important de prendre autant la plume sur ce deuxième album ?
Amel Bent : J’avais énormément de choses à dire en fait. Et je n’avais pas envie de les faire dire par quelqu’un d’autre… Et puis je voulais voir si j’y arrivais toute seule. C’était un beau challenge. J’avais commencé à écrire vers la fin de ma tournée, quand tu passes par des états plutôt mélancolique et je voulais poser en texte ces sentiments très personnels. Et même si je suis une fille joyeuse, je préfère chanter des chansons tristes ! « rires) En tout cas je suis très fière de mon disque et j’ai hâte de le présenter sur scène devant mon public…

Tu as reçu un joli cadeau avec la chanson « Je reste seule » écrite pour toi par Charles Aznavour…
Oui, ça m’a fait énormément plaisir qu’il accepte de composer pour moi. Charles Aznavour a toujours été mon idole et c’est lui qui m’a donné envie de chanter. Mais je n’aurais jamais osé lui demander quoi que ce soit. Enregistrer cette chanson m’a énormément émue…

Sur cet album il y a également un duo avec Diam’s…
Diam’s est avant tout une amie. Je voulais faire ce duo avec elle. C’est la continuité de nos précédentes collaborations. Elle a adoré « A 20 ans » donc on l’a fait tout naturellement ensemble!

Parle nous de ta collaboration avec Pascal Obispo sur le titre « Nouveau Français »…
Il m’a fait écouté quelques morceaux en studio… Je m’attendais à la base à des compos plutôt mélancolique et puis j’ai eu un véritable coup de cœur pour « Nouveau Français » ! C’est également une chanson que j’adore car son thème est important à mes yeux.

Quel est l’artiste avec lequel tu serais partante pour un duo ?
Tunisiano de Sniper sur un morceau mélancolique… Ca serait top ça !

Ton regard sur la scène Rap / Hip Hop actuelle ?
J’adore le Hip Hop ! J’ai été élevée avec cette musique. J’ai collaboré avec La Fouine, Kery James et bien d’autres... Mais je suis pleinement consciente que je ne suis pas en train de vivre la meilleure période du Rap actuellement.

Depuis que tu es médiatisée, quelle est la partie de ton métier qui te semble la plus difficile ?
Sans hésiter : gérer les magazines people. J’ai l’impression que l’on n’y voit que moi, c’est peut être très égocentrique, mais des fois je me dis « mais ils ne peuvent pas parler un peu des autres » ! Des fois même quand on m’appelle j’ai peur que l’on m’apprenne que l’on a lu des choses sur moi dans la presse…
+-+
Cette presse people ne t’a d’ailleurs pas épargnée, notamment autour de ta relation avec Moussa… D’ailleurs dans les dédicaces de ton album, tu dis à ta mamie : « Ne lis jamais Voici (et les autres non plus…) ».
J’ai été traumatisée. J’ai pleuré. J’avais l’impression de salir ma famille. Et ça, ça me rend très triste. J’ai été amoureuse de Moussa. En plus de tout ça, je n’avais pas de problème à m’afficher avec lui, je n’avais rien à cacher ! Donc pourquoi faire autant de scandales autour ? C’est comme lorsque l’on me montre avec telle ou telle personne avec qui l’on me prête une relation… C’est dingue de m’afficher avec des gens que je ne connais pas. Dans ma famille on n’a pas cette éducation, donc ça crée toujours des tensions et surtout des incompréhensions. Mais je vais beaucoup plus me préserver à l’avenir.

Tu es vraiment très famille à ce que je vois…
Totalement… J’ai même le prénom de ma mère Rabia inscrit dans mon cou ! Bon, j’ai aussi un papillon en bas du dos fait à Tahiti et un troisième dans un endroit plus intime. Non, non, tu ne sauras pas où !

Je crois savoir en revanche que tu n’es pas une grande fêtarde !
Ah non, je crois que je ne vais pas avoir énormément de bons plans à filer à tes lecteurs ! J’aime rester simple et tranquille dans les endroits où je vais… Pour te dire, le resto que j’aime le plus, c’est limite, si ce n’est pas le Mac Do ! (rires) J’aime bien le côté strass paillette du métier mais je n’ai pas besoin d’être avec des stars pour être bien !

Y’a-t-il une rencontre avec un artiste qui t’a particulièrement marquée ?
Edouard Baer. Je l’adore. Il est super cool. J’ai chanté à son spectacle, c’était marrant ! Là aussi la presse people nous a prêté une relation, ensemble, alors que pas du tout ! Les médias ont un peu gâché cette amitié naissante, c’est vraiment déplorable…

Le pire plan drague que l’on t’ait fait ?
Oulah, alors là, je crois que c’est un peu ceux que connaissent toutes les jeunes filles… Les approches bien lourdes, tu vois ce que je veux dire… De toutes façons, dans le jeu de séduction, je préfère que tout parte d’un esprit « délire ». J’aime bien les histoires qui commencent par une rigolade ! Et puis de mon côté, je ne kiffe pas draguer : c’est un truc qui me fait flipper !

Et en ce moment, Amel Bent, elle est amoureuse ?
Grave ! De mon album et de ma musique ! On passe nos jours et nos nuits ensemble !

AMEL BENT, « A 20 ans » (Jive Epic / Sony BMG) – Déjà Disponible
Article précédent
Article suivant