Article précédent
Article suivant

LILOU FOGLI

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
On pourrait dire de Lilou Fogli qu’elle est « Multi-Pass », tant elle touche à tout avec brio. Du mannequinat à la publicité en passant par la télévision, le cinéma ou le théâtre, Lilou a tout fait et bien fait. Cette superbe blonde plantureuse au regard malicieux est loin des clichés habituels, messieurs, elle va vous mettre à l’amende. Maîtrise de finance en France, Masters aux Etats-Unis, Actors Studio, Masters in Fine Arts, c’est sûr Lilou n’est pas une blonde comme les autres… En tout cas, elle est au théâtre du Gymnase jusqu’en Juin dans « Jupe Obligatoire » et dans NightLife…
Propos recueillis par CHRIS


+-+

NigthLife : Lilou, comment es-tu devenue comédienne ?
Lilou Fogli : En fait, je n’étais pas spécialement partie pour être comédienne, même si j’avais quand même ce souhait… J’ai vécu sept ans aux Etats-Unis pour faire des études de finances, je suis d’ailleurs titulaire d’un MBA. Mais, ma passion pour le théâtre et la comédie m’ont poussé vers l’ «Actors Studio » à New York. J’y ai passé trois ans puis j’ai joué des rôles pendant un an aux Etats-Unis. Au agent Français « Art Média » m’a proposé ses services et je suis rentrée en France.

Revenons sur le mythique « Actors Studio »… Expliques nous ce que l’on y fait.
Le cursus dure trois ans et tu apprends un peu tous les aspects du métier comme la réalisation, la scénarisation, la comédie etc… Au début, on est 3000 et il n’en retienne que 60, je te dis pas la sélection mortelle (rires) ! Ce sont des cours ultra complet, et puis tu rencontres des gens importants, ça m’a permis par exemple de participer à un cours donné par Jeanne Moreau. Tu as donc des cours plus des heures de répétitions. C’est une immersion totale. Il te donne même des cours pour perdre ton accent quand tu es étranger.

Pourquoi es tu revenue en France ?
En fait, je me sentais extrêmement bien à New York, je ne voulais plus rentrer en France. C’est une ville exceptionnelle quand tu es jeune et célibataire. Mais, pour percer dans le cinéma, il fallait aller à Los Angeles, et je n’avais pas envie, alors j’ai tenté ma chance à Paris.

Et ton retour en France s’est passé comment ?
Ca s’est super bien passé. J’ai tourné des téléfilms et séries pour la télévision, des publicités, un long métrage anglais et quelques autres choses. Et bien sur, je suis au théâtre du Gymnase pour la pièce « Jupe Obligatoire »…

Alors justement, fais nous le pitch de la pièce…
En fait, Bernard, comédien plusieurs fois « césarisé » demande à France de lui écrire un scénario sur les premiers pas d’un couple dans le monde échangiste. France ignore tout de ce milieu et pond un scénario horrible. Bernard lui présente donc Sharon une « bimbo » prête a tout pour devenir célèbre. Forte de son expérience dans le milieu, elle aide France à plancher sur le scénario. Et de là découle plein de situations drôle et beaucoup de revirements…

Le personnage te ressemble t’il ?
Pas vraiment par contre on se ressemble dans l’énergie que l’on a toutes les deux. Comme elle, je suis spontanée, mais par contre je suis loin d’être paumée (rires)…

+-+


Qu’est ce que tu aimes dans le théâtre ?
J’aime le fait que ce n’est jamais pareil d’un soir à l’autre. Les gens sortent du boulot, ils sont stressés, ils viennent te voir, tu le sens qu’ils sont à cran. Et puis ils se détendent, se dérident et finalement sont enjoués. C’est cette communion avec le public qui est formidable au théâtre. C’est un vrai challenge tous les soirs.

Ce qui est embêtant avec toi, c’est que vu ton cursus, les blagues sur les blondes c’est mort…
(Rires)… C’est vrai, mais franchement ça me fait beaucoup rire ? On m’en fait quand même, car on se base sur l’apparence, mais je le prends pas mal, c’est rigolo. C’est comme les mecs un peu lourds, je ne les blâme, ils me font délirer.

C’est quoi ton style de mecs ?
Je vais pas être super originale, mais j’ai pas vraiment de style de mec, par contre il faut qu’il me fasse rire sinon c’est mort d’avance. Côté physique, un mec petit et bedonnant ça ne me dérange pas du tout…

Tourner dans une grosse prod’ à l’Américaine, ça te ferait kiffer ?
Bien sûr, je ne me cantonne pas à tel ou tel rôle ou à tel ou tel cinéma. J’ai un agent à Los Angeles qui m’appelle souvent pour des rôles, mais avec la pièce à Paris c’est compliqué. Effectivement, tourner dans un blockbuster ça pourrait être génial.

As-tu un rêve de film ?
Oui, alors ce serait un film d’époque, genre fin du 18ème siècle, ou je serais pianiste et atteinte d’une maladie incurable. A mes côtés il y aurait Isabelle Carré, Karine Viard et Thierry Frémont pour les acteurs français et pour les autres ce serait Edward Norton, Kate Blanchett et Kate Winslett.

Pas mal le casting… Tu vas beaucoup au cinéma ?
Oui, j’adore ça, et franchement j’aime tous les genres. Ca va de l’action à la grosse production hollywoodienne en passant par les films d’auteurs ou les films français. Bon il n’y a pas de comparaisons possibles entre le cinéma Français et les films américains. Nous on est plus nature, plus vie quotidienne, les relations humaines ou les histoires de couples. On a pas la fibre de la grosse production et le cinéma d’action. On a peut être pas l’argent non plus…
+-+
Tu sors beaucoup à Paris ?
Pas du tout. Je ne suis pas dans le délire des soirées V.I.P ou mondaines, je laisse ça aux autres. J’adore cuisiner donc je suis plus dans le délire des bonnes bouffes entre copains à la maison. Mais j’adore Paris, je vis dans le Marais, c’est un quartier vivant, tout comme Montorgueil ou j’aime aller. Par contre je suis marseillaise alors je n’oublie pas mes racines et ma famille est là-bas.

Et sinon ?
Tu veux savoir plein de trucs dis moi ! Sinon, je vais arrêter de fumer car je sens que je vais en crever, j’adore l’OM, le tennis, le rugby, Chopin, je mange des frites avant de monter sur scène, je déteste les chaussettes blanches et je ne prends plus de vélib’ car c’est trop dangereux (rires) !
Article précédent
Article suivant