Article précédent
Article suivant

50 CENT

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :



Comme vous devez vous en douter 50 Cent est un nom d´emprunt quels parents pourraient appeler leur enfant 50... Le vrai nom du rappeur est en fait Curtis Jackson. D´ailleurs le nom de 50 cent a bien failli lui causer quelques soucis...
En effet la famille du vrai 50 Cent accuse la star du rap d´avoir volé son nom de scène au défunt gangster new-yorkais Kelvin Martin qui terrorisait les rues de Brooklyn dans les années 80. La famille du gangster est furieuse qu´il ait pris ce pseudonyme bénéficiant ainsi selon eux de la notoriété de Kelvin Martin.
C´est donc tout naturellement qu´elle réclame un pourcentage sur la fortune du rappeur.

La tante de Kelvin Martin a ainsi confié au quotidien américain New York Daily News : "Il bénéficie de tous les avantages à porter ce nom et ne partage pas ce qu´il récolte." De son côté Fifty réplique : "J´ai choisi le nom 50 Cent parce qu´il exprime tout ce que je pense. Je suis le même genre de personne que l´était 50 Cent."
De bonne foi le rappeur a promis de payer un mémorial à l´ancien gangster en l´honneur de ses idéologies violentes... Bref avant presque d´avoir mis un pied dans le show Bizz Fifty a des problèmes...



UNE ENFANCE BERCÉE PAR LA MORT ET LA DROGUE...

Revenons au commencement... Curtis Jackson a grandi dans le Queens (Southside Jamaica) quartier de New York. Très tôt son père quitte le foyer et laisse Curtis en charge à sa mère qui elle deale de la drogue. Un incendie mystérieux ravage leur maison et emporte sa mère Fifty n´a alors que 8 ans. Ses grands parents décident de s´occuper de lui et de lui offrir une vie équilibrée. Mais c´est la route inverse que choisit le jeune Curtis Jackson. Il traîne dans les rues de New York où il fait des business en tout genre dont la vente de crack ce qui lui vaut un bon gros casier judiciaire. Très tôt il devient papa et il décide de se lancer sérieusement dans le rap. Malheureusement son passé de « gangsta » le rattrape.

En 1996 un premier déclic se produit... Alors que Fifty erre entre la rue et la prison il fait la rencontre de Jam Master Jay du groupe Run DMC qui va lui enseigner les bases du Hip Hop. Étonné par le potentiel énorme du jeune homme Jam Master Jay lui fait signer un contrat sous son label JMJ Records. Grâce à ça 50 Cent rencontre les boss du puissant label New Yorkais : Trackmasters (Nas Jay-Z...) Tone et Poke. Ces derniers lui offrent la possibilité de signer avec Columbia Records et de travailler ensemble sur un premier album. 50 Cent n´hésite pas et signe nous sommes en 1999. En quelques jours le rappeur va écrire 36 chansons destinées à son album « Power of the Dollar ». Pour faire monter le buzz trois singles vont sortir et commencer à faire parler du jeune rappeur (« Thug Love » « Your Life´s on the Line » et « How to Rob »). Le franc parler et le côté incisif de 50 Cent commencent également à attiser la colère et les jalousies...



50 CENT L´HOMME A ABATTRE...

À cause du sulfureux titre « How to Rob » dans lequel il explique comment il dépouillerait les grands noms du rap il se fait poignarder à cinq reprises.
C´est le début des malheurs physiques de Fifty et un tournant dans sa carrière... Le drame survient en Mai 2000... À quelques jours de la sortie de son album et alors qu´il est en pleine ascension 50 Cent est pris pour cible devant la maison de ses grands-parents au 161st Street Jamaica. Installé dans sa voiture il est touché de plein fouet par 9 balles de 9mm. Ses jambes sont criblées de 7 balles une lui transperce la main et la dernière viendra se loger près de sa mâchoire. Suite à ce drame sa maison de disque décide de rompre le contrat et d´annuler la sortie de l´album par peur que l´artiste ne puisse assurer.

Récemment on a appris que la tentative d´assassinat sur Curtis Jackson aurait été orchestrée par le monstrueux label de rap « Murder Inc » en échange de blanchiment d´argent et un petit peu aussi parce que Fifty s´en prend au clan « Murder Inc » et à Ja Rule en particulier. Pour l´instant rien n´est prouvé...
Bref... Après de long mois de rééducation 50 Cent va se tourner progressivement vers le circuit undergroung New Yorkais. Il va chercher ses potes d´enfance que sont Lloyd Banks et Tony Yayo et fonde le G-Unit. À cette époque il se remarquer par le producteur Sha Money XL et Dj Whoo Kid et commence à bosser avec eux... C´est un gage de qualité pour lui et sa notoriété grandit de plus en plus.



EMINEM SAUVEUR MALGRÉ LUI...

C´est alors qu´un certain Eminem le remarque et lui propose de signer sur le label qu´il vient de créer avec Dr Dre : Shady/Aftermath.
C´est véritablement le déclic pour sa carrière... Il s´enferme alors pendant plusieurs mois avec les deux stars du rap et enregistre. Eminem l´invite à « poser » sur la B.O de son film « 8 Mile » 50 Cent éclabousse la bande son de toute sa classe au Mic... Devant tant d´engouement et craignant le piratage le label décide d´avancer la date de sortie du premier album de Fifty « Get Rich or Die Tryin´ ». Dre et Eminem étaient assez confiants sur la possibilité de succès de cet opus et le moins que l´on puisse dire c´est qu´ils avaient raison...

À sa sortie l´album de Fifty explose tous les records de ventes. En 5 jours seulement près de 875.000 copies se sont écoulées. À l´heure actuelle « Get Rich or Die Tryin´ » s´est vendu à environ 11 millions d´exemplaires et reste le plus grand succès de l´année 2003. Des titres tels que « In Da Club » (qui est d´ailleurs la musique qui remplace le célèbre « Happy Birthday » aux USA) « P.I.M.P » ou « 21 Questions » ont trusté les premières places des charts mondiaux et sont constamment joués en club. Sur sa lancée la nouvelle star du Hip Hop fonde son propre label « G-Unit Records ». Un des membres du Crew Tony Yayo est arrêté et emprisonné il est remplacé par Young Buck. L´album du G-Unit « Beg for Mercy » sort quelque temps après et dépasse les 4 millions d´exemplaires vendus.



LE BUSINESS DES DÉRIVÉS DE 50 CENT...

50 Cent connaît la gloire et le succès... Il décide alors tout comme P.Diddy ne se mettre au business. En partenariat avec Reebok il lance une marque de basket puis lance une ligne de vêtement à l´effigie de son crew (G-Unit).
Fifty s´intéresse également de très près à la littérature (Mais si...)... En 2007 sortira une série de livres sur sa vie et celle du G-Unit intitulée « G-Unit Books » (Comme c´est original !). Nous découvrirons l´entourage du rappeur et des scènes de vies croustillantes. Attention car ce n´est pas finit... Après les sappes les baskets les bouquins Fifty s´attaque à l´empire du sexe avec toute une série de Sextoys et préservatifs à son effigie : « J´ai besoin d´une version motorisée de moi mais une version motorisée de moi devra forcément être waterproof pour que vous puissiez l´utiliser dans votre bain. Il sera probablement bleu sais je ne sais pas de quelle taille. Je ne sais pas si le faire gros est mieux parce que je ne crois pas que les hommes voudront que leur femme joue avec une grosse... bip.... »
Il ne manque qu´une chose à Fifty c´est le jeu vidéo... Eh bien non ! Il prépare son premier jeu vidéo sous le nom de 50 Cent : Bullet Proof sur PSP PS2 et X-Box. Sortie prévue en 2006. Il ne sera déjà pas présent Australie qui a interdit la commercialisation du jeu sur le territoire en raison du caractère très violent de certaines scènes...


50 CENT : LE DEALER DEVENU ROI DE L´INDUSTRIE DU HIP HOP...

Ne délaissant pas pour autant la musique il continue avec le G-Unit d´inonder de mixtapes le circuit underground. Il aide également ses potes à sortir leurs albums respectifs puis fait signer de nouveaux artistes sur son label. Il accueille l´arrivée d´une jeune chanteuse R n´B Olivia et celle d´un rappeur charismatique : The Game. Il collabore avec lui sur son premier album « The Documentary » mais des tensions entre les deux hommes auront raison de The Game. Il est viré pour trahison et propos calomnieux envers 50 cent...

En mars 2005 il enchaîne avec son deuxième album « The Massacre » (« Disco Inferno » « Candy Shop » « Outta control » « Just a little bit »...) toujours sous le label d´Eminem et Dr Dre. Il décroche la sixième meilleure performance de vente de tous les temps avec 12 millions d´albums écoulés en 4 jours seulement. Il établit également un autre record (à la hauteur des Beatles) avec 4 singles dans le top 10 des ventes.



Le succès aidant Fifty l´avoue il est très apprécié des femmes... Célibataire il assume un grand nombre de relations ou simples coucheries mais attention il n´est pas homme à se laisser faire... En effet dans une récente interview il confiait qu´il filmait en cachette ses petites sauteries afin de ne pas être accusé de viol par la suite : « Si une meuf monte dans ma chambre et prétend ensuite que je l´ai forcée à avoir des rapports avec moi ; les gens penseront sans doute que c´est la vérité à cause de la perception qu´ils ont de moi. Donc je préfère prendre les devants... »
La machine « 50 Cent » est en route et rien ne semble pouvoir l´arrêter...
Le 18 janvier 2006 il sort son film semi-autobiographique avec une B.O explosive sortie au mois de décembre.

Le titre « Window Shopper » feat Mobb Deep est déjà un énorme carton.
Eh oui car non content de produire des hits à la pelle le rappeur américain fait maintenant l´acteur. Dans « Get rich or Die tryin´ » le bad boy de la côte Est incarne un dealer trouvant dans le rap un exutoire à sa violence et une façon d´échapper au monde de la rue. Le réalisateur Jim Sheridan (Au nom du père In America) signe ici un drame social mâtiné de polar le tout sur des beats assassins concoctés par son crew G Unit.

50 CENT AU CŒUR DES RIVALITÉS...

Encore aujourd´hui Fifty voue une haine sans merci à certains rappeurs comme The Game Cassidy Jadakiss Fat Joe ou encore Nas et Ja Rule... D´ailleurs dans le clip de Piggy Bank 50 Cent massacre allègrement tous ces rappeurs... La vidéo met en scène trois jeunes marchant dans une galerie de jeux vidéo. L´un d´eux est sérieusement accro au jeu "Rapper Knockout" dans lequel 50 Cent est un boxeur tabassant tous ses adversaires (dont Fat Joe). Il va même plus loin en annonçant publiquement que la carrière de Ja Rule était terminée et revendiquant fièrement sa responsabilité. Il a déclaré qu´il avait le temps et l´énergie nécessaire pour ruiner la carrière de son rival. Il affirme aujourd´hui avoir réussi à mener à bien sa quête destructrice : « Sa carrière est finie. Plus personne n´écoute sa musique. J´ai réussi à l´éjecter du circuit ».



Mais Fifty n´a pas que des rappeurs en ligne de mire... Quiconque lui résiste se prendra automatiquement une « volée verbale ». Il y a quelque temps l´acteur américain Samuel L Jackson en a fait les frais. La star américaine du cinéma Samuel L Jackson a refusé de jouer aux côtés de lui dans le film Get Rich Or Die Tryin´ parce qu´il refusait de travailler avec des acteurs "inexpérimentés". : "Ces gens croient qu´ils vous apportent une valeur en partageant l´écran avec vous mais je ne le crois pas. Peut-être que si 50 Cent fait cinq films et me prouve qu´il a du talent..."
Le rappeur s´est empressé de dégainer : "Dire qu´il ne veut pas travailler avec un rappeur c´est comme dire qu´il ne veut pas travailler avec Will Smith Queen Latifah ou Ice Cube. En fait il ne voulait pas jouer les seconds rôles. Pour être honnête je ne vois pas quel rôle il pourrait jouer dans le film de toute façon si ce n´est celui de mon grand-père."

Bon après les rappeurs les acteurs Fifty s´attaque maintenant à la star de la pop mondiale Robbie Williams. Ils auraient même échangé des gros mots lors d´Une récente visite à Berlin où ils logeaient au même hôtel.
Le rappeur aurait été agacé par le fait qu´un groupe de fans situé devant l´hôtel ait cru que sa voiture était celle de Robbie Williams. Plus tard l´anglais se serait plaint du bruit lors d´une fête organisée par 50 Cent : « C´est un imbécile. Il disait que je l´empêchais de dormir. Je sais qu´il voulait me rencontrer mais je n´avais pas le temps. Peut-être que c´est pour ça qu´il était fâché ».
Mais il y a quand même des gens qui aiment 50 Cent... La preuve l´ex guitariste de Korn Brian Welch veut même lui sauver son âme : « J´ai une chanson pour 50 Cent que j´ai écrite en Terre-Sainte. Je la ressens comme une lettre personnelle que Dieu aurait envoyée à 50 Cent alors. Ce n´est pas une chanson méchante mais c´est comme les mots d´un père aimant qui remet son fils sur le droit chemin en lui disant comment faire. ».

Quand je vous disais que Fifty déchaînait les passions...

Tout ça pour dire que 50 Cent a seulement 30 ans est en passe d´écrire une des plus belles histoires du rap US. Il a su au travers de son flow ses textes et sa voix si particulière donné un nouveau souffle à un style musical souvent linéaire. D´ailleurs une des raisons de la popularité phénoménale de 50 Cent tient sans doute à sa candeur face à la vie une vie qu´il a failli se faire reprendre en l´an 2000. Recemment aux Billboard Music Award à Las Vegas 50 Cent a remporté les trophées d´« artiste de l´année» « artiste rap de l´année » et « album de l´année » pour « The Massacre ». Il tient sa revanche sur un passé douloureux et à la question Réussir ou Mourir ? je crois qu´il a fait le bon choix...


Dossier réalisé par CHRIS
Article précédent
Article suivant