Article précédent
Article suivant

BENABAR

Par Nicolas George le 12-11-2009
Partager cet article :
A force d’y afficher complet systématiquement, les Zéniths de France étaient devenus bien trop petits pour Bénabar. « L’Effet Papillon » du succès sans doute… qui le conduit donc tout naturellement à investir l’ultime cour des grands : Bercy ! Rencontre en plein cœur de sa tournée…
--> Interview réalisée par Nicolas George
 
Une tournée des Zéniths, puis Bercy…
Que peut-on espérer après de telles dates
Attention, c’est à nous de mériter notre position sur
scène ! Il faut avoir en tête qu’il ne faut pas s’endor-
mir ! Et ce n’est parce que les choses marchent à un
moment que ca va couler tout seul par la suite et
que l’on n’a plus rien à faire.
 
Tu prends toujours autant de plaisir sur les routes ?
La tournée reste une période très particulière. Il y a
pleins de clichés mais ils sont souvent vrais : s’endormir
dans une ville et se réveiller dans une autre… Un truc
sans filet en permanence. Et ce côté « vie en groupe »,
très agréable : je n’ai pas renoncé aux blagues débiles
dans le bus avec les musiciens ! Ca m’amuse encore !
 
Bien plus que d’écrire un nouvel album ?
Eh bien quand tu te penches sur un album, c’est
toujours assez difficile à cerner car tout se fait sur
une longue période. Ca ne se passe pas du style
« on se met à une table et le soir on sort avec une
chanson ». Le processus de composition est un
peu bizarre... Ca murit pendant longtemps. On
essaie toujours que ça rythme, que ça sonne et que
ca raconte quelque chose. L’inspiration, il faut la
déclencher !
 
Tu n’étais pas tendre avec le ministre de la Culture,
Frédéric Mitterrand, lors de sa prise de fonctions…
J’ai été affligé par la façon dont il a évoqué ses
nouvelles fonctions avant même qu’il soit annoncé.
Cette espèce de suffisance m’a frappé. Tous les
ministres du gouvernement doivent faire face à
« l’hyper présidence ». Sarkozy s’occupe de tout,
même si en l’occurrence ça risque d’être davantage
Carla Bruni. Je crois qu’elle m’aime bien alors
j’aurais peut-être une MJC à mon nom. Je vais
l’appeler pour voir…
 
Restons politique. Que penses tu de la loi Hadopi ?
C’est vrai qu’Internet fait partie des choses à sur-
veiller, tout n’est pas possible. Je ne dis pas ça pour
moi, j’ai une existence très confortable, je fais partie
de ceux qui ont la chance de bien gagner leur vie
avec la musique, je ne voudrais donc pas apparaître
cupide et défendre mes intérêts. Je vois simplement
que plein de copains galèrent et je pense qu’il faut
contrôler le net et le téléchargement. Donc c’est
bien qu’il y ait une loi. Une fois de plus la gauche
s’est illustrée par son grand manque de courage !
 
La gratuité n’est donc pas un problème pour toi ?
Le problème n’est pas la gratuité. Tout le monde
doit avoir accès à internet, comme tout le monde
doit avoir accès aux bibliothèques sans pour autant
que les livres soient gratuits.
 
On a l’impression que tu veux prendre tes distances
avec les artistes « bien pensants »…
Je me méfies des messages de chanteurs: «Aimez
vous les uns les autres, le racisme c’est mal»... C’est
important de rester à sa place et de ne pas donner
des grandes vérités humanistes et inutiles...
 
**
 
Bénabar en tournée :
14 nov : Grenoble / summum
19 nov : Nantes / Zenith
20 nov : Bordeaux / Patinoire
21 nov : Toulouse / Zenith
22 nov : Boulazac / Le Palio
28 nov : Valence / Halle Polyvalente
30 nov : Bruxelles / Forest
1er déc : Paris / Bercy
Article précédent
Article suivant