Article précédent
Article suivant

BIRDY NAM NAM

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Après avoir acquis l’adhésion du public avec leurs prestas Live, les quatre mousquetaires des platines, frappent un très grand coup avec « Manuel For Successful Rioting ». Un tournant 100% électro pour ce deuxième opus, ultra efficace, produit par Yuksek, et qui s’annonce comme l’orgasme musical de ce début d’année !
à Interview réalisée par Nicolas George
 
 
« Manuel For Successful Rioting » est sans doute votre album le plus abouti, avec un véritable tournant électro…
Il est vrai que cet album a d’avantage desonorités électroniques que le précédent. Le premier album était un laboratoire. On a voulu faire du son plus costaud, plus produit. Cependant, ce n’est pas vraiment un tournant musicalement parlant : les gens le verront peut être comme cela mais l’énergie, les influences ont toujours été là. Ce n’est pas un album opportuniste mais plus une évolution qu’une « révolution » !
 
Vous avez passé un cap au niveau de votre son également…
C’est exactement ce qu’on voulait ! On est très fier de cet album et du travail accompli tout en gardant un œil critique. Les vrais objectifs, c’est d’être vraiment reconnu sur disque et côté prod. Le premier album avait été fait en catimini et on n’avait aucun mal à le défendre sur scène. Maintenant, le défi est que les gens aiment ce nouvel album !
 
Collaborer avec le producteur Yuksek a été un élément important dans l’élaboration de cet album ?
Oui car après la première mouture de l’album, on n’en était pas satisfait. On a pris du recul puis l’idée de bosser avec une cinquième personne a germé : on a donc fait appel à Yuksek ! Il est capable d’apporter d’autres couleurs à une compo, avec un son plus compressé, plus digital, plus moderne !
 
« On veut faire la révolution dans les salles, avec notre son, pas dans la rue ! »
 
Le titre de l’album « Manuel For Successful Rioting », ça a un petit côté « engagement politique » quand même !
Chacun l’interprète comme il le veut ! Mais on voulait parler d’avantage parler d’émeute sonore que de véritable revendication politique ! Nous on veut faire la révolution dans les salles, avec notre son, pas dans la rue ; et que les gens relâchent la pression du quotidien quand ils viennent voir Birdy Nam Nam !
 
Comment expliquez vous que vous provoquiez un tel engouement côté scène ?
Sans doute parce que nos Lives dégagent une vraie énergie : on se lâche, on se décomplexe sur scène. Il y a une prise de risque aussi et ça le public apprécie.
 
Et vous avez un public composé de beaucoup de nanas… (Rires) On n’est pas les nouveaux Boys Band, hein ! Non, on a un public éclectique avec beaucoup de filles qui viennent en couple ! C’est vrai que certains parlent d’orgasme musical lors de nos concerts, mais attention on n’est pas harcelé non plus !
Article précédent
Article suivant