Article précédent
Article suivant

DAVID GUETTA

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


Ton album “ Guetta Blaster ” cartonne et semble prendre le même chemin que “ Just a little more love ”. Quelles ont été tes inspirations pour ce second opus ?
Comme pour le premier album j´ai fortement été inspiré par les années 80... Mais une de mes grandes inspirations c´est Dépêche Mode c´est clair. Mais il y a aussi Lenny Kravitz sur Money par exemple. Les années 80 c´est la période où j´ai commencé à mixer et à découvrir ma passion pour la musique. Puis j´ai une culture black malgré tout j´aime bien mélanger les influences funk New Wave...

Sans le succès de “ Just a little more love ” aurais-tu poursuivi dans cette voie ?
Oui j´aurais continué sans hésiter mais je l´aurais fait différemment. Je n´aurais pas passé autant de temps en studio c´est une certitude. Avec ce succès ma vie s´est inversée. Je peux me permettre de vivre de ma passion.

Après les succès de l´album “ F... Me I´m Famous ” et du DVD du “ Pink Paradise ” doit-on s´attendre à des seconds volets ?
Oui c´est clair ! Et je peux même te dire que cela se fera sans aucun doute avant l´été prochain.

Quand on dit de toi que tu es un entrepreneur de la nuit tu prends ça comment ?
Je ne le prends pas mal en tout cas. Je suis un entrepreneur de la nuit. C´est loin d´être quelque chose de péjoratif un entrepreneur est quelqu´un qui crée qui a un esprit artistique. C´est surtout quelqu´un qui crée par passion donc je suis assez d´accord avec cette définition.


Entre ton passage au Folie´s au Queen au Bataclan au Palace et aux Bains quels souvenirs gardes-tu de tes directions artistiques ?
J´en garde d´excellents souvenirs...J´ai toujours aimé faire des choses nouvelles et ces établissements m´ont permis de m´exprimer pleinement. Le premier c´était le Folie´s Pigalle. Le concept était décalé pour l´époque mais ça a très bien marché... Au Queen c´était vraiment avant-gardiste. Il y avait un mélange incroyable entre les gays et les hétéros. J´ai un peu l´impression d´avoir participé à l´intégration des gays dans la société c´est génial. Ensuite le Queen. C´est la première boîte en France où l´on a fait venir des Dj´s internationaux avec un concept de “ guest ” qui aujourd´hui est rentré dans les mœurs. Je suis très fier de cela. Au Bataclan je gérais pour la première fois une affaire c´était terrible ! J´ai fait des grosses prod´ avec des décors incroyables et des gens réceptifs à 100%. Au Palace c´était un mélange de tout cela et puis c´était la nouvelle école avec les débuts de la “ french touch ” des dj´s qui quelque temps après sont devenus des stars ! La grosse époque c´était les Bains. Avec Cathy on fait de grandes choses. On a fait venir de grosses stars et l´on a instauré pour la première fois les soirées hip hop (Supafly) dans ce style de lieu...

Penses-tu avoir révolutionné quelque chose dans le clubbing ?
Révolutionné je ne sais pas mais en tout cas on a changé beaucoup de choses et c´est déjà pas mal...

Es-tu nostalgique des années 80 ?
Pas du tout ! Je suis simplement heureux de l´avoir vécu...

Prends-tu toujours autant de plaisir à mixer aujourd´hui qu´il y a 10 ans ?
Franchement j´ai commencé à 17 ans et je peux te dire qu´aujourd´hui ça me fait exactement la même chose. Je suis toujours aussi passionné et heureux quand je mixe. J´ai toujours le même petit pincement au cœur avant de monter sur scène. Une petite pointe de track qui s´estompe rapidement mais elle est là... En plus le fait de voyager implique une remise en question permanente.

Pourrais-tu un jour reprendre la direction d´un club ?
Au jour d´aujourd´hui ce serait possible j´attends simplement les propositions. Mais c´est clair que ça me plairait bien de recommencer une “ aventure club ”. C´est vrai que nous avons le Pink mais reprendre un vrai club esprit boîte de nuit serait un bon délire.

Que penses-tu du phénomène de starisation des Dj´s ? Ne penses-tu pas qu´il y ait des abus chez certains ?
Franchement je ne trouve pas ça choquant... Si un mec comme Morillo demande une telle somme c´est qu´il a bossé pour en arriver là c´est tout. C´est un nom qui ramène du monde donc il fait gagner de l´argent aux clubs je trouve normal qu´il demande de gros cachets. Par contre ce qui me choque c´est le cachet que demande certains sous prétexte qu´ils ont un fait un tube “ one shot ” qui a cartonné une fois en radio. Me concernant j´ai une politique de prix en rapport avec le nombre de personne qui vienne me voir jouer. Je suis profondément choqué par les Dj´s prétentieux qui n´ont ni talent ni histoire et qui essaient de récupérer le phénomène Dj pour faire du fric !


Le fric business des Djs n´a-t-il pas fait du mal aux discothèques de moyenne importance qui n´ont pas les moyens de s´offrir de gros Guest ?
Attends si j´étais un club qui n´a pas les moyens de prendre des guest j´en ferais une arme ! Regarde le Pulp à Paris il a fait son succès sans prendre de gros Dj´s et pourtant ça cartonne. Me concernant je n´ai jamais eu l´impression d´ “ étrangler ” les clubs...

On dit qu´Ibiza ne déchaîne aujourd´hui plus les passions. En tant que professionnel de la nuit et fin connaisseur de l´île qu´ en penses-tu ?
Pas du tout je ne crois pas qu´Ibiza soit en baisse. Il y a simplement un changement dans la clientèle. C´est vrai que cette année c´était une clientèle plus internationale. Il y avait effectivement moins de monde mais cela a été compensé par la qualité des clubbers venus s´amuser sur l´île. Sincèrement qu´il y ait 10% de moins de gens qui mangent des glaces sur le port je m´en fous un peu.

Quels sont les endroits dans le monde dans lesquels selon toi il existe un vrai état d´esprit nocturne ?
Sans aucune hésitation en Espagne et plus particulièrement à Barcelone. Cette ville me fascine. Il y a un sens de la fête incroyable. Les gens sont hyper lookés et très démonstratifs. En plus ils sont fins connaisseurs des courants musicaux La Discoteka est le club que je préfère. En fait la grande force d´Ibiza c´est Barcelone.

Qu´est ce qui a changé dans ta vie depuis la naissance de Tim-Elvis ?
A part qu´il y a un énorme rayon de soleil dans notre vie déjà très colorée ça n´a pas changé mon rythme de vie de façon radicale. C´est pour cela aussi que l´on a pris notre temps avec Cathy. Si ! La chose qui a changé c´est que je passe plus de temps chez moi (rires...).

Si ton fils te dit un jour : “ Je veux faire comme toi papa ! ” tu répondrais quoi ?
Je le soutiendrais c´est clair. Qu´il soit prof de maths ou Dj ça ne change rien du moment qu´il le fait avec plaisir et passion. Tu sais comme moi que le milieu de la nuit n´est pas aussi sombre que certains veulent bien le dire. C´est un milieu comme un autre. La chose qui m´importe c´est qu´il soit heureux !


Vous formez toi et Cathy un couple déjà mythique intervenez vous chacun dans le travail de l´autre ?
Bien sûr on fait tout ensemble depuis le début c´est sans doute ce qui fait notre force. Elle me donne souvent son avis sur mes prod et vice-et-versa. C´est très important pour nous d´être un minimum impliqué dans le travail de l´autre.

Cathy est très proche de la jet set et de stars internationales est-ce que c´est un milieu qui t´attire ou restes-tu à l´écart de tout cela ?
Pour moi le terme jet set ne veut rien dire... Moi ce qui me fascine dans ce milieu ce sont les artistes les vrais qu´ils soient connus ou pas.

Si on te donnait la possibilité de remercier quelqu´un sans qui rien de tout cela ne serait arrivé ce serait qui ?
Ma femme Cathy ! Sans elle je ne saurais sans doute pas là.

Tu as déjà joué au Luxembourg quels souvenirs gardes-tu de ce pays et de son public avant ta venue le 31 Octobre au Blow Up ?
J´en garde un bon souvenir la clientèle du Blow Up est très réceptive à ma musique. En plus le Light Jockey travaillait avec moi au Bataclan donc c´est un grand plaisir de le revoir.


Qu´est-ce qui t´énerve dans ce métier ?
Dans le milieu du Djing il n´y a pas grand-chose qui m´énerve à part comme je l´ai dit tout à l´heure les mecs qui se prennent au sérieux alors qu´ils ne connaissent rien. Sinon en général il y a une grande solidarité entre les dj´s. Il y a une concurrence c´est sûr mais elle n´est pas malsaine. C´est un milieu convivial. Il arrive souvent qu´entre Dj´s on s´échange des disques c´est comme ça... Par contre pour le milieu de la nuit et les patrons d´établissements c´est un peu plus compliqué. Il y a moins de fraternité et plus de coup bas. Il y a peut-être moins de passions tout simplement...
Article précédent
Article suivant