Article précédent
Article suivant

DJ DELICIOUS

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
DENISE ET KARINA, DJ’S ANGELS !

Elles sont jeunes, belles et Danoises... Bref elles sont parfaites... Et en plus, elles font danser des milliers de clubbers à chaque sorties. Elles, ce sont les Delicious, le duo le plus glamour de la planète Dj. Après le succès de leur titre “Yours“, elles sont entrées dans la famille très fermée des Dj’s stars. Les plus grands jouent leurs prods et ne cessent de les encenser. De Paris à Ibiza en passant par l’Asie et Miami, les Delicious ont su conquérir un public de connaisseurs avident de gros sons. Les anges des platines sont en interview...

Propos recueillis par CHRIS


NightLife : Denise et Karina, racontez nous vos débuts de « Delicious » ?

Délicious : Nous sommes des amis d’enfance et nous avons été dans la même école pendant 10 ans au Danemark. Nous avons toujours partagé une grande passion pour la musique électronique. Plus jeunes on sortait beaucoup dans les soirées underground de Copenhague. À ce moment-là, c’était plus jungle, drum’n’bass et techno. On ne pensait pas encore à basculer du côté des Dj’s (rires), on aimait juste le son. Le déclic, c’est lors d’un voyage à Ibiza en 2001. On a acheté nos premiers vinyles et tout a changé. Quand nous sommes revenus au Danemark, on a emprunté du matos juste pour écouter la musique que nous avions acheté. Puis, on a décidé d’apprendre a mixer...

Comment se sont passés vos premiers sets ?

On a commencé par de petits sets puis ça a commencé à prendre sérieusement. Nous avons monté notre propre soirée chaque vendredi soir à Copenhague dans un club appelé “Rust“ et la production est venue tout naturellement. On a commencé à se faire un nom et les dates à l’étranger sont arrivées.

Pourquoi ce nom de “Delicious“ ?

C’était une petite plaisanterie à la base, mais on a toujours aimé ce mot. C’est un mot gentil, et vous pouvez l’utiliser pour pleins de choses, la nourriture, la musique, les gens, etc... Quand on a fait notre premier set, l’organisateur nous a demandé comment on voulait être appellées sur le fly. DJ Karina et DJ Denise c’était exclu (rires) ! Alors on a pensé à “Delicious“. On a rigolé, mais l’organisateur a vraiment aimé, et c’est devenu notre nom de scène.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la musique électronique ?

C’est une bonne question ! Ca nous donne des frissons partout le corps ! Il est très difficile d’expliquer ce qui nous attire dans la musique électronique... C’est probablement le sentiment qu’il crée en toi quant tu ne peux pas t’arrêter de danser, mais également les différentes humeurs qui en ressortent. C’est plus le son et le rythme qui nous focalisent dans la musique électronique.

Avez-vous été étonnés par le succès mondial de votre titre « Yours » ?

Oui on ne pouvait pas prévoir ce succès incroyable ! Ce morceau contient des éléments sonores qui accrochent en radio et en clubs. Nous sommes très reconnaissantes que les gens l’aient autant apprécié.

Qu’est ce que vous ressentez à être joué par les meilleurs Dj’s au monde ?

C’est un sentiment étonnant quand les gens veulent jouer et écouter la musique que vous avez produit vous-mêmes. Quand des Dj’s/producteurs, que nous respectons beaucoup, jouent nos morceaux, nous sommes super heureuses. La production de vos propres tracks peut être difficile, parce que vous n’avez aucune idée de la façon dont les gens vont réagir dessus, donc quand ça marche c’est un sentiment fantastique !

Quelles sont vos inspirations musicales ?

On a grandi dans les années 80, donc les influences de base viennent de cette époque et autour et la musique des années 90. On écoutait presque de tout, mais on s’est inspiré d’artistes comme Prodigy, Super Discount et de la “French Touch » des années 90.

Vous habitez à Paris maintenant... Mais comment est le clubbing dans votre ville de Copenhague ?

La scène clubbing au Danemark n’est pas très grande. Il y a seulement 1 million de personnes dans la capitale, alors pas beaucoup de clubs. Il y a quelques bonnes soirées et également beaucoup de Dj’s bien connu et de producteurs tels que Trentemoller, Noir, Beatchuggers, Kid Massive etc.... On a vécu de grands moments là-bas, mais on voulait jouer dans d’autres pays et voyager facilement. Effectivement, on s’est installé à Paris car on considère cette ville comme la capitale de l’Europe. On joue toujours à Copenhague et on s’amuse beaucoup quand on y retourne.

Que pensez vous du téléchargement sur Internet : une opportunité ou un danger ?

C’est un moyen plus facile et plus confortable d’acheter de la musique et aussi plus facile pour les artistes de sortir leurs productions. On préfère le format Mp3, car tu peux prendre plus de morceaux pour tes sets. En plus, aujourd’hui, tu reçois les nouvelles promos sur Mp3 et c’est plus pratique. Évidemment, c’est aussi un risque pour le partage illégal des morceaux et les artistes et labels perdent des ventes. Les gens devraient conscients de cela !

Quels sont les pays qui ont la meilleure scène électronique ?

En ce moment on joue beaucoup en Allemagne, au Portugal et France. Nous aimons la scène clubbing dans ces trois pays. Ils sont différents entre eux mais tous très bons. Les gens connaissent parfaitement la musique électronique et en plus ils savent faire la fête.

Qui sont les Dj’s que vous aimez (musicalement parlant) ?

Il y a beaucoup de bons Dj’s qu’on adore ! On aime particulièrement Axwell. Il mélange ses propres productions à d’autres sons, plus classiques et acapellas. Erick Morillo a une grande énergie derrière les platines, c’est agréable de le voir évoluer.

Pensez-vous qu’il soit essentiel d’être producteur aujourd’hui quand on est Dj ?

Non ce n’est pas essentiel, mais ça peut aider surtout si tu veux être reconnu dans l’industrie musicale. Mais tu peux également être Dj, ne pas produire et avoir du succès. C’est un choix à faire, car la production prend beaucoup de temps et il est souvent difficile de combiner Djing et production.

La WMC approche... Préparez-vous des morceaux incroyables pour cet événement ?

On a toujours de nouveaux morceaux jeune homme (rires) ! Pour la WMC, on un a remix de “Yours“ que nous voulons poussées grave. Il est remixé par le producteur suédois Ali Payami, qui a fait une version incroyable avec une retouche électro et un piano. Le remix a déjà reçu l’appui de Dj’s tels qu’Axwell, ATFC, Sander Kleinenberg, Ben Macklin et Jonathan Ulysses.

Que pensez vous de la scène électronique française et du public français ?

On adore jouer en France, c’est notre pays d’adoption ! Il y a beaucoup de grands clubs dans ce pays, et les français ont une vraie culture clubbing. Les français sont de vrais connaisseurs dans le domaine de l’électro et ont très bon goût. On a eu des expériences vraiment bonnes à Paris, particulièrement au Redlight.

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

On se souvient d’un événement incroyable au Maroc. C’était sur une plage, comme pour un concert et on jouait sur une immense scène. Plus de 2000 personnes faisaient la fête comme s’ils ne l’avaient jamais fait avant, dansant du début à la fin. On aime aussi Ibiza, qui est toujours bourrés de fêtards... On a mixé au Privilège devant 10.000 personnes c’était complètement fou !

Si je vais à Copenhague où dois-je aller pour faire la fête ?

C’est pas “Si“, c’est “tu dois aller à Copenhague“ ! Tu vas dans un endroit appelé “Culture Box“,un club underground qui accueille les meilleurs Dj’s au monde. Il y a également un club ouvert la semaine, appelé “Slik“, qui est un grand club électro toujours blindé.

C’est plus facile avec les mecs en tant que Dj’s, ou le fait que vous soyez deux compliquent les choses (Rires) ?

Il semble que les mecs soient intimidés quand nous jouons, ils se contentent souvent de regarder. Par contre, certains sont plus curieux et veulent entrer en contact. Les Dj’s hommes obtiennent plus d’attentions des filles quand ils jouent que les Dj’s filles ne l’obtiennent des hommes.

Vous représentez plusieurs marques de vêtements, c’est essentiel le look pour vous ?

(Rires)... On l’admet, on aime beaucoup les vêtements, mais nous sommes des filles !!! On aime la mode en général et se sentir bien dans nos fringues. Quand on joue, on s’habille, comme si on allait en soirées. On a joué pour différentes marques au Danemark, ils nous ont donné beaucoup de fringues... C’est le rêve de chaque fille ! On plaisante beaucoup là-dessus, car notre passion numéro une c’est la musique et la deuxième les sappes (rires)...

Etes-vous des “My Space Addict“ ?

Oui bien sûr ! C’est une superbe façon d’obtenir et de garder des contacts avec les gens. Tout le monde est sur un pied d’égalité sur “My Space“. C’est aussi une formidable opportunité pour les producteurs de montrer au monde entier ce qu’ils savent faire. Et nous, on est très à l’écoute de tous les sons qui sont mis en ligne sur ce site.

Quels sont vos projets ?

On continue à jouer dans beaucoup de clubs, on revient d’Asie, c’était génial. On produit toujours et on espère faire beaucoup de collaborations dans les mois à venir. Si tout va bien, on va faire une double compilation, une mixée par Kid Massive et l’autre par nous.

www.delicious.dk

booking : www.whosyamama.com

Article précédent
Article suivant