Article précédent
Article suivant

DOC GYNÉCO

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


« Les femmes politiques sont plus chaudes qu’on le pense »

Après la télé, les bouquins et bien entendu la musique, notre Docteur national se montre face caméra dans « In Bed With Doc Gynéco », un road movie érotico-sexuel signé Marc Dorcel, le grand manitou du porno en France... Le cocktail rap-fun-sexe fonctionne à merveille dans ce film qui nous projette au milieu des paillettes et de la jet set version HOT ! Alors, viens... Viens mater le Docteur non n’ai pas peur... > Propos recueillis par Nicolas George

Nightlife : Dans « In Bed With Doc Gynéco », tu nous ouvres les portes de l’envers du décor du milieu du X... Peux tu nous faire le pitch rapide de ce film ? Doc Gynéco : Là tu as entre les mains, 3 heures de programme X ou soft, selon la version que tu t’es procuré, où tu as une visite guidée d’un tournage X ! Je montre un morceau de vie avec des jolies filles : des actrices de cul ! On déconne beaucoup dans le film, mais j’ai voulu faire découvrir toutes les facette d’un milieu que l’on connaît pas beaucoup. J’ai voulu intellectualisé un peu le milieu du X en posant quelques questions indiscrètes à ces demoiselles...

C’est Marc Dorcel qui t’a contacté ou tu as envoyé un CV pour être engagé ? Marc Dorcel avait eu l’idée de collaborer avec moi. Il faut savoir que Marc, c’est un peu mon Docteur Freud d’aujourd’hui : il m’a appris ce qu’était la « sex réalité » à travers ses films... (rires). Mais quand il m’a contacté, j’avais peur car j’arrivais pas à trouver l’angle à exploiter dans ce qu’il voulait faire. Mais j’étais persuadé qu’il y avait un coup à faire en montrant l’envers du décor de ce milieu.

Tu as été étonné par ce milieu justement ?Je pensais que c’était un métier un peu mafieux mais pas du tout en fait. J’étais persuadé qu’il y avait un côté malsain avec la mafia, des mecs avec des armes... Je psychotais, quoi... Mais c’est super bon enfant, en fait ! Y’a des trucs même plus bizarre dans le Show Biz que j’appelle le « Show Baise ». J’étais au final un peu déçu de ne pas trouver des trucs un peu graveleux ...

Avais tu visionné le DVD, plutôt hard cette fois, de Snoop Dog aux USA ? Oui, mais je l’avais trouvé choquant. Beaucoup trop trash. On ne pouvait pas faire ça en France.

« In Bed With Doc Gynéco » reste assez Soft, mais y’a-t-il eu « plus » avec une actrice hors caméra ? En regardant bien le film, on peut voir avec quelle fille j’ai eu une ouverture et avec qui j’ai conclu (rires).

Les filles du porno sont elles plus difficiles à draguer que les autres nanas ? Oui, c’est évident ! Elles sont difficiles à draguer car elles sont moins superficiels qu’on le pense. En fait, elles attendent des mecs extraordinaires, qui ont toutes les qualités et qui les transforment en princesse. Donc elles vont être ultra exigeants. Ces filles, on les pense fortes car elles font l’amour devant la caméra, mais en fait elles ont énormément besoin d’amour de la part d’un mec. Moi au début j’étais un peu intimidé auprès d’elle, amis après on a détendu l’atmosphère !

La chose la plus extravagante que tu as fait côté cul ?Deux filles en même temps... (rires.) J’ai pas dépassé le programme habituel. Je suis resté dans le romantisme !

Et le « fantasme » que tu n’as pas encore réalisé ?J’aurais voulu me prouver que je pouvais sortir avec une fille qui fait des films X. Mais vraiment avoir une histoire, être son petit ami, pas juste pour « ... ». C’est un super challenge d’être maqué avec ce genre de nana mais je ne suis pas sûr d’être assez fort. J’aurais un peu peur du regard extérieur...

Allez Doc, donnes nous ta recette... C’est quoi ce petit truc chez toi qui fait le plus craquer les filles ? J’ai ce côté Caliméro qui marche auprès des femmes. Elles aiment ça.

Quelle type de nana tu aimes le plus « découvrir intérieurement » alors ? La bourgeoise ! J’aime leur faire découvrir autre chose que leur vie habituelle. C’est ma manière de me démarquer des autres. Je vais l’emmener faire l’amour dans une rue du 18eme par exemple. Au début ça la fait un peu flipper, puis après elle trouve ça extravagant et elles se lachent. J’aime les faire se dérégler intérieurement et leur prouver qu’elles peuvent être autrement...

Tu ne voudrais pas emmener « sur le terrain » quelques femmes politiques également ? Les femmes politiques sont plus chaudes qu’on le pense car elles se comportent comme les hommes. Je dirais même, ce sont vraiment les plus chaudes.

La femme que tu aimerais ajouter à ton tableau de chasse ? Isabelle Adjani ! Pour pleins de raisons différentes ! Elle est absente, libre et vraiment très attirante ! J’adorerais sortir avec elle !

Je suppose que la nuit est un de tes terrains de chasse favori... Tu sors où généralement ? Les endroits où l’on dépense peu d’argent et où personne se regarde ! Je suis plus lié à des lieux où il y a des personnages forts qui les tiennent. J’aime beaucoup Josy sur Paris (Ex-Castel, maintenant au Cab, NDLR), Xavier Brunet chez Castel ou ceux qui tiennent le Mathis. Je pense que je les suivrais même s’ils ouvraient un bar tabac au fin fond du 18ème arrondissement à Paris !

Côté musique, quoi de neuf ? Bientôt un nouvel album rap signé Gynéco ? Pour la rentrée, je prépare une avec des joueurs de foot : Mendy, Anelka, Drogba, Pauleta ... Mais bon (soupir) Le rap commence à me décevoir : il a une image stupide avec des chansons stupides. Au départ, c’était un mouvement musical génial. Maintenant c’est un phénomène de société ridicule. Je vais de mon côté essayer de continuer à faire des chanson qui puissent faire évoluer les choses...

Tu n’y vas pas de main morte avec la nouvelle génération de rappeurs... Je veux me détacher du rap comme on le voit maintenant. Maintenant, les jeunes rappeurs me font honte. C’est une génération sacrifiée. On aurait pu être une force vive de la nation, on est devenu la mauvaise herbe...

Article précédent
Article suivant