Article précédent
Article suivant

ELENA LENINA

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Après un passage remarqué avec Doc Gyneco dans Nice People sur TF1, l’égérie pulpeuse de la marque de lingerie Charlott’ s’adonne à l’écriture de livres, son nouveau credo. Après le surprenant « Cours, cours camarade » (Michel Lafon), la blonde au Q.I de brune donne dans la récidive. Dans « Russes comme Crésus » (Grasset), Elena dresse le portrait d’une douzaine de nouveaux milliardaires russes. Interview « Flouze & sexe »...

“Les milliardaires sont loin d’être les meilleurs amants...“

Nightlife : Qu’est-ce qui t’a poussée à écrire ce livre ?

Elena Lenina : J’ai réalisé qu’il y avait plus de milliardaires à Moscou qu’à New York soit 31 contre 29. Il y a 15 ans, on n’aurait jamais pu imaginer cela. La différence avec les autres c’est que « les nouveaux riches » sont tous des “self made men“. En effet, en Russie, il n’y a pas d’héritiers. C’est ce qui différencie nos milliardaires des autres.

Quels sont leurs signes extérieurs de richesse ?

Vu qu’avant ils étaient tous pauvres, ils profitent aujourd’hui un maximum du luxe. Montres qui coûtent une fortune, villas, châteaux, top models... Cela dit, ces hommes ont travaillé et travaillent encore très dur pour en arriver là. Seize à dix-huit heures par jour pour la plupart d’entre eux.

Tu dis que la mode chez les milliardaires russes en ce moment est à celui qui aura le plus beau jet ou (et) le plus beau yacht...

Oui, c’est la tendance, mais j’ai entendu aussi un milliardaire dire à un autre nouveau riche pour frimer : « J’ai payé cette année 1 million _ de $ d’impôts. Et toi ? ».

Est-ce qu’il y a des femmes dans les 31milliardaires de Russie ?

Il y en a deux. L’une est la reine du tourisme, l’autre du chocolat. Ce sont des femmes très fidèles à leur mari et qui mènent parallèlement leur vie de famille avec brio.

As-tu eu des pressions en écrivant ce livre ?

Oui, on m’a demandé de retirer un portrait de milliardaire. Les menaces étaient tellement précises et sérieuses que j’ai capitulé. Je l’ai retiré de mon livre édité en Russie mais pas de la version française...

Comment séduire un milliardaire ?

La vraie question ne serait t-elle pas « est-ce que ça vaut la peine de séduire un milliardaire ? ». J’ai étudié le problème et je peux te dire que ces hommes-là sont loin d’être les meilleurs amants. Ils sont trop affairés et addicts au travail... Par ailleurs, ils sont surveillés par les services secrets, ont toujours la hantise du kidnapping de leurs enfants et sont au cœur de nombreuses intrigues politiques et autres polémiques pour ne citer que cela. Alors est-ce qu’une femme a envie de ça ? Moi je pense que ça n’en vaut pas la peine.

Tu en parles en connaissance de cause ?

Dans ma vie, il y a eu beaucoup de contrastes. J’ai eu un milliardaire que j’ai quitté sans remord et un homme très pauvre qui avait un cœur d’or mais aucun sens des affaires...

Alors, entre richesse et pauvreté ton cœur balance logiquement pour les milliardaires non ? Ce serait difficile de croire le contraire...

Je sais qu’avec mon physique, on me prend pour une bimbo qui adore les milliardaires. C’est vrai que je les aime mais en tant que business woman admirative de leur réussite professionnelle. Je considère que le temps que je passe avec eux équivaut aux meilleurs cours du monde.

“À Moscou, il y a un nouveau club où la presse et la télé sont interdites. L’entrée est à 1500 $ sans consommation et les milliardaires s’y amusent comme des fous“

Je reviens à ma question. Comment séduire un milliardaire... quand on est une jeune femme sans scrupule ?

Il faut savoir plusieurs choses : la nana doit être très belle, très cultivée, très intelligente, très brillante intellectuellement et savoir que jouer dans la cour des milliardaires nécessiterait parfois d’avoir un diplôme de psy...

Outre les richesses du pays, est-ce que les nouveaux riches russes investissent aussi dans le business de la nuit à Moscou ?

Oui évidemment. Ils ont quelques fois leur propre restaurant et night-club ou encore leur cinéma particulier. Mais ils ne montent pas nécessairement ces affaires pour leur business. C’est plutôt pour eux, un moyen de se distraire ou de faire plaisir à leurs proches. Il y a environ 2 000 night-clubs à Moscou. C’est un véritable Las Vegas aujourd’hui.

Tes endroits nocturnes préférés à Moscou ?

“Le Chaperon Rouge“ et “In Egoïst“. Ce sont les deux que je préfère car ils proposent des chippendales masculins. Ce sont des garçons très beaux qu’on peut acheter pour 700 $ la nuit. On peut tout faire avec eux : prendre une douche dans une cabine transparente où tout le monde peut voir de l’extérieur ou pire que ça. Ces clubs proposent une carte avec par exemple une possibilité de commander l’effeuillage de deux garçons ou de repartir avec un des serveurs très sexy. Ces endroits sont très prisés par les business women russes qui y viennent sans leur mari et sans leurs gardes du corps.

Et pour les hommes ?

Je conseille le club de strip-tease “Dolls“. Les filles sont des canons de beauté, elles sont parfaites. Mais à Moscou, il y a aussi les plus grands casinos et les meilleurs restaurants du monde. Il y a aussi un nouveau club où la presse et la télé sont interdites. L’entrée est à 1500 $ sans consommation et les milliardaires s’y amusent comme des fous.

Tu as demandé Laurent Ruquier en mariage ? Coup médiatique pour faire parler de toi ou véritable coup de foudre ?

J’aime les blonds et j’adore Laurent, son sens de l’humour et sa délicatesse. J’ai un grand faible pour lui plus que pour d’autres animateurs que j’apprécie comme Thierry Ardisson, Marc-Olivier Fogiel, Emmanuel Chain ou Maurad...



Crédit photo : > Mikhail Korolev
Article précédent
Article suivant