Article précédent
Article suivant

George Michael

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

UNE CARIERRE INTEMPORELLE

De ses débuts en 1981 avec le groupe « Wham » à l’anniversaire de ses 25 ans de carrière, George Michael reste l’un des chanteurs qui a marqué l’histoire de la musique. Devenu en quelques années le prince de la pop, il a su traverser les âges en changeant de style et d’apparence mais toujours avec son public derrière lui. Rendant hystériques garçons et filles, il n’a pas toujours suivi le bon chemin... Provocateur et engagé il a souvent pris position mais des positions pas toujours catholiques. Bref... Aujourd’hui il nous offre un « Come Back » comme savent le faire les grandes stars avec la sortie ce mois-ci de « Twenty-Five », un best of regroupant les meilleurs titres de son répertoire ainsi que des inédits, mais oui...

NightLife revient sur le parcours de Georgios Kyriacos Panayiotou aka George Michael...

Dossier réalisé par CHRIS

Le 23 septembre dernier à Barcelone, George Michael donnait le coup d’envoi du très attendu European 25 Live Tour, sa première tournée depuis 15 ans. A l’annonce de cette tournée, en avril dernier, les fans se sont rués sur les points de vente des billets, et en quelques jours les dates européennes étaient « sold-out ». Depuis qu’il a explosé en 1982 avec Wham !, George Michael compte parmi les figures majeures de la pop anglaise et s’est affirmé comme l’un des auteurs-compositeurs-interprètes britanniques les plus respectés. Après son succès, il a su s’imposer en solo pour devenir et rester depuis plus de vingt ans une véritable star internationale ainsi que l’artiste le plus joué de ces 20 dernières années sur les ondes outre-Manche.

Mais de gloires en déboires, sa carrière n’a pas toujours été au top, pourtant avec un public fidèle à ses côtés il a surmonté les épreuves pour finalement être là, toujours là...

L’HYSTERIE WHAM !

C’est au lycée de Bushey dans le Hertfordshire (c’est en Angleterre, pas de panique) que le jeune Georgios Kyriacos Panayiotou, fils d’un grand restaurateur chypriote émigré dans la banlieue de Londres, rencontre son futur acolyte Andrew Ridgeley. Ils forment en 198, avec d’autres gens, un premier groupe, « The Executive »... Mais les deux comparses réalisent vite qu’ils sont plus à l’aise en duo. « Wham ! » voit donc le jour début 82, suivi un an plus tard d’un premier single, « Wham Rap », qui deviendra un classique, déjà... (Soupirs). C’est le deuxième single, « Young Guns » qui va définitivement lancé le groupe sur les chemins d’un succès incroyable. A partir de là, les tubes s’enchaînent dans le top 10 des charts. Leur premier album « Make It Big » connaît un succès fracassant dès sa sortie dans les bacs.

Les USA s’emparent du phénomène et les radios diffusent en boucle le single « Wake me up ». Mais si rappelez-vous : Wake me uppp ! before you go goooooo la la la la... Bon je le fais mal, mais le Coeur y est... Bref, Georgios et Andrew sont au taquet et le beau George n’en finit plus d’écrire. En 1984, la chanson « Careless Whisper » (Non, n’insistez pas je ne chanterais plus !) arrive à la première place des charts américains, la performance est remarquable, d’autant que la chanson avait été écrite 3 ans auparavant alors que George n’avait que 17 ans et que surtout il ne connaissait pas grand chose à la vie, à l’amour et à tous les problèmes qui peuvent en découler... C’est sans doute cette maturité dans les paroles qui séduit simplement le monde entier... Ce sera même le titre le plus diffusé de la décennie ! Avec leurs visages de minets de hall de fac et leurs fringues venue tout droit de Vénus, Wham ! s’impose comme un groupe exubérant, mais surtout un duo qui fait déplacé les foules. Et même en Chine... Sachez que c’est le premier groupe occidental à se produire en Chine. Mais Chine ou pas, George a des envies d’évasion et, en 1985, c’est le drame...

WHAM ! C’EST FINI... GEORGE MICHAEL EST PLACE SUR ORBITE...

Les minettes (hommes et femmes confondues) du monde entier pleurent la séparation de leurs idoles... Que vont-ils faire sans leurs Power Rangers tout droit sortis de chez Tony & Guy ! La rupture est suivie d’un concert unique à Wembley, où ils feront des adieux bouleversants (mais vraiment... Sniffffff !) devant 72 000 spectateurs.

Pour se rappeler au bon souvenir des gens, eh oui, comme Wham ! est finit, il faut exister en tant que George Michael, et bien le beau George va simplement débuter sa carrière solo en reprenant le tube « Careless Whisper ». Sympas le concept... En même temps, il faut savoir qu’en 1995, à la suite d’un sondage réalisé par une grande radio et un grand journal anglais, cette chanson sera élue « meilleure chanson de tous les temps ». Il a eu raison le garçon !

Cela se confirmera en 1987... Aretha Franklin lui propose d’enregistrer un duo avec elle, il devient le premier chanteur blanc à collaborer avec la diva de la Soul. Le titre « I knew You Were Waiting » entre directement au sommet des classements du monde entier. A cette période George Michael fait le va et vient entre Londres et le Danemark ou il enregistre les titres de ce qui s’apprête à être une bombe musicale, son premier album solo : « Faith ». Avec la sortie de cet opus en novembre 1987, George Michael s’impose comme l’un des meilleurs auteurs-compositeurs de la décennie. Numéro 1 de part et d’autre de l’Atlantique, il se vendra à près de 15 millions d’exemplaires dans le monde. C’est sûr le natif de Chypre a réussi son entrée en solo sur la scène pop internationale et a conquis un nouveau public. Aux Etats-Unis, « Faith » connaît un énorme succès qui sera accompagné d’une tournée en février 1988, et pas moins de six singles No.1 : « I Want Your Sex », « Faith, Father Figure », « One More Try », « Monkey » et « Kissing A Fool » (ça suffit maintenant, je ne chanterais pas !). Pour infos, avec le titre « I Want Your Sex » George Michael commence à créer la polémique. Bon, la chanson intègre quand même la bande originale du film « Le flic de Beverly Hills 2 », mais le clip, jugé trop provoquant, est censuré par la critique britannique et interdit de diffusion sur la BBC.

GEORGE MICHAEL ET LES DEBUTS PROVOC’...

C’est au cours de l’année 1990 que George Michael prend pleine mesure de sa notoriété, et le succès montant à la tête ou pas, il commence à faire parler de lui et pas que musicalement. Il veut casser son image de Pop Star. Il s’affirme, commence à prendre position et ne mâche pas ses mots (vous verrez plus tard qu’il ne mâchait pas que des mots, si vous voyez ce que je veux dire...). Bref, cette année, il sort « Listen Without Prejudice : Vol.1 », un nouvel opus au son brut et dépouillé, largement inspiré des standards des années 60, de la musique noire et du jazz, qui amorce un nouveau tournant perceptible dès le premier single, « Praying For Time ». Les chansons, pour la plupart personnelles et introspectives, vont une fois encore à contre courant des tendances du moment.

Il surprend son monde en refusant d’apparaître dans ses vidéos. Ainsi pour « Freedom 90 », titre de l’album, plutôt que de se mettre en avant comme il est généralement d’usage pour des artistes de cette stature, il fait appel à d’autres stars de l’époque, à savoir les top models Cindy Crawford, Naomi Campbell, Christy Turlington et Linda Evangelista, pour la première fois réunies toutes ensemble en dehors d’un défilé, une idée qui fera des petits d’ailleurs auprès d’autres artistes. L’album est un semi-Echec (si on peut dire, il est quand même numéro 1 en Angleterre), mais au moins, il révèle personnalité naissante de l’artiste. Alors qu’il n’a encore qu’une vingtaine d’années, George Michael a désormais la même notoriété que certaines de ses idoles avec lesquelles il a eu l’honneur de chanter en duo : Aretha Franklin, Elton John ou encore Stevie Wonder. George prend aussi parti pour des grandes causes... Je vais vous apprendre un truc, George était homosexuel... Quoi vous ne saviez pas ? Ca ne date pas d’hier pourtant ! En 1991, George Michael fait la rencontre d’un styliste brésilien, Anselmo Feleppa. Ils ont une aventure ensemble pendant deux ans jusqu’à ce que celui-ci décède du Sida en 1993. Trois ans plus tard, Michael écrira en son hommage la chanson « Jesus To A Child » dans l’album « Older ».

GEORGE ET SON ENGAGEMENT...

L’engagement de l’artiste a commencé très tôt dans sa carrière puisqu’en 1984, il participe déjà au « Band Aid ». Il écrit et interprète « Do They Know It’s Christmas ? » contre la famine en Ethiopie. Ce titre est en tête des hits parades anglais juste devant le titre de Wham ! « Last Christmas ». Michael fit don des royalties du titre au Band Aid.

En novembre 1991 George sort « Don’t Let The Sun Go Down On Me », un duo avec Elton John, tiré de l’un de ses concerts à Wembley. Tous les bénéfices de ce titre seront reversés à un hôpital londonien prenant en charge les victimes du SIDA, le « London Lighthouse », ainsi qu’au « Rainbow Trust Children’s Charity ». Le titre sera également numéro un dans le monde entier. Quelques mois plus tard, le chanteur reprend d’assaut les charts avec « Too Funky », premier single de « Red Hot and Dance », un album caritatif destiné à venir en aide à la lutte contre le SIDA. Le titre sera le disque le plus joué de l’année 1992, grâce en partie au vidéo-clip réalisé par George avec des costumes signés Thierry Mugler.

Début 1993, George Michael se retrouve en tête des classements pendant trois semaines avec le « Five Live EP », dans lequel figuraient des duos avec Queen et Lisa Stansfield extraits du « Freddie Mercury Tribute Concert » de 1992. Tous les bénéfices des ventes de cet EP ont été reversés au « Freddie Mercury Phoenix Trust ». George Michael se sent de plus en plus libéré en tant qu’artiste et le clash avec sa maison de disque est inévitable. En octobre 1993, lors d’une déclaration qui fera les gros titres de la presse mondiale, il décide d’intenter un procès à sa maison de disques, Sony Music Entertainment. Il souhaite se libérer contractuellement d’une société qui, selon lui, n’accepte plus sa direction musicale. Le jugement sera en faveur de la maison de disques, et après plusieurs mois de négociations, il est convenu que George Michael quitte Sony et signe deux nouveaux contrats, un avec Virgin Records pour le monde (à l’exclusion des Etats-Unis) et l’autre avec SKG Music, la nouvelle société de Steven Spielberg. C’est un premier coup dur pour l’artiste (eh oui, « tout n’est pas si facile tout ne tient qu’à un fil » dixit le groupe de poète NTM). Il mettra trois à revenir sur le devant de la scène.

LE NOUVEAU CHEMIN DE GEORGE...

Quoiqu’il en soit « Older », le premier album de George Michael pour Virgin Records, sort en mai 1996. Ecrit, arrangé et produit par George Michael, cet album enregistré à Londres réunit onze nouveaux morceaux, parmi lesquels des tubes planétaires comme « Jesus To A Child », « Fastlove », et « Spinning The Wheel ». Il sera récompensé du titre de « songwriter of the year » aux Brit Award et de l’Artiste Masculin de l’Année par MTV Europe. Puis, “Ladies and Gentlemen : The Best of George Michael” sort en 1998 chez Epic. L’album caracole au sommet des classements dès sa sortie et demeure à la première place des charts pendant près de deux mois outre-Manche, se vendant à plus de 2 millions d’exemplaires.

Cet opus récapitule les différentes étapes de la carrière solo de George Michael de « Careless Whisper » jusqu’à trois nouveaux morceaux, dont le fameux « Outside », accompagné d’une vidéo qui fera l’objet de controverses. L’album est certifié huit fois platine au Royaume-Uni et prend également la tête de l’European Album Chart. Cette année là, son nouveau chemin le mène également tout droit dans des toilettes publiques à Los Angeles ou il sera interpellé pour comportement immoral par un policier en civil. Suite au scandale, il doit révéler publiquement son homosexualité (commes i on le savait pas déjà...). Cet incident a d’ailleurs inspiré le titre « Outside » et un clip vidéo mettant en scène des agents de police homosexuels. Après une décision de justice, le clip fut autorisé à la diffusion. A part ça, fin 1999, George Michael sort son quatrième album, « Songs From The Last Century », qui réunit des titres de certains des plus grands compositeurs du siècle. Les onze morceaux ont été co-produits par George Michael avec le légendaire Phil Ramone. L’album sera certifié double platine le jour même de sa sortie et deviendra la meilleure vente de cette période de fin d’année dans toute l’Europe.

GEORGE MICHAEL ET LES ANNEES 2000

En juin 2000 sort « If I Told You That », un duo avec Whitney Houston qui devient un énorme tube, classé pendant plusieurs semaines à la première place du European Airplay Chart. En 2001, George Michael signe un contrat sans précédent avec Universal Music puisqu’il ne concerne que deux singles : « Freeek ! » et « Shoot the Dog ». Ce dernier morceau nous offrira un grand moment, avec sa critique ouverte de l’alliance US/UK lors de la guerre en Irak. Dans le clip video de la chanson, Tony Blair est représenté par un chien qui suit son maitre (George W. Bush) partout.

Quant à « Freeek ! », le titre devient simplement un tube international, n° 1 dans six pays et classé dans le Top Ten de huit autres pays européens. Dans la foulée son album « Patience », le premier album de chansons originales de George Michael depuis huit ans, est entré directement n° 1 outre-Manche, battant son record de ventes en première semaine. « Patience » a également pris la tête des classements dans le reste du monde, de l’Allemagne à Hong Kong, avant de sortir aux Etats-Unis en mai 2004. Parallèlement à l’enregistrement et à la promotion de l’album, George a également réalisé « A Different Story », un documentaire salué par la critique sorti l’année dernière dans les salles. Il continuera quand même à faire parler de lui en 2006 ou, lors des concerts « 25 live », une poupée gonflable de près de 10 mètres de haut représentant George Bush apparaît sur scène et le fidèle toutou va jusqu’à lui pratiquer une fellation.

Aujourd’hui, à l’âge de 43 ans, George Michael peut se targuer, avec 25 années de carrière derrière lui, d’un brillant parcours. Il a vendu plus de 80 millions de disques dans le monde et totalisé pas moins de six singles n°1 aux Etats-Unis (extraits de Faith) et onze autres au Royaume-Uni. George Michael a également participé à certains des plus grands concerts de l’histoire comme le Live Aid, le Nelson Mandela Freedom Concert, le Freddie Mercury Tribute, le NetAid et plus récemment le Live 8, se produisant devant un très large public mais aussi des millions de téléspectateurs dans le monde.

Auteur-compositeur-interprète très talentueux, George Michael a brillamment exercé son art tout au long de sa carrière. Au fil de l’histoire de la pop, il est une évidence qui s’impose : le talent l’emporte toujours. Et avec ses 25, ans de carrière, George Michael est loin d’avoir dit son derrière son mot.

DISCOGRAPHIE

-  1987 : Faith (Epic/Sony)
-  1990 : Listen Without Prejudice, Vol. 1 (Epic/Sony)
-  1991 : Red Hot + Dance (Epic/Sony)
-  1993 : Five Live (EMI Records)
-  1996 : Older (Virgin/DreamWorks)
-  1998 : Ladies and Gentlemen (Epic/Sony)
-  1999 : Songs from the Last Century (Virgin)
-  2004 : Patience (Sony UK)
-  2006 : Twenty Five (Sony UK)

Article précédent
Article suivant