Article précédent
Article suivant

Junior Caldera

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


Inconnu du grand public il y a encore quelques mois, Junior Caldera a réussi à braquer les projecteurs sur lui en peu temps par ses prestations Live très remarquées DJ et ses prods "tubesques", comme "Push" et "Sexy". Résident sur Underground FG, Junior Caldera vient de prendre possession du Queen à Paris pour une soirée tout simplement époustouflante ! Et Nightlife ne pouvait manquer la nouvelle étoile montante de la scène électro internationale…

                        → Propos recueillis par Nicolas George

Nightlife : Ton nom commence à être de plus en plus connu dans le milieu électro mais peux tu nous présenter un peu ton parcours ?
Junior Caldera : Bonjour à tous les lecteurs de Nightlife tout d´abord ! Eh bien je suis un producteur-DJ électro, avec un parcours musical plutôt complet. J’ai fait mes études au Conservatoire de Musique, avec des instruments comme la guitare ou le saxophone. J’ai ensuite rencontré Master Seb, DJ du célèbre club helvète "D! Club" à Lausanne. C’est ainsi que sur un « pari », j’ai commencé à mixer !

Et tu as ensuite gagné un concours parrainé par David Guetta sur Radio Fg, il me semble !
C´est vrai ! Après cette belle aventure, je me suis ensuite tourné vers la production en travaillant pour divers labels, comme Cube en Italie, ou Buena Onda en France. J’ai ensuite signé sur Colorz, label qui a, entre autres, produit Demon, Likelike, Crusz, ou Roy Davis Jr et qui m’a proposé des sorties plus régulières avec un véritable focus sur mes productions. J’ai alors sorti « Push », mon premier maxi sur ce label, qui connut un bon succès, et ensuite « Sexy », qui a reçu un accueil très chaleureux des DJ’s et des radios (Radio Fg, Fun Radio notamment).
 
Quelles sont tes influences musicales ?
Elles vont de Nirvana, Soundgarden à Klaas ou Axwell. C’est, certes, très large ;) Bien sur, je ne mélange par forcément Kurt Cobain et Klaas ou Dirty South dans mes sets, mais mes influences personnelles sont bien là.

Et musicalement, à quoi doit on s’attendre lors de tes sets ?
Tout d’abord à un choix très personnel : des titres produits pour l’occasion ou des exclusivités. Mes sets sont rarement minimalistes, pas forcément commerciaux, mais les titres choisis doivent être indiscutablement efficaces.
 +-+
 Ton titre « Sexy » est très plébiscité en radio et par le grand public…
« Sexy », c’est d’abord une  inspiration soudaine, un morceau plutôt rapidement produit, ce qui ne sera pas le cas de tous les titres de mon album ;) C’est mon premier hit underground, celui qui m’a le plus identifié. C’est, pour moi, un titre « charnière » qui me permet aujourd’hui d’envisager mon premier album….

Tu as également composé de nombreux remixes pour des artistes à l´univers musical très varié !
Oui, pour Sandra, Alain Souchon, Paul Van Dyk, Joss Stone, Mélissa Mars et même bientôt Willy Denzey ou une nouvelle artiste mexicaine, Bélinda. C’est un exercice fascinant car je dois saisir l’univers d’un artiste que je ne connais pas forcément. Cela m’a permis de travailler sur des genres très différents avec une seule idée, le dancefloor et le respect des clubbers.

Tu as même remixé du Souchon ??? Comment es tu arrivé sur ce projet ?
C’est une très belle aventure. Virgin, la maison de disque d’Alain Souchon, connaissait mon travail et a décidé de me confier ce projet. Il s’agissait de bousculer un peu les choses mais aussi de respecter un artiste très identifié. J’ai vraiment eu une liberté totale et j’ai pu amener Alain Souchon, en tout cas son titre « Putain, ça penche » dans un univers alors inédit pour lui, le dancefloor. Il y a eu une très belle adhésion du public, des clubs, des radios, et surtout de la communauté Internet qui proposa de nombreux films illustrant mon remix.
 
Quel est ton point de vue sur la scène clubbing française et parisienne actuellement ?
Une très bonne scène en France, idem dans notre capitale, mais avec parfois une pointe de « parisianisme » que je ne comprends pas…
 
Le club qui t’a le plus impressionné ?
Le D – Club à Lausanne, en Suisse, un des premiers clubs dans lequel j’ai mixé… Un endroit donc particulier pour moi.
 
Ton meilleur souvenir en tant que DJ ?
Un set avec David Guetta à Nancy, au Circus, soirée ENORME en 2004 !

Le DJ avec qui tu rêverais de composer, faire un duo ou un remix ?
Joachim Garraud ou Axwell….au choix ;)
Le disque le plus improbable que tu ai déjà passé lors d’un de tes sets ?
Un bootleg de Busta Rhymes, rare, très efficace !
Quels conseils donnerais-tu à un jeune DJ qui débute dans le métier ?
De ne pas se satisfaire de bien mixer mais aussi de produire, de créer, de pousser le mélange que représente le mixe dans ses derniers retranchements.
Enfin quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Je travaille actuellement sur mon premier album…
Retrouvez Junior Caldera sur le Net : www.myspace.com/juniorcaldera
Article précédent
Article suivant