Article précédent
Article suivant

L’ANPAA fait interdire un message de prévention en se servant de la loi Evin !

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


L’Association Nationale de Prévention de l’Alcoolisme vient d’utiliser la loi pour faire interdire le message de prévention et la mention www.2340.fr qui figure sur les publicités en faveur des boissons alcoolisée. Selon l’ANPAA, cette mention n’est pas prévue par la loi Evin ! Il faut dire que cette mention a été volontairement ajoutée par les principaux producteurs dans leurs publicités depuis l’été dernier : une initiative, une première en Europe, avait été préalablement présentée aux autorités de santé et aux associations (dont l’ANPAA, qui y avait même apporté des modifications). Elle a été saluée par la plupart d’entre elles et n’a rencontré aucune opposition depuis. La mention www.2340.fr incite les consommateurs de boissons alcoolisées à se rendre sur un site d’informations dans le but de leur faire connaître les seuils de consommation à moindre risque définis par un comité d’experts de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ces seuils sont d’ailleurs depuis plusieurs années au centre des campagnes d’information conduites par les autorités sanitaires françaises. « Nous sommes consternés par cette instrumentalisation de la loi qui n’a plus rien à voir avec la lutte contre l’alcoolisme » déclare Alexis Capitant, Directeur général d’Entreprise & Prévention. « Dans un pays où huit Français sur dix sont consommateurs et sont pour 80 % des petits et moyens consommateurs, les priver de ce repère simple et pratique pour minimiser le risque est incompréhensible », ajoute-t-il.
Cet épisode judiciaire fait suite aux condamnations de plusieurs quotidiens (Les Echos, Le Parisien) sur plainte de l’ANPAA pour des articles jugés favorables aux boissons alcoolisées. Entreprise & Prévention et les différentes organisations professionnelles partenaires de l’initiative www.2340.fr étudient actuellement les moyens de continuer à communiquer sur les seuils de consommation à moindre risque dans le respect de la décision de la Cour d’Appel de Paris.
Article précédent
Article suivant