Article précédent
Article suivant

LA MAISON BLANCHE

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :



Celui-ci a su garder l´esprit haut de gamme de l´endroit tout en apportant une touche de modernisme. Le lieu est très lumineux avec sa monumentale baie vitrée qui domine les toits de Paris et ses quatre puits de lumière implantés au plafond du niveau supérieur du restaurant. Les tons pastel et blanc cassé s´accordent avec les drapés pourpres pour un résultat qui illustre l´idée que l´on se fait de l´harmonie du « chic » et du « in »

Depuis l´autre rive de la Seine la Maison Blanche ressemble à un « cube » posé sur le théâtre des Champs-Élysées. Elle figure parmi les rares restaurants situés sur les toits de Paris et jouit d´un espace important où cohabitent deux niveaux de restaurant un bar et une terrasse en bois de teck ouverte dès que les conditions climatiques le permettent. Depuis cette terrasse ceinturée de bambous et de plantes vertes la vue sur la Tour Eiffel est imprenable.

Les réservations (entre huit à quinze jours de délai) sont indispensables pour pouvoir dîner dans ce restaurant d´exception notamment pour les tables situées en mezzanine au niveau supérieur de la salle. Les petites alcôves sont elles aussi très demandées par des couples désireux de s´isoler légèrement dans ces petits nids d´amour où de nombreuses demandes en mariage sont prononcées. Pourtant on ne vient pas à la Maison Blanche uniquement pour le cadre si unique en son genre soit-il ! On vient tout bonnement parce que l´endroit est avant tout un restaurant à la cuisine exceptionnelle...

Ce sont les frères Pourcel qui sont en grande partie les garants de la renommée de l´établissement et qui en incarnent l´esprit. Jouissant d´une aura qui voyage bien au-delà de nos frontières Jacques et Laurent ont été les plus jeunes « trois étoilés » du guide Michelin en 1998 pour leur cuisine au JARDIN DES SENS à Montpellier un restaurant ouvert en 1988.

Les frères Pourcel ont voulu exporter à la MAISON BLANCHE cette réputation ce savoir-faire ce mélange d´ingéniosité et de générosité dans la cuisine qui leur a valu la reconnaissance suprême. Bien qu´ils ne soient pas impliqués eux-mêmes derrière les fourneaux les Chefs Chapel Bras et Meneau officient sous la houlette des frères Pourcel qui ont élaboré la carte. Une carte très riche inspirée de celle du JARDIN DES SENS dans laquelle on retrouve ce goût prononcé pour les contrastes et les mariages audacieux de sucré-salé doux-amer chaud-froid fondant-croquant...

Afin d´aider les clients dans leur choix de plats les serveurs sont d´un grand secours. Chacun d´eux connaît parfaitement les mets et propose spontanément de déchiffrer la carte pour en comprendre toutes les subtilités. Du « millefeuille croustillant de crabe et avocat émulsion aigre-douce à la coriandre » à la « fricassée de légumes étuvés au bâton de réglisse » des « oursins farcis au tourteau leur corail crème légère et caviar Sevruga » à la « queue de grosses gambas grillées à la plancha » les entrées froides ou chaudes sont un régal pour les palais les plus avertis le plaisir des yeux en plus. Pour les plats les poissons (« filet de bar cuit longuement au four échalotes confites et jeunes poireaux vinaigrette aux citrons confits ») et les viandes (« filet de bœuf Simenthal - une région de Suisse - au poivre de Penja fricassée de légumes au soja ») sont autant de réussites gustatives qui prouvent que la cuisine est le cœur même de la MAISON BLANCHE. Les desserts aux fruits (« le fin carpaccio d´ananas crème brûlée à la verveine et cassonade » ou l´excellente « déclinaison de fruits rouges ») ou au chocolat (« biscuit chaud au chocolat crème légère à l´amande amère » ou la « tarte au chocolat tiède crème glacée au touron ») raviront gourmands et gourmets... La carte des vins n´est pas en reste : on y découvre un extraordinaire Bordeaux Pauillac « Château Latour » 1er cru classé de 1985 (810 € la bouteille) les inévitables Grands crus de Bourgogne de la Loire du Rhône du Languedoc ou de Provence mais aussi des vins de Corse (Patrimonio Rouge « Carco » 45 € la bouteille) ou de Savoie (Chignin-Bergeron de 1994 29 € la bouteille).

Article précédent
Article suivant