Article précédent
Article suivant

LE SIEL ESPACE BAR-CULTURE OU FLAIR CULTURE ?

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Le salon du Siel vient de s’achever.



1er constat plutot positif, l’univers du bar est en plein essor en France. Nous sommes encore loin du Barshow de Londres (célèbre salon du bar anglais).

Nous avons pu croiser des distributeurs de matériel de bar comme Huitième Monde , des sociétés de bars comme Bar Academy, Men in Bar ou encore le Star Cruise Show, si ces acteurs sont la c’est qu’il y a une demande.

Néanmoins, certains manquent à l’appel, notamment l’Abf et plus précisément la société Premium en espérant qu’elle sera présente l’année prochaine.

Les liquoristes, à l’image de Giffard ou encore Hpnotic étaient aussi à l’honneur avec la présence de bartenders sur chacun de leurs stands.

Fait paradoxal, je n’ai pas vraiment vu de choses intéressantes au niveau bar culture, mais beaucoup sur le flair.

La plus belle surprise de ce salon est pour une fois française, en effet Fly Bottle, la nouvelle bouteille de flair était présente sur tous les stands et s’affirme plus que jamais comme la meilleure du marché avec d’incessantes innovations, après la fluo, c’est au tour de la phosphorescente de se faire connaître. En contrepartie l’univers du bar à proprement parlé était quasiment absent si ce n’est Fernando Castellon de Bar Expertise. La mixologie était absente a défault d’être controversée…


Le bar en France se limite t’il seulement au Flair ? Cela semble être le cas, mais alors quel avenir pour le bar ? Car de plus en plus de « flaireurs » sont sur le marché, mais qu’en est-il des techniques de service, des connaissances produits et autres ?

Heureusement des sociétés comme Men in bar se créent et axent leur activité sur la formation.

Lorsque l’on connait les antécédent du directeur de cette société à savoir TGI Friday’S et Planet Hollywood, l’univers du bar ne peut que progresser et la mise en place de standards s’instaurer.


L’avenir du pôle Bar Culture doit donc se traduire par une professionnalisation du métier je pense, à l’image des visiteurs : en effet le salon s’est ouvert au grand public, un peu trop peut être à mon goût.

Une fois encore Ricard était présent et continuait sa progression dans l’univers nocturne.

Le seul regret est l’absence d’autres marques d’alcool, nous aurions eu plaisir à découvrir de nouveaux produits En effet même si le groupe Ricard à une belle gamme de produits ; l’offre bar ne peut se réduire à un groupe.

En espérant que l’année prochaine nous voyons non pas des groupes mais des marques exposer, quitte à ce que les maisons mères s’investissent et non les sociétés de distribution.

Car entre faire du volume et des cols et créer une marque et son image le choix n’est pas évident. En effet même les distributeurs doivent rendre des comptes.


UGO JOBIN

Article précédent
Article suivant