Article précédent
Article suivant

LES OPEN BAR INTERDITS !

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Les Open Bar, c´est fini ! Les députés ont enterré la pratique des "open bars" en France, dans le cadre d´un projet de loi qui vise notamment à lutter contre l´alcoolisme chez les jeunes.

Elle a adopté la mesure interdisant la vente d´alcool au forfait pour prévenir notamment le "binge drinking" chez les jeunes, jeu qui consiste à boire un maximum d´alcool en un minimum de temps.

La filère viticole dénonçait ce dispositif, estimant que s´il était appliqué, il mettrait en péril les dégustations et les fêtes viticoles où il suffit de payer une entrée pour ensuite consommer à volonté.

Un compromis a été trouvé, via un amendement UMP, qui permet d´exclure de l´interdiction "les fêtes et foires, stages oenologiques et autres opérations de dégustations, repas vins compris".

L´Assemblée reprendra lundi l´examen du volet "prévention et santé publique" de ce projet de loi dont l´objectif est de renforcer les règles relatives à la vente d´alcool aux mineurs en portant de 16 à 18 ans l´âge en deçà duquel la vente est interdite.

Le commerçant devra exiger du client qu´il établisse la preuve de sa majorité. De plus, en cas de non respect de l´interdiction, les sanctions financières seront doublées.

Cette partie du texte durcit la réglementation concernant la vente de boissons alcoolisées, interdisant totalement, sauf dérogations restreintes accordées par le préfet, la vente dans les stations-service.

"DESERTS MEDICAUX"

Plusieurs amendements de la commission des Affaires sociales seront présentés en séance comme celui qui prévoit l´autorisation préalable du maire à la vente d´alcool de 22h00 à 08h00 du matin dans les épiceries de nuit. Ou bien encore celui qui prévoit la pose d´un éthylotest sur le véhicule des automobilistes arrêtés en état d´ivresse, ou celui qui réglemente la publicité pour les boissons alcoolisées sur internet.

Un autre amendement de la commission vise, au contraire, à permettre à un parent accompagnant son enfant mineur dans un café ou un restaurant de lui offrir une boisson alcoolisée.

Commencé le 10 février, l´examen à l´Assemblée du projet de loi de modernisation des hôpitaux, qui a été interrompu une semaine pour la pause des vacances d´hiver, a pris du retard.

Il devrait finalement s´achever le mercredi 11 mars avec un vote solennel. Le Sénat devrait l´examiner à son tour en avril.

Durant toute la semaine, les députés ont examiné et adopté le titre II du texte relatif à "l´accès de tous à des soins de qualité" et notamment les mesures visant à lutter contre les "déserts médicaux".

Le texte prévoit une période d´observation de trois ans. A l´issue de ce délai, les schémas régionaux d´organisation sanitaire (SROS) procéderont à une évaluation.

Les médecins des zones bien pourvues se verront proposer un "contrat santé solidarité" qui les obligera à exercer une partie de leur temps dans les zones rurales et les banlieues défavorisées. S´ils refusent, ils devont s´acquitter d´une contribution forfaitaire annuelle de 2.859 euros.

Plusieurs amendements ont été entérinés comme celui qui prévoit l´attribution de 1.200 euros pour les étudiants en médecine s´engageant à exercer pendant au moins deux ans dans les "zones déficitaires".

(Avec REUTERS)

Article précédent
Article suivant