Article précédent
Article suivant

Marc Gaspech

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Marc parle-nous de ton parcours dans le monde de la nuit luxembourgeoise ?

J´ai démarré en 1994 avec le « Check Inn » un concept avec bar restaurant et discothèque à l´aéroport. En 1999 j´ai stoppé pour reprendre en 2000 « l´XS » situé dans les anciens locaux du « Blow Up » et du désormais nouveau club « MukoMUKO ». Je cherchais à développer un club jeune avec de la bonne house music et ses plus grands représentants David Guetta Jack de Marseille Jeff Mills et tous les grands DJs d´Ibiza sur le Luxembourg. J´entretiens toujours de très bon rapport avec tous ces artistes. J´ai donc décidé avec le « Blow Up » d´établir un nouveau concept sur trois salles. La plus grande donnait la part belle à la house la seconde était une salle VIP teintée de musique 70´s et la dernière était destinée aux ambiances latinos.
Ensuite en 2001 Marc Hobscheid s´est associé avec moi pour reprendre l´ancien « Blow Up » des années 70 et il s´est occupé de lui redonné un nouveau look.



Et en 2003 tu as vendu tes parts du Blow up?

En fait mon ami Angelo Presti a racheté nos parts à Marc et à moi-même. D´ailleurs aujourd´hui il y travaille toujours puisqu´il vient d´ouvrir le « MukoMUKO » avec Gérard Valerius à la place du « Blow Up » toujours 14 rue de la faïencerie près du parking des Glacis.

Raconte-nous l´histoire des débuts du Gutschi-Montana.


Le 8 janvier 2002 j´ai ouvert avec Gérard Valerius le restaurant Gutschi-Montana 8 rue du cimetière à Luxembourg. Peu après l´ouverture en 2002 on ma présenté Jeannot Weiss qui officiait dans un semi gastro à Echternach. J´ai diné chez lui et je me suis dit : c´est l´homme qu´il me faut pour le Gutschi. On s´est très bien entendu et au bout de trois mois je lui ai offert un pourcentage des parts du restaurant et depuis il est toujours actionnaire. C‘est lui qui a lancé la première carte en tant que chef cuisinier. Ensuite il a ouvert un deuxième restaurant en vielle ville Am Tiirshem très réputé dans le pays.
Je me suis absenté du Gutschi pendant un an j´ai même arrêté en 2003 et en 2005 je l´ai repris. C´est une grande histoire d´amour entre le Gutschi et moi. Je trouve la clientèle située dans une tranche d´âge 30-50 agréable. De plus l´ambiance 70´s et 80´s distillée par notre DJ Eric Braush est réellement plaisante sans compter nos nombreuses soirées à thèmes...

Au fait pourquoi avoir choisi ce nom Gutschi-Montana ?

C´est un nom qu´on a trouvé comme ça même si avec montana on a voulu développer une connotation chalet avec une gastronomie montagnarde à base de fondues et de spécialités françaises.


Peux-tu nous éclairer sur tes futurs projets ?

J´ai le projet d´ouvrir pour le printemps 2006 un gros complexe avec deux restaurants un bar lounge un bar à cigares deux clubs select (un 70-80 et un autre latino salsa) et la cerise sur le gâteau trois terrasses en plein air pour les beaux jours. La capacité indoor serait de 3400 m2 et de 800m2 pour le club outdoor.
Il y aurait aussi une salle réservée pour les banquets pouvant accueillir 300 convives. Ce projet me tient vraiment à cœur.

Ce complexe va drainer énormément de monde ?

Je l´espère et j´ai prévu un parking de plus de 500 places pour accueillir un maximum de gens.


As-tu déjà des idées d´horaire ?

Les restaurants seront ouvert jusqu´à minuit et les clubs seront ouverts le vendredi et le samedi jusqu´à 5h.

As-tu une idée du style de restaurant que tu aimerais développer pour cet établissement. Es ce que se sera le même style que le « Gutschi-Montana » ?

Non le Gutschi c´est plus une ambiance chalet des hautes montagnes. Pour ce projet j´aimerai bien une restauration haut de gamme italienne et française. Je suis en train de sélectionner le meilleur chef cuisinier possible et je t´assure que tu ne seras pas déçu.

Ou vas-tu puiser ton inspiration pour ces nouveaux concepts ?

Je demande conseil à mes amis et je puise l´inspiration lors de mes nombreux voyages à Miami Paris Londres Saint Tropez Marbella ou Cuba.

Que penses-tu de la nuit Luxembourgeoise ?

J´ai été président de l´association des discothèques et je me suis battu pour que les nuits blanches arrivent jusqu´à 5h. J´ai fait des pétitions des articles dans la presse et en 2003 on a gagné pour le bonheur de tous les oiseaux de nuits. Je me rappel qu´on se battait tous ensemble main dans la main: le Melusina Le Didgeridoo le Byblos le Blow up et plein d´autres pour une ouverture tardive. Que de souvenirs !

Quels sont les endroits que tu aimes au Luxembourg ?

J´aime prendre un drink au Vip c´est un bon club avec plein de people et de gens branchés et aussi au Bar one.
As-tu encore des combats à livrer au Luxembourg ?

J´ai envie de développé un système de prévention au niveau de l´alcool sur les routes. L´idée est de confié à l´entrée des boites un bracelet de couleur qui interdise de boire de l´alcool au conducteur mais qui permettrait d´obtenir des softs gratuits toute la nuit. J´ai envie de sensibiliser les jeunes aux problèmes de l´alcool au volant. La route et l´alcool font trop de dégâts il est nécessaire que cela cesse.

Dis moi il te reste pas encore un petit projet enfoui au fond de ton cerveau?

Oh que si fin 2006 j´ai envie de créer un endroit à Luxembourg dans une zone industrielle de 2200 m2 avec deux restaurants de 140 places un bar une terrasse deux clubs et une capacité de 1850 personnes et un parking de 700 places. Comme tu peux le remarquer j´ai toujours envie d´aller de l´avant. Je serai le premier à m´installer dans une zone industrielle afin de préserver le voisinage et d´entre dans la nouvelle politique « Chill de luxe » mise en place par le bourgmestre Paul Helminger.

Quel fut ta meilleure soirée en 2005 ?

Sans hésité mon anniversaire au « Gutschi » avec une affluence avoisinant les 800 personnes et aussi la venue de Guetta au « Blow Up ».


Aimes-tu toujours autant sortir ?

Oui j´ai toujours envie de faire la fête. Je sais d´où je viens et je sais ou je vais. J´ai les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Le mot de la fin ?

Je voudrais simplement saluer Gérard Valerius que je considère comme un grand monsieur dans le monde de la nuit.
De plus je suis fière de pouvoir créer une cinquantaine d´emploi et au mois de mars une quarantaine supplémentaires pour le nouveau projet dans le monde de la nuit luxembourgeoise.





Article précédent
Article suivant