Article précédent
Article suivant

MAREVA GALANTER

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Après « Ukuyéyé » sorti en 2006, déclaration passionnée aux sixties grâce à des covers de pop songs à la française, la délicieuse Mareva Galanter revient avec son deuxième opus : « Happy Fiu ». Disque du désir et des rendez-vous, « Happy Fiu » est une belle découverte musicale qui explore d’avantage le « Moi » intérieur de Mareva, à coup de balades et de riffs Rock. Rencontre avec une ex-Miss France belle et rebelle qui nous transporte dans ce voyage musical si personnel...

--> Interview réalisée par Nicolas George

 

 

Nightlife : Ton premier opus « Ukuyéyé » était un album de covers pop songs à la française... Avec « Happy Fiu » tu as fait le grand pas dans un univers « 100% personnel »...

Mareva Glanter : Tout à fait, « Happy Fiu » est un album vraiment différent du premier qui était vraiment conceptuel. Là c’est un album de totale création musicale jusqu’au choix des collaborations ou encore le fait d’enregistrer en Angleterre... Je me suis vraiment donné les moyens d’avoir tout cela ! C’était quitte ou double, mais je suis extrêmement heureuse du résultat ! Et puis j’ai écrit la moitié des titres : je me suis vraiment passionné pour la naissance de cet album !

On est d’avantage dans un album « cinématographique » même...

Oui, les histoires que je peux raconter dans cet album, tout le monde peut se retrouver dedans. C’est un peu l’objet du premier clip en Noir et Blanc de l’album, réalisé par Samuel Benchetrit, qui possède une vraie atmosphère cinématographique... La mise en musique des morceaux et la collaboration avec les artistes sont vraiment complémentaires avec le message que j’ai !

Alors justement tu t’es entouré d’artistes tel que Mickaël Furnon de Mickey 3D, Rufus Wainwright, Jérôme Attal ou encore Paolo Reversi...

Oui, j’avais un coup de cœur pour tous ces artistes que j’ai contacté via MySpace par exemple (rires) ! Ils m’ont répondu par mail et par chance ils connaissaient un peu mon univers et ce que je faisais ! Il y a eu une vraie dimension d’authenticité dans ma démarche ! Paolo Reversi, j’avais très envie de travailler avec lui ou encore Samuel Benchetrit qui a réalisé le clip de mon premier morceau.

Parle nous un peu du groupe Little Barrie qui t’accompagne tout au long de l’album...

Ce sont mes chouchous ! Little Barrie c’est un groupe de rock anglais totalement fabuleux ! Ils ont des têtes d’anges mais une vraie bonne humeur communicative ! Ils étaient vraiment à l’écoute de ce que je voulais : je leur racontais ce que j’avais envie qu’ils ressentent et ils le transmettaient en musique, de manière immédiate et géniale. Ils ont livré des chansons avec un vrai univers ! Et puis je désirais vraiment enregistrer chez eux, en Angleterre !

Peux tu me dire quelques mots sur la très belle chanson « Jane et Serge »...

J’avais très envie de raconter la vie de Jane Birkin et Serge Gainsbourg : leur vie est un film à elle toute seule ! C’est Jean Charles de Castelbajac qui m’a écrit cette chanson car il me connaît très bien... Il a vraiment réussi à mettre des images sur des mots. Et puis je partage cette chanson avec Rufus Wainwright sont je suis fan : ça a donné une dimension particulière à cette chanson !

 

 

Une tournée de prévue suite à cet album ?

Oui sans doute pour la fin de cette année et quelques dates en 2009, avec Little Barrie qui m’accompagneront sur scène... Ca sera juste royal d’être sur scène avec eux ! Et puis pourquoi pas retourner sur mon île de Tahiti pour jouer !

Joli succès aussi pour ton émission sur Paris Première « Do you Do you Scopitone »...

Cette émission, c’était une suite logique de mon premier album ! Je voulais retrouver l’essence même de l’époque des années 60. Là on a accès aux archives et on diffuse des choses inédites, c’est génial ! J’ai découvert beaucoup de versions de titres que l’on ne connaît pas...Les gens aiment découvrir des scopitones et voir « enfin » les images de leur jeunesse !

Comment expliques-tu que tu as réussi, contrairement aux autres, à te détacher totalement de l’étiquette Miss France ?

Je pense que le fait de faire des choix, ça change beaucoup ! Il ne faut pas tout accepter et vraiment réfléchir ses choix artistiques. Et aussi bien choisir la famille d’artistes de laquelle on s’entoure ! Donc voilà, j’ai peut être pris une voie artistique où l’on a gommé plus facilement cette étiquette ! Et puis quand on est Miss France on n’a pas d’identité. Alors maintenant on m’a juste découverte en tant que « moi » !

Toi qui viens de Tahiti, fais nous un peu rêver en nous donnant quelques bons plans là bas !

Ah ! Tu connais la recette d’un séjour à Tahiti réussi ? Il faut y faire deux sortes de tourisme : un traditionnel à l’hôtel et l’autre chez l’habitant, en pension de famille ! Une sorte de tourisme parallèle pour voir tous les joyaux de cette île ! Moi j’aime faire les deux. A noter que c’est aussi un excellent spot pour le surf !

Et lorsque tu reviens en France sur le continent, quels sont tes QGs préférés ?

J’adore la cuisine japonaise donc je suis toujours à la recherche de petits restos japonais : j’aime bien « Chez Aida » (1 étoile au Michelin) ou « Kinugawa ». Sinon entre copines, on se retrouve chez Costes ou au Chacha ! J’aime aussi Le Palais de Tokyo pour dîner et pour les expos. Sinon, ma petite gourmandise, c’est d’aller chez Ladurée pour leurs macarons et leurs thés !

 

 

Mareva Galanter « Happy Fiu » - Album déjà disponible

Article précédent
Article suivant