Article précédent
Article suivant

MISS KITTIN & THE HACKER

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Après s’être épanouis chacun dans leur carrière solo respective, Miss Kittin & The Hacker ont donc décidé de s’offrir une seconde lune de miel Studio, avec « Two », 8 ans après leur cultissime « First Album ». Un nouvel opus quittant les badineries éléctroclash pour offrir une synthèse de toutes les pontes électroniques de ces dernières années.
Interview réalisée par Nicolas George
Comment abordez vous cette nouvelle aventure studio en duo, 8 ans après votre « First Album » ?
The Hacker :
On est deux survivants de l’électroclash qui, après plusieurs années d’aventures séparées, racontent à nouveau leur vision du monde ! C’est un album « adulte », mais pas « vieux con », aussi bien dans les thèmes abordés que dans la musique qui est plus « subtile », moins énervée…
Miss Kittin : Oui, on a laissé de côté la colère de la vingtaine et notre musique est plus profonde… A 30 ans on n’a pas envie de parler de la même chose qu’à 20, sans pour autant renier nos racines !
On retrouve énormément d’influences différentes sur ce nouvel opus…
The Hacker :
C’est vrai, chaque morceau a une influence bien particulière. Par exemple, « Party in My Head » est italo disco, « Indulgence » est plus électro dark, « PPPO », d’avantage minimaliste… « PPPO » sera d’ailleurs le premier Maxi issu de l’album. Le second, ce sera « 1000 Dreams », remixé par Maxime Dangles.
Je suppose que vous allez savourer la sortie de cet album mais, quels sont vos projets dans vos carrières solo ?
The Hacker :
Oui, on va se consacrer à « Two », même si, de mon côté, je vais sortir 2 ou 3 Maxis prochainement. Et puis une fois que la tournée va commencer, il n’y aura plus beaucoup de temps…
Miss Kittin : Toujours quelques remixes et des collaborations avec d’autres artistes, mais rien de plus… (silence) En fait, si ! J’aimerais bien refaire un « Radio Caroline », plus intimiste, plus ambiant. Et ça, j’y pense depuis un moment !
 « Quand je vois les jeunes artistes, penser être arrivés en laissant 3 morceaux sur leur MySpace, ils baignent dans la désillusion… » (Miss Kittin)
L’an dernier vous avez effectué une longue tournée aux Etats-Unis… Quels souvenirs en gardez vous ?
Miss Kittin :
On voulait voir si les Américains se souvenaient de nous ! (Rires) ! Ca nous a permis de tester les nouveaux morceaux lors d’une dizaine de dates, et ils fonctionnent vraiment bien en Live ! C’était vraiment extra, on a joué devant plus de 2000 personnes à Los Angeles. On a eu des publics très divers et pas uniquement des nostalgiques de l’électroclash.
Le « Live » reste un outil de séduction auprès du public, d’avantage que le DJ set ?
The Hacker 
: Oui, tu as bien résumé. Le Live est une super vitrine : il pousse les artistes à être là et à taffer d’avantage. On n’a jamais vécu des disques, mais plus de nos prestations scéniques. Donc ça pousse les groupes à développer les parties scène et indirectement, ça magnifie leur musique ! En gros, c’est travailler mieux pour gagner plus ! (Rires)
Miss Kittin : De toutes façons, le travail de terrain ne sera jamais remplaçable ! Quand je vois les jeunes artistes, penser être arrivés en laissant 3 morceaux sur leur MySpace, ils baignent dans la désillusion… Pour la sortie de notre premier album, on a été hyper présent. On a beaucoup joué donc on existait vraiment : le terrain est un passage obligé !
 
 
MISS KITTIN & THE HACKER : Album « Two »
Sortie le 27 Mars 2009 (Nobody’s Bizzness)
Article précédent
Article suivant