Article précédent
Article suivant

Quand la Nuit mobilise...

Par Nicolas George le 24-04-2010
Partager cet article :

Coup d´oeil sur la suite de la pétition "La Nuit Meurt en Silence" ! En  octobre  dernier,  des  organisateurs  de  soirées,  Plaqué  Or  et  My  Electro

Kitchen,  lançaient avec la pétition intitulée "Paris : Quand la Nuit meurt en silence", que nous avons largement plébiscité et soutenu dans Euronight. Cette lettre ouverte des acteurs de la musique et de la Nuit à Paris avait pour objectif de sensibiliser  les pouvoirs publics sur  l’importance économique,  touristique, culturelle et sociale de la Nuit. Ce texte, signé par 15 150 personnes, dont un tiers d´artistes et de professionnels, a su  fédérer plus de 200  lieux musicaux et a  reçu  le  soutien de  réseaux et organismes professionnels  représentant  la  quasi  totalité  des  lieux  de  Nuit  à  Paris  et  en France (AGI-SON,  CSCAD,  FSCEF,  SNDLL, SNEG, UMIH... ). Jamais  un  « manifeste »  sur  le  sujet  n´avait  su  rassembler  un  tel  panel  d´acteurs  et trouver un tel écho.

 

Quelques mois après son lancement, la pétition a  permis  de: 

-  Rendre  visible  le  désarroi  du  public  des  lieux  de  vie musicaux  et  illustrer  son

soutien face à des difficultés unanimement perçues ;

-  Redonner la parole aux artistes et aux professionnels de la Nuit et des musiques

actuelles ;

-  Réhabiliter  la  Nuit  comme  lieu  de  vie,  de  lien  social  et  de  culture mais  aussi

comme secteur économique et comme objet politique à part entière ;

-  Souligner  la  nécessité  d´extirper  la  Nuit  du  carcan  d’une  gestion  purement

administrative dans laquelle on la maintient depuis trop longtemps ;

-  L´annonce  et  le  financement  par  la  Ville  de  Paris  des  «  États  Généraux  de  la

Nuit »    que  le collectif demandait  dès  le  lancement  de  la  pétition.  

Article précédent
Article suivant