Article précédent
Article suivant

SARAH MAIN

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :


Venue d’Australie, Sarah Main a conquis le cœur des espagnols au point de s’installer et de vivre sur l’île de toutes les fêtes : Ibiza. Résidente du Pacha elle déchaîne les passions et enflamme les dance Floor du monde entier. Aujourd’hui considérée comme la reine des Warm Up par les plus grands elle se lance dans la prod dur le label “Pacha Recording“ . NightLife l’a rencontré pour vous...

Chris & Maia-K


NightLife : Comment es-tu devenue Dj ?
Sarah Main : L’opportunité est venue comme ça, un peu par hasard... Alors j’ai décidé de tenter ma chance et franchement j’ai bien fait... J’ai trouvé ma voie !Je me suis enfermé 3 mois chez moi pour apprendre le mix. Une fois en confiance avec la technique, je suis partie chercher des petits booking. J’ai toujours été de l’avant et aujourd’hui ça fait 11 ans.

Quelles sont tes influences ?
Mes influences viennent de partout... De Stevie Wonder à ACDC, des Guns & Roses à Daft Punk en passant par Cassius, Dj Spen, Kerri Chandler, Soulwax, mais la liste peut être très longue.

Comment décrirais-tu ton son ?
Il est très difficile de décrire son propre son, mais en tout cas j’essaye toujours de lui donner une touche funk. Cette année, j’ai vraiment trouvé mon propre son, celui que j’aime et qui est au fond de moi. J’arrive à créer et à apporter de la nouveauté, mais la chose la plus importante pour moi est que je donne une belle évolution à mes sets.

Et la production dans tout ça ?
Avec la création du label “Pacha Record“ je n’arrête pas de produire des sons... Je passe la plupart de mon temps en studio. Donc soyez prêts à danser !

Quels sont tes labels préférés et les Dj’s avec lesquels tu aimerais jouer ?
Les labels que je préfère sont français. Kitsuné et Ed Banger sont énormes aujourd’hui. En prods, Digitalism et Switch aka Solid Groove sont au top. J’adore la base  très rock des 2 Many Djays et Nick Fanciulli m’inspire pas mal en ce moment.

Quel est le meilleur souvenir que tu n’aies jamais eu aux platines ?
C’est sans aucun doute lorsque j’ai mixé à Bali au Double 6. J’avais tous mes meilleurs amis du monde entier qui étaient là. Et l’électricité qui se dégageait de la foule était incroyable.

Que penses-tu de la disparition peu à peu du vinyle ?
Pour moi, le vinyle sera toujours ce que j’ai de plus précieux. Mais il est clair que lorsque l’on doit beaucoup voyager, les CD’S prennent moins de place, ils sont moins lourds, c’est quand même un avantage. En plus si tu perds un CD, tu sais que tu l’as sur un ordinateur alors c’est moins grave. Maintenant je suis à 100% avec les CD’s.

L’engouement des femmes pour le Djing doit être une grosse satisfaction ?
C’est sûr, mais je ne crois pas qu’il y ait vraiment de différence entre une femme Dj et un homme. Nous sommes Dj’s, point final. Etre l’un ou l’autre n’est pas une garantie de talent.

Tu es résidente du Pacha à Ibiza. C’est l’un des clubs les plus fameux au monde. Qu’y a- t’il de spécial à jouer là-bas ?
Il y a une atmosphère comme nulle part ailleurs. Tout le monde est prêt à faire la fête, il y a un magnétisme incroyable. Les gens viennent y prendre du bon temps et je crois qu’ils en ont.

Que doivent être les premières qualités pour être un bon résident ?
Je crois vraiment que le résident doit connaître les fondamentaux des clubs et connaître son public, qui peut varier chaque soir. Il doit travailler en harmonie avec les guests Dj’s. Il doit connaître le fonctionnement de son club et être capable de jouer et de guider le public par la musique. Si tu es un bon résident, les guests pourront peut-être te remarquer, et ça c’est pas mal !

Tu vis dans l’une des villes les plus folles du monde, parles nous d’Ibiza hors saison, n’est-ce pas ennuyeux ?
Pour moi, c’est l’opposé d’ennuyeux... J’adore l’atmosphère tranquille de l’île hors saison. Je suis concentré sur mon travail, j’ai mes chiens, on fait de longues balades dans le calme.  Je travaille et prends l’avion tous les week-ends alors j’aime revenir ici me ressourcer.

À Ibiza, que fais-tu après ton set, quels sont les endroits où tu aimes poursuivre tes soirées ?
Après mes sets j’aime bien regarder les autres Dj’s ou aller sur la terrasse du Pacha prendre un verre avec mes amis. Mais ma vie a changé depuis quelques années... Maintenant, au lieu de suivre les autres dans les clubs, je préfère rentrer chez moi.

Ou peut-on te voir jouer les prochains mois ?
Je vais aller à Paris, en Colombie, en Lettonie, au Japon, en Angleterre bien sûr !

Et sinon ?
Et sinon, j’ai 3 compilations du Pacha dans les bacs, “Live at Pacha“ que j’ai enregistré avec un gros Dj américain, Louie Devito, “Pure Pacha“ avec Pete Tong et “Pure Pacha“ Japon, ma nouvelle compilation japonaise ! Pacha Recordings est entrain de grandir et de devenir un gros label, alors pour moi faire des remixes et des productions est quelque chose d’essentielle. Sinon je prépare un gros show radio “Pacha Radio Show“ sur Galaxy Fm à Londres, je travaille très dur dessus. Alors à très vite !


Article précédent
Article suivant