Article précédent
Article suivant

Taxi, s’il vous plaît !

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :
Nous dédions cet article à une opération menée dans la région d’Amiens par Didier AMMELOOT du MILLENIUM. Les discothèques et BAM ont vu  leur fond de commerce conservé, l’image de l’établissement valorisée, la sécurité routière avancée et les clients satisfaits ! Pourquoi sans priver ?

Le principe : Faire en sorte que « Fétard » rime avec « pénard ».
On réunit autour d’une même opération plusieurs intervenants : les taxis, la ville, les bars, les boîtes et les restaurants.
Un objectif commun : Permettre aux fêtards de rentrer tranquillement et en sécurité chez eux après une soirée bien arrosée en leur offrant une réduction de 5 euros à valoir sur une course de taxi de 10 euros minimum. Ces 5 euros sont financés pour 50% par la ville, 25% par les taxis et les 25% restant par les commerçants.
La  mobilisation est générale et grâce à elle, le projet est viable. Elle contribue à modifier les mentalités et les habitudes des clients. Pour exemple, prendre le taxi en sortie de discothèque est devenu une banalité pour les anglais, les parisiens, les lillois et pourquoi pas pour vos clients ?

Le taxi, c’est votre et leur avenir.

Votre fond de commerce est conservé. Si les clients ne boivent plus, c’est la baisse de votre chiffre d’affaire. S’ils rentrent en taxi, ils pourront continuer à consommer. La consommation n’est alors pas incitée mais valorisée. Comme le dit, à juste titre, Didier AMMELOOT, patron du MILLENIUM : « La fête fait partie de la vie ».
Votre image est redorée. Vous portez un intérêt à votre clientèle afin qu’elle puisse s’amuser au sein de votre établissement et repartir en toute sécurité. Vous devenez partenaire de la sécurité routière. C’est aussi votre rôle d’offrir à vos clients une alternative à la prise du volant en sortie de boîte et de renforcer cette nouvelle pratique.

Comment réussir cette opération ?
Il ne suffit pas de dire « Rentrez sans souci, prenez un taxi », il faut instaurer un cadre persuasif pour inciter le client à le faire.
Sur les conseils de Didier AMMELOOT, qui s’investit toujours à fond quand il s’agit de se bouger pour la sécurité routière, il est impératif de briefer ses troupes pour cette opération. « C’est sans doute ce qui a fait la différence avec d’autres établissements : mon équipe était motivée, elle a sensibilisé le client ». Lors de notre article sur la GRC du mois de février 2004, nous vous expliquions que la formation du personnel était essentielle à la bonne mise en place d’un système. Il faut expliquer et impliquer votre équipe. Une fois la motivation lancée, votre opération ne peut que fonctionner. Mettre en place une opération sans faire évoluer les mentalités et l’organisation de l’établissement ne sert à rien. Votre investissement en temps et en argent ne sera que très peu rentabilisé.
Confortez votre implication par des actions persuasives telles que
1) Offrir l’entrée à toutes personnes venant en taxi, sur présentation du bon en caisse. Les comptes sont vite faits : au lieu de payer quatre entrées en boîte, on prend un taxi (10 euro à 4) et on entre gratuitement sur les pistes de danse. « Et on voyage en toute sécurité » et plus rien ne les retient, ils consomment comme bon leur semble. Ce qui développe votre CA au bar.
2) Offrir gratuitement des Ethylotests à tout conducteur qui en fait la demande avant de prendre le volant. Aujourd’hui, la majorité des jeunes le prend pour un jeu, mais quand on souffle dedans et que l’on voit l’ethylotest virer au vert, on réfléchit à deux fois avant de prendre le volant.

Un logiciel de GRC avec des cartes de membre vous permet de gérer de façon optimale cette opération : Les jeunes venant en taxi, en badgeant à l’accueil, se verront devenir des clients « fêtards pénards ». Vous pourrez communiquer lors de vos autres opérations « sécurité » sur ces personnes, connaître leur importance dans votre fichier, déterminer la réussite de votre investissement, de votre communication interne, externe, leur envoyer des études de satisfaction pour connaître les points à améliorer… Des analyses essentielles pour chiffrer la réussite de l’opération et vous permettre de continuer sur la voix du « concret efficace ».

                       Thierry Morin,
  thierrymorin@wanadoo.fr
Article précédent
Article suivant