Article précédent
Article suivant

TITOFF & ELISA TOVATI

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

On les avait laissé au cinéma avec des films aussi populaires que « Gomez et Tavarez » pour Titoff ou la « Vérité si je mens 2 » pour Elisa Tovati, lui est passé par les One Man Show, elle par la chanson, on les retrouve finalement au théâtre dans la nouvelle pièce de Laurent Ruquier et Charlotte De Turckheim : « Open Bed »... Gageons que les « Bouffes Parisiennes » risque d’être le théâtre d’un des succès de l’année... En attendant, ils sont dans NightLife...

Propos recueillis par CHRIS

 

 

NightLife : Plutôt surprenant de vous retrouver au théâtre tous les deux ? Oui et non... C’est surprenant dans le sens où effectivement j’ai fait pas mal de films pour le cinéma, mais en fait j’ai une formation théâtrale à la base, donc je pense que c’est une suite logique. En tout cas, j’en rêvais depuis longtemps, j’attendais la bonne opportunité. C’est vrai qu’avec « Open Bed », je suis comblée, c’est une pièce extraordinaire.

Elisa Tovati :

Titoff : Me concernant, c’est vrai que ça surprend pas mal de monde... Mais j’ai aussi plus ou moins commencé par le théâtre. Je me souviens qu’avec des potes on avait monté une petite troupe plus jeune et on avait écrit quelques pièces en amateur. J’ai toujours eu envie de faire du théâtre, mais à l’époque je me suis tourné vers le One Man Show en espérant y revenir un jour...

Qu’est ce qui est jouissif dans le théâtre par rapport au cinéma ?

Elisa : Au début on a peur du côté répétitif et du fait de jouer tous les soirs... Mais on se rend vite compte que c’est ça qui est génial, car on a l’impression de redécouvrir le texte à chaque représentation. Et puis c’est tellement agréable de jouer face un public ! Je suis tellement heureuse quand je vois les gens prendre plaisir à ce que l’on fait.

Titoff : C’est ça qui est puissant au théâtre... On a vrai retour de la part du public. C’est vraiment un art très noble. Et puis c’est une vraie aventure humaine et un boulot extraordinaire. C’est dur, c’est long mais, au final, on est très heureux du travail accompli. Surtout que dans la pièce, il y a des musiciens en live, c’est un vrai show qui demande un très gros travail. Au théâtre, on se met en danger, c’est ça qui est jouissif, cette remise en question permanente, mais aussi ce partage avec les autres comédiens et avec le public.

Justement, le fait de jouer tous les soirs, c’est une forme de pression ?

Elisa Tovati : Pas vraiment car on s’entraide énormément sur scène. Si je suis moins bien un soir, je sais que Titoff va donner plus et vice-versa.

Titoff : Et puis tu sais, on forme une vraie troupe, on est tous tributaires les uns des autres. Nous sommes des professionnels et ce dans tous les projets que l’on mène alors on a chacun sa manière de gérer la pression...

 

 

ELISA TOVATI : « Avec Open Bed, je suis comblé, c’est une pièce extraordinaire... »

Et quels sont vos trucs pour gérer cette pression avant de monter sur scène ?

Elisa Tovati : C’est une bonne question car chaque comédien à une façon bien à lui de gérer le stress. Personnellement j’aime être là longtemps à l’avance pour me préparer, me maquiller et rentrer tranquillement dans la peau du personnage. De cette manière, j’ai le temps de faire tout ce que j’ai à faire. Titoff, lui c’est l’inverse (rires)...

Titoff : C’est vrai, j’arrive au dernier moment... Pour moi, le théâtre c’est la continuité de la vie, je vis à fond sans me mettre de pression. Par contre quand j’arrive je rentre tout de suite dans le truc.

Qui me fait le pitch de la pièce ?

Elisa Tovati : Allez, je me lance... En fait ce sont deux jeunes couples qui, pendant une heure et demie vont tourner autour d’un lit en parlant d’amours, de chansons et de sexe, avant de comprendre que leur amitié est très partagée. Ils se posent pas mal de questions sur la vie et le sexe. Bref, c’est sensuel et très rigolo, et parfois un peu chaud...

TITOFF : « Je suis un fêtard dans l’âme... »

Comment était la première représentation ?

Elisa Tovati : C’était vraiment magique ! J’étais même surprise quand les gens applaudissaient pendant la représentation, chose rare au théâtre.

Titoff : Et puis, pour la première, on a eu un vrai public de théâtre, attentif et passionné, c’était grisant. Ca a été un gros carton. Je suis aux anges sur les premières critiques, au moins le travail paye.

Comment est Laurent Ruquier (metteur en scène) au boulot ?

Titoff : C’est quelqu’un de très humain qui a la faculté de donner envie de travailler. Quand on travaille avec lui on se doit de bosser avec la même ferveur que lui. C’est quelqu’un de très positif. En tant que producteur de pièces de théâtre, il fait tout pour faire plaisir au public. Pour moi c’est un honneur de travailler avec un mec comme lui.

Elisa Tovati : Il est là pour se faire plaisir et faire plaisir aux gens, le résultat ne peut être que bon. Il fait tout pour trouver des solutions, c’est un producteur très rare. Il a une vraie démarche artistique et ça c’est intéressant.

Après une représentation, vous décompressez comment, sorties, bouffes entre potes ?

Elisa Tovati : Alors moi je ne suis pas du tout fêtarde, je suis plus cocooning chez moi, tranquille. J’aime bien rentrer et me reposer après les pièces, ce qui n’est pas le cas de tout le monde ici (rires). Après le théâtre, je suis vidée, on fait le debriefing et je rentre...

Titoff : (rires)... Je ne me sens pas du tout visé... Effectivement, je suis fêtard dans l’âme. J’aime le monde, les sorties entre potes, les bons restos et les boîtes. Dès la fin de la représentation, même dans la loge, je me pose avec un verre, je passe du temps avec les autres comédiens... Je suis un mec « à la bonne franquette »...

« Open Bed » au Bouffes Parisiennes du Mardi au Dimanche à partir de 21h

Article précédent
Article suivant