Article précédent
Article suivant

VITAA

Par Nicolas George le 09-11-2010
Partager cet article :

Une voix intense où se mêlent tristesse, rage, mais aussi espoir... Vitaa est la nouvelle princesse du Rn’B. Des expériences marquantes qui lui ont donné un côté « écorché vive » tellement séduisant, et un talent d’écriture hors du commun, elle couche sur papier ses émotions les plus fortes. En ressort « A fleur de toi », un album poignant, vrai, dans lequel la jeune lyonnaise (aujourd’hui parisienne) ne mâche pas ses mots, c’est pour ça qu’on l’aime tant. Vitaa est une bombe de sincérité et c’est dans NightLife...

Propos recueillis par CHRIS


 

NightLife : Vitaa, beaucoup pensent que tu as commencé avec Diam’s sur le morceau “Confessions Intimes“... Mais avant ça, t’as fait pas mal de featuring ave Dadoo, Pit Bacardi, Sinik ou encore la Mafia K’1 Fry...

Vitaa : Oui c’est vrai que malgré mon jeune âge, ça fait pas mal de temps que je chante. En fait j’ai commencé avec le rappeur Dadoo sur la compilation de Kost et Goldfinger. Le titre s’appelait “Pas à Pas“, c’était en 2001. Je me suis super bien entendu avec Dadoo, ce qui fait qu’il m’a proposé de chanter avec lui le titre “Sur ta route“ pour l’album “France History X“. Ensuite j’ai rencontré Diam’s par le biais de Dj Kost qui bossait sur “Double Face 5“. Je chantais le titre “Oublie“ avec Diam’s et Pit Baccardi en featuring. Depuis elle et moi on ne s’est plus lâchée... Puis j’ai enchaîné avec des Featuring pour Sinik, Rohff et Nessbeal.

Ton premier album “A fleur de toi“ est dans les bacs depuis quelques semaines, comment s’est passé le passage en solo ?

Franchement super bien, car cet album, je le désirais depuis si longtemps. On a traversé tellement de galères, on s’est pris tellement de portes, que c’est un formidable aboutissement. Tu sais, ça fait près de 4 ans que je m’y prépare. Diam’s m’a toujours soutenu et dit qu’un jour elle me produirait... J’ai amassé près de deux ans de textes et puis le jour est venu ou...

... Où tu es signé sur le label “Motown France“ dirigé par Diam’s... Comment as-tu appris la nouvelle ?

Diam’s m’a toujours dit qu’elle s’occuperait de moi et qu’elle me signerait le jour ou elle aurait son label. En Avril 2006 on était toujours pas signé, alors on a pris les choses en main et on s’est dit : « allons en studio quand même ! ». Diam’s a appris que nous étions en studio et au même moment, elle rentrait à la direction artistique de chez « Motown ». Elle m’a appellé et m’a dit : « J’ai mon label, maintenant je vais pouvoir te signer ! ». C’était énorme, je lui suis tellement reconnaissante...
+-+

Revenons à ton album... Il y a quand même des titres vraiment tristes, voir très durs...

C vrai que les deux ou trois gros morceaux de l’album sont tristes car ils correspondent à une période très sombre de ma vie, mais il y a de tout... En fait il reflète parfaitement les étapes de ma vie, des « Bad » en passant par les meilleurs moments, alors on ne peut pas dire qu’il n’est que triste...

Il n’y a aucun featuring sur l’album... C’était une volonté ?

Oui clairement... Comme je l’ai dit, j’ai écrit pendant deux ans, on avait enregistré beaucoup de titres déjà, et encore si on avait pu en faire plus... J’avais trop de choses à vivre et à dire, alors je voulais vraiment que les gens voient que c’était moi toute seule, qu’il rentre dans mon univers. J’ai le temps de faire des featuring, et j’ai envie de collaborer avec les artistes qui m’ont aidé.

Tu écris énormément, que tu sois écorchée ou non. Peut-on dire que la musique est un « exutoire » pour toi ?

Oui complètement... Quand je me pose pour écrire, j’ai tout qui remonte, les meilleurs souvenirs, mais aussi les pires... Et là, je ressens le besoin de me lâcher sur papier. Ecrire, ça m’a donné la force de faire tout ce que je fais aujourd’hui. J’ai vécu des trucs incroyables dans ma vie privée, des choses très dures, comme la tromperie, la trahison, l’adultère, le mensonge. Si tu veux évacuer, l’écriture est la meilleure des thérapies. Le titre « Ma sœur » en est l’illustration parfaite.

« JE NE PARDONNERAI JAMAIS L’ADULTERE... C’EST PAS POSSIBLE ! »

Il est quand même très dur, voir haineux...

Oui, mais c’es ce que je ressens vraiment... Ca fait quatre ans que je l’ai écrit et quand je le chante aujourd’hui, je ressens exactement la même haine pour cette personne qui se disait être ma meilleure amie, ma sœur. Je l’ai retrouvé dans les bras de mon fiancé, c’est juste pas possible !

Vitaa sait-elle pardonner ?

Bien sûr, je suis pour le pardon, mais je ne pardonne pas l’adultère... C’est une chose que je ne comprendrais jamais. Pourquoi a-t-on besoin d’aller voir ailleurs quand on est avec quelqu’un que l’on dit aimer. C’est proprement impardonnable.
+-+

Je suis d’accord... On sent chez toi une rancœur vis-à-vis des mecs ?

Non pas du tout, j’arrive pas à comprendre c’est différent... J’ai vécu des expériences un peu traumatisantes, mais je sais quand même qu’il y a des mecs bien sur terre... Enfin je crois (rires)... Je suis à la recherche de l’homme de ma vie et je suis certaine de le trouver un jour. J’ai une vision assez sombre de la gent masculine, mais ne fait c’es plus un constat par rapport à mes histoires.

Après avoir chanté sur scène avec d’autres artistes, tu vas bientôt te retrouver seule face à ton public... Pas trop flippée ?

C’est clair que c’est plutôt flippant, mais en même temps ça fait tellement longtemps que j’attends ça. En plus il me tarde de rencontrer mon public, car je me suis tellement lâchée dans l’album, que ces gens me comprennent et ils ont peut-être vécus les mêmes choses que moi, alors ça crée des rapports particuliers.

Tu as une voix de « psychopathe », à la fois forte et touchante... Avec qui rêverais tu de faire un duo ?

Sans hésitations Mariah Carey ! J’ai appris à chanter avec elle, je l’adore, c’est mon rêve irréalisable. J’aimerais bosser aussi avec Beyonce. Cette fille est vocalement hors du commun. En France j’adore Corneille, son premier album en France est simplement génial, je l’ai écouté un nombre incalculable de fois.

Comment est Vitaa au quotidien ?

Tu vas être déçu, mais je suis plutôt casanière. Je déteste les soirées parisiennes très V.I.P... C’est pas mon truc. Je vais beaucoup au cinéma, je suis une cinéphile avertie ! Je surfe énormément sur internet, je suis folle de « My Space », je reçois beaucoup de lettres et j’essaye de répondre au maximum. Vitaa, c’est plus DVD, posée chez moi. J’ai du mal à me faire à la vie parisienne. Je suis de Lyon et mes copines me manquent...

Article précédent
Article suivant